Brad Pitt, Bong Joon-ho, Eminem, 2020 Oscars, Academy Awards, Jaw-Droppers

ABC/CRAIG SJODIN/ARTURO HOLMES

Il pleuvait à La La Land, mais les stars étaient tout de même de sortie.

Si les Oscars pour les acteurs étaient joués d'avance, certaines catégories semblaient plus incertaines lors des Oscars 2020 au Dolby Theater d'Hollywood. Des surprises étaient attendues, même si la Producers Guild et la Directors Guild s'étaient exprimées et que les bulletins avaient été comptabilisés, et que les enveloppes gagnantes avaient été enfermées dans des mallettes blindées pour la grande soirée, le vent semblait avoir tourné à l'approche de la 92e édition.

Et, en effet, tous ceux qui pensaient qu'il n'y avait plus de suspense aux Oscars, surtout depuis que l'Académie avait fait preuve d'un manque de représentativité diront certains, en ont été pour leurs frais.

Une surprise de taille les attendaient.

1. Cul sec : quelque part dans le monde, Bong Joon Ho est en train de boire.

C'est ce que le réalisateur sud-coréen avait assuré qu'il ferait après que Parasite, sa satire indéfinissable sur les inégalités sociales et les terribles divisions de la société, est entré dans l'histoire en devenant le Meilleur film international, une première pour un film coréen (et depuis que l'Académie a rebaptisé le prix du Meilleur film étranger, un changement apprécié par Bong Joon Ho). 

 

2020 Oscar Jaw-Droppers GIF

Et, quand ce dernier a reçu le prix du Meilleur réalisateur, il a répété qu'il allait "boire jusqu'au matin, merci", après que Sharon Choi, son infatigable interprète toujours présente à ses côtés pendant cette saison des récompenses, l'a aidé à exprimer sa gratitude, y compris avec une révérence pour son coreligionnaire Martin Scorsese, très surpris par sa standing ovation inattendue.

Alors on ne peut qu'imaginer la soirée de beuverie qui a dû suivre après que Parasite a déjoué tous les pronostics en devenant le premier film de langue non anglaise à être élu Meilleur film de l'histoire des Oscars.

Bong Joon Ho, Parasite cast, 2020 Screen Actors Guild Awards, SAG Awards, winners

ABC/CRAIG SJODIN

Cette victoire ferait presque oublier le fait que la soirée pleine de surprises avait commencé plus tôt pour les acteurs et l'équipe de Parasite, qui étaient tous là et pour lesquels Bong Joon Ho a fait en sorte qu'ils soient tous applaudis, quand le réalisateur et Jin Won Han ont partagé le prix du Meilleur scénario original, alors que tout le monde s'attendait à ce que Quentin Tarantino remporte son troisième Oscar dans la catégorie.

Et c'est ainsi que Parasite est reparti avec quatre Oscars en 2020. 

Le seul problème pour Bong Joon Ho, c'est qu'il est monté tellement de fois sur scène qu'il n'a pas pu en même temps filmer les grands moments, comme il l'a fait à chaque fois qu'un membre de son équipe était récompensé.

1917

Amblin Partners

2. La der des ders : le résultat fut pour le moins une surprise. Le film 1917 de Sam Mendes, inspiré par les histoires sur la Première Guerre mondiale de son grand-père, Alfred Mendes, a accompli la tâche herculéenne de décrire la Grande Guerre sous un nouvel angle, et quel angle !

Mais le film a obtenu trois Oscars : le prix de la Meilleure photographie, pour Roger Deakins, sa deuxième victoire consécutive après 13 tentatives infructueuses ; le prix des Meilleurs effets visuels pour Guillaume Rocheron, Greg Butler et Dominic Tuohy ; et le Meilleur mixage de son pour Mark Taylor et Stuart Wilson.

Si les PGA et DGA semblaient avoir ouvert la voie à 1917 et à Sam Mendes pour qu'ils décrochent respectivement le prix du Meilleur film et du Meilleur réalisateur, c'est bien Parasite qui s'est installé dans le cœur des votants de l'Académie.

Brad Pitt, 2020 Oscars, Academy Awards, Winners

ABC/CRAIG SJODIN

3. Un conte de fées : après trois nominations, Brad Pitt a enfin obtenu un Oscar pour ses talents d'acteur. On s'attendait à ce que le prix du Meilleur acteur dans un rôle secondaire pour Once Upon a Time... in Hollywood s'ajoute à son prix du Meilleur film pour 12 Years a Slave il y a déjà six ans... mais ce prix est tout de même bien mérité pour un rôle magistralement interprété.

À la surprise générale, après avoir charmé tout le monde avec ses discours emprunts de blagues à son encontre sur son profil Tinder ou ses soi-disant inaptitudes en matière de relations amoureuses, cette fois, Brad a fait un discours politique, en faisant remarquer avec humour que les 45 secondes qui lui étaient allouées étaient "plus que ce que le Sénat a accordé à John Bolton cette semaine", une pique en direction de la procédure d'Impeachment à l'égard de Trump, qui, comme le précédent Oscar de l'acteur, nous semble déjà très lointaine. 

On ignore comment cela a été perçu dans son Missouri natal, mais à Hollywood, l'acteur a fait un carton.

Renée Zellweger, 2020 Oscars, Academy Awards, Winners

Kevin Winter/Getty Images

4. Une star est "renée" : Renée Zellweger préfère manifestement la qualité à la quantité, elle qui, après être apparue dans très peu de films cette dernière décennie, a remporté son deuxième Oscar, 16 ans après le premier, et avec le même manager, John Carrabino, à ses côtés, pour son interprétation très inspirée de Judy Garland dans Judy, qui dépeint les derniers mois de la star décédée d'une overdose aux barbituriques en 1969 à l'âge de 47 ans. 

"Je suis certaine que ce moment est un prolongement de la célébration de son héritage qui a commencé pendant notre tournage, et qui est aussi représentatif de son exceptionnalisme, de son inclusivité et de la générosité de son esprit, qui transcende tout accomplissement artistique", a déclaré l'actrice, en demandant plus de tolérance et d'acceptation de l'autre, discours qui faisait suite à Joaquin Phoenix, élu Meilleur acteur, et à son plaidoyer en faveur de plus d'humanité.

"Mme Garland, vous faites assurément partie des héroïnes qui nous unissent et nous définissent, et ceci est assurément pour vous", a conclu Renée.

2020 Oscar Jaw-Droppers GIF

5. Libérez, délivrez ! : si toutes les Elsa du monde, y compris la seule et l'unique, Idina Menzel, comme ça se prononce, se donnaient la main pour chanter "Into the Unknown", extrait de La Reine des neiges 2, elles vous feraient fondre, et si ce n'est pas le cas, le changement climatique devrait s'en charger.

Laura Dern, 2020 Oscars, Academy Awards, Winners

ABC/CRAIG SJODIN

6. Histoire de parent : Laura Dern a fait pleurer Noah Baumbach en acceptant son Oscar de la Meilleure actrice dans un second rôle, seule récompense de Marriage Story cette année. 

"On dit parfois qu'il ne faut jamais rencontrer ses héros, mais moi, je dis que si on a de la chance, ce sont vos parents", a déclaré l'actrice de 53 ans, déjà nominée deux fois auparavant, et qui a commencé sa carrière à tout juste six ans. "Je partage ce prix avec mes héros acteurs, mes légendes, Diane Ladd et Bruce Dern. Vous assurez. Je vous aime. Merci à tous pour ce cadeau. C'est mon plus beau cadeau d'anniversaire. Je vous aime. J'aime mes amis. Vous me tirez vers le haut chaque jour."

2020 Oscar Jaw-Droppers GIF

À chaque fois qu'une star respectée mentionne ses parents, un réalisateur pleure.

Eminem, 2020 Oscars, Academy Awards, Show

Kevin Winter/Getty Images

7. Une deuxième chance : 17 ans après la victoire de "Lose Yourself" dans la catégorie Meilleure chanson originale, Eminem est venu interpréter son hit de 8 Mile, après avoir zappé la cérémonie en 2003. Les réactions initiales étaient assez étonnées, avant que le public ne réalise ce qui se passait et qu'il offre une standing ovation au rappeur revêche, qui s'intéresse beaucoup plus à rassembler qu'à diviser ces derniers temps. 

Preuve que si vous ratez une opportunité en or, faites en sorte de ne pas rater la deuxième.

La coïncidence a voulu qu'Elton John, avec qui Eminem avait partagé la scène des Grammys en 2001, comme on s'en souvient tous, a remporté son deuxième Oscar, pour la Meilleure chanson originale, "(I'm Gonna) Love Me Again", extraite de Rocketman, 25 ans après "Can You Feel the Love Tonight", extraite du film Le Roi lion.

Matthew A. Cherry, Hair Love, 2020 Oscars, Academy Awards, Winners, Animated Short

Rob Latour/Shutterstock

8. All-Star : deux ans après que Kobe Bryant est devenu le premier sportif à être nominé dans la catégorie et le premier Afro-Américain à remporter l'Oscar du Meilleur court métrage d'animation, Matthew A. Cherry, qui a quitté la NFL pour faire du cinéma et a réalisé son rêve via Kickstarter, a gagné cette nuit avec sa coproductrice, Karen Rupert Toliver, avec Hair Love, ou l'histoire d'un père qui doit coiffer sa fille pendant que maman n'est pas là.

Le court métrage a fait davantage parler de lui quand Gabrielle Union, productrice associée sur ce projet, a invité DeAndre Arnold, un lycée texan exclus après avoir refusé de couper ses dreadlocks pour assister à sa remise de diplômes, à rejoindre l'équipe de Hair Love aux Oscars. (Parmi les stars désireuses qu'Arnold puisse retourner à l'école pour prendre part à la cérémonie avec ses cheveux tels quels on retrouve Alicia Keys et Ellen DeGeneres, qui l'a invité dans son émission en lui remettant une bourse d'études d'un montant de 20 000 $. Son lycée a rétorqué que cette décision était uniquement due à un règlement qui date de plusieurs décennies concernant la longueur des cheveux des lycéens et qu'il ne comptait pas le changer.)

Deandre Arnold, Karen Rupert, 2020 Oscars, Academy Awards

VALERIE MACON/AFP via Getty Images

"[Ce] fut un travail fait avec passion, parce que nous avons la ferme conviction que la représentativité importe énormément", a déclaré Karen Rupert Toliver sur scène, "surtout dans les dessins animés parce que c'est là qu'on voit nos premiers films et c'est comme ça qu'on se forme et qu'on pense le monde."

"On a une énorme équipe à remercier mais le temps nous manque, alors je veux juste dire qu'on a fait Hair Love parce qu'on voulait voir plus de représentativité dans l'animation, on voulait normaliser les cheveux des Noirs, c'est un sujet très important, le CROWN Act (a été adopté en Californie, acronyme de Create a Respectful and Open Workplace for Natural Hair, qu'on pourrait traduire par Créer un environnement respectueux et ouvert aux cheveux naturels), et si on arrive à ce que cette loi soit appliquée dans les 50 États, ça permettra à des histoires comme celle de DeAndre Arnold, notre invité spécial ce soir, de ne plus se produire."

Puis, tout naturellement, Matthew A. Cherry a rendu hommage à celui qui se tenait à sa place il n'y a pas si longtemps, avant de disparaître tragiquement dans un accident d'hélicoptère avec Gianna, sa fille de 13 ans, ainsi que sept autres personnes.

"Cette récompense est dédiée à Kobe Bryant", a-t-il conclu. "Puissions-nous tous avoir une deuxième carrière aussi grande que la sienne."

Janelle Monae, Billy Porter, 2020 Oscars, Academy Awards, Show

Getty Images

9. Les maîtres de cérémonie sont surfaits : mais on ne louera jamais assez l'ouverture de la cérémonie par Janelle Monáe.

Nos partenaires et nous-mêmes utilisons des cookies sur ce site pour améliorer notre service, analyser des données, personnaliser les publicités, mesurer la performance marketing et stocker vos préférences sur le site. En utilisant ce site, vous consentez à l'utilisation de ces cookies. Pour plus d'informations sur les cookies et comment gérer votre consentement, consultez notre Politique Concernant Les Cookies.