Pourquoi Charlize Theron "n'a pas honte" de parler de la nuit où sa mère a tué son père

Charlize Theron parle de la nuit où sa mère a tué son père pour se défendre et explique en quoi c'est important qu'elle partage cette histoire.

par Alyssa Morin | Traduit par David K | déc. 17, 2019 10:11Tags
Charlize Theron, 2019 Glamour Women Of The Year AwardsDimitrios Kambouris/Getty Images for Glamour

Charlize Theron est une femme forte devant et derrière la caméra.

L'actrice fait déjà des vagues pour son nouveau film, Scandale, qui raconte l'histoire poignante des harcèlements sexuels à Fox News. Et si la star est connue pour aimer interpréter des personnages téméraires et pour choisir des rôles difficiles, elle se souvient de ne pas toujours avoir été ainsi.

Lors d'une interview vérité pour NPR, une station de radio publique américaine, Charlize est revenue sur le fait d'avoir grandi dans un environnement familial "malsain". Elle raconte qu'au cours d'un incident domestique, sa mère a tué son père dans un cas de légitime défense, un événement qu'elle avait déjà évoqué par le passé.

"Mon père était quelqu'un de très malade. Il a été alcoolique toute sa vie", précise l'actrice. "Je ne l'ai connu qu'alcoolique... C'était une situation assez désespérée. Notre famille la subissait. Et le côté imprévisible au quotidien de vivre aux côtés d'une personne victime d'une addiction est quelque chose qu'on subit et qui vous marque pour le restant de vos jours, plus que l'incident qui a eu lieu une nuit."

lire
Charlize Theron critique les Golden Globes à cause de l'absence de réalisatrices nominées

"Notre famille allait très mal. Et tout ça nous a marqués. Bien sûr, j'aurais aimé que ce qui s'est passé ce soir-là ne se produise jamais. C'est malheureusement ce qui arrive quand on ne traite pas ce genre de problèmes à la source", poursuit Charlize.

Sur le même sujet : Charlize Theron sur sa responsabilité dans "Scandale"

L'actrice de Monster explique que son père était revenu d'une longue soirée de beuverie quand les choses ont mal tourné. 

"Mon père était tellement soûl qu'il n'aurait pas dû être en état de marcher quand il est entré chez nous avec une arme à feu. Ma mère et moi étions dans ma chambre contre la porte parce qu'il essayait de la défoncer. Nous étions toutes les deux appuyées contre la porte de l'intérieur pour qu'il ne puisse pas l'ouvrir. Il a alors reculé avant de tirer trois fois à travers", précise la star.

"Aucune de ces balles ne nous a touchées, ce qui relève du miracle. Mais en état de légitime défense, elle a mis un terme à la menace", ajoute-t-elle.

Hilary Bronwyn Gayle SMPSP

La star reconnaît n'avoir aucun problème à raconter cette histoire, surtout si elle peut aider d'autres personnes.

"Les violences familiales, ce genre de violence au sein des familles, est quelque chose que je partage avec beaucoup de gens. Je n'ai pas honte d'en parler, car je trouve que plus on en parle, plus on se rend compte qu'on n'est pas seuls dans cette situation. Pour moi, cette histoire tourne autour du fait de grandir avec une personne qui a une addiction et de ce que cela engendre chez elle", reconnaît-elle.

Gregg DeGuire/WireImage

La star, elle-même mère de deux enfants, estime avoir beaucoup de chance de les avoir. Mais en tant que parent célibataire, elle espère être moins stigmatisée pour cela à l'avenir.

"Tout ce que j'espérais vivre pendant le processus d'adoption a eu lieu parce que le destin de ces deux bébés était d'être avec moi. Et ce sont mes enfants", précise-t-elle.

"Il y a ce concept selon lequel une famille devrait ressembler à ci ou à ça ou à ce qui constitue une « bonne » famille ou une famille « forte ». Dans bien des cas, et je pense que c'est le cas pour beaucoup de gens en Amérique, il y a encore cette image très traditionnelle selon laquelle tous les enfants devraient avoir un père et une mère."

"On commence à se faire à l'idée de deux mères ou deux pères, mais pas trop à l'idée d'une famille monoparentale. C'est bien dommage", exprime Charlize. "Je connais beaucoup de gens qui feraient de formidables parents. Mon combat a été un peu plus aisé à cause de mon statut, mais je voudrais que ce soit le cas pour toutes les femmes qui veulent partager leur vie et élever un jeune enfant."

Si votre conjoint ou compagnon vous fait subir des actes de violences conjugales ou menace de le faire, vous pouvez alerter la police ou la gendarmerie. Retrouvez toutes les informations ici : https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F12544