DU NOUVEAU SUR...

La société de production de Jennifer Lopez ne paiera pas 40 millions dans son procès sur Queens

Samantha Barbash, l'inspiration derrière la strip-teaseuse incarnée par Jennifer Lopez, demandait 40 millions de dollars à sa société de production.

par Pamela Avila | Traduit par David K | nov. 13, 2020 10:10Tags
Jennifer Lopez, iHeartRadio Music Awards, 2014Kevin Mazur/Getty Images for Clear Channel

MISE À JOUR : un juge fédéral rejette la demande de Samantha Barbash à l'encontre de Nuyorican Productions, la société de production de Jennifer Lopez

D'après des documents du tribunal obtenus par E! News, l'affaire a été rejetée, mettant ainsi un terme à une bataille judiciaire de près d'un an.

Dans un communiqué adressé à E! News, l'avocat de Samantha Barbash a déclaré : "Notre cliente est évidemment mécontente de la décision du tribunal de classer l'affaire, surtout quand on sait que la société de production et JLo ont énormément profité de la vie et de l'histoire de Samantha sans qu'elle reçoive la moindre compensation. Nous trouvons très hypocrite le fait que JLo et la réalisatrice du film déclarent soutenir le droit des femmes alors qu'elles n'ont eu aucun égard pour la vie privée de Samantha en tant que femme et aucun scrupule à profiter de son histoire, même à son détriment. À ce stade, Samantha étudie toutes les options pour faire appel."

Pour en savoir plus sur cette affaire, lisez donc l'article ci-dessous. 

______

Parfois s'inspirer de la réalité peut coûter très cher...

Jennifer Lopez fait face à un retour de bâton suite à son rôle et son implication dans le film Queens, pourtant nommé cette année aux Golden Globes. 

D'après des documents du tribunal obtenus par The Blast, Nuyorican Productions, la société de production de la star, STX Entertainment, Gloria Sanchez Productions et Pole Sisters LLC sont poursuivis pour un montant de 40 millions de dollars par Samantha Barbash, la femme qui a inspiré le rôle de Ramona de l'actrice dans le film.

 

lire
Regardez Jennifer Lopez donner un cours de pole dance à Constance Wu dans Queens

Le site people a précisé que la plaignante "prétend que les producteurs du film l'ont contactée avant le tournage pour « obtenir un consentement écrit de sa part pour le tournage du film et son portrait final. » Elle a refusé de signer ce consentement ou de renoncer à son droit au respect de sa vie privée". 

Le film est basé sur un article du New York Magazine de 2015, intitulé The Hustlers at Scores, qui détaille les événements vécus par Samantha Barbash quand elle était strip-teaseuse au gentlemen's club Scores de New York.

Au final, elle prétend que la société de production de Jennifer Lopez "a utilisé son personnage et son histoire sans sa permission, en la [calomniant] au passage", rapporte TMZ. 

Le site people précise que d'après la plainte, l'ancienne strip-teaseuse estime que son personnage dans Queens est décrit comme quelqu'un "qui consommait et qui fabriquait des substances illégales chez elle où elle vivait avec son enfant". Elle aurait ajouté que ces affirmations et son portrait étaient "mensongers et blessants". 

Sur le même sujet : Jennifer Lopez ravie que "Queens" crée le buzz pour les Oscars

D'après les documents du tribunal, toujours selon The Blast : "Si le nombre de détails factuels précis dans le film est suffisant pour identifier le personnage incarné par J.Lo comme Mme Barbash, les accusés ont fait des déclarations et ont créé des scènes concernant Mme Barbash de manière terriblement irresponsable." 

Cette dernière demande 20 millions de dollars de dommages et intérêts et 20 millions de dollars de dommages et intérêts à caractère punitif à la société de production de Jennifer Lopez, rapporte TMZ. Elle "souhaite que les producteurs se voient dans l'obligation de lui rendre toutes les copies du film". 

Jennifer Lopez a récemment été nommée dans la catégorie Meilleure actrice dans un second rôle aux Golden Globes pour son rôle dans Queens.

(Article publié à l'origine le 8 janvier 2020)