Meghan Markle a embauché l'ancien avocat de Lady Di, spécialiste de la vie privée

Meghan Markle et feu sa belle-mère, la princesse Diana, ont un nouveau point commun.

par Samantha Schnurr | Traduit par David K | avr. 29, 2020 11:09Tags
Sur le même sujet : Le prince Harry attaque la presse anglaise qui harcèle Meghan

Meghan Markle a un nouveau point en commun avec sa regrettée belle-mère. 

Alors que la duchesse de Sussex est en procès contre Associated Newspapers, la mère du petit Archie Harrison et la princesse Diana partagent désormais le même avocat. Si l'ancienne actrice de Suits : avocats sur mesure n'a jamais rencontré Lady Di, elle vient d'embaucher le même homme qui avait défendu la princesse de Galles. Il s'agit de David Sherborne et, si l'on se réfère à la biographie professionnelle de son cabinet, c'est "un grand avocat dans le domaine des médias et de la communication, spécialisé dans le droit relatif à la vie privée, la confidentialité et la diffamation, ainsi que le droit matrimonial et le droit du sport".

On apprend également qu'il est très prisé des stars, ayant défendu Chelsea ClintonPaul McCartneyKate MossHarry StylesElton John et David Furnish, les amis de Meghan et du prince Harry, ou encore la princesse Diana. 

photos
Le prince Harry et Meghan Markle : retour sur leur idylle

En octobre 2019, le prince Harry avait fait référence à sa mère tragiquement disparue, en décriant les tabloïdes britanniques qui s'en prenaient à sa femme. 

"J'ai vu ce qui arrive quand une personne que j'aime devient un produit, à tel point qu'elle n'est plus traitée ou considérée comme une vraie personne. J'ai perdu ma mère, et désormais, je vois ma femme devenir la victime des mêmes forces puissantes", avait-il déclaré sur le moment, tout en annonçant que Meghan et lui allaient porter plainte. 

Shutterstock

"Pour ces médias en particulier, ceci est un jeu, un jeu auquel nous refusons de participer depuis le début. J'ai été un témoin silencieux de sa souffrance personnelle depuis trop longtemps. Rester là sans rien faire serait contraire à tout ce en quoi nous croyons", avait poursuivi Harry. "Ces poursuites légales s'appuient sur un incident parmi une longue série de comportements dérangeants de la part des tabloïdes britanniques. Le contenu d'une lettre privée a été publié illégalement de façon délibérément destructrice pour vous manipuler, vous les lecteurs, et pour faire avancer le projet de discorde du groupe médiatique en question. En plus de la publication illégale de ce document privé, ils vous ont délibérément induits en erreur en omettant stratégiquement certains paragraphes, certaines phrases, et même certains mots pour masquer les mensonges qu'ils perpétuent depuis plus d'un an."

Un porte-parole du Mail on Sunday a depuis précisé à E! News dans une déclaration : "The Mail on Sunday s'en tient à l'article publié et se défendra avec vigueur dans cette affaire. Nous nions catégoriquement le fait que la lettre de la duchesse ait été révisée et corrigée de façon à changer sa signification."