Taylor Swift aura finalement le droit de chanter ses anciens tubes aux American Music Awards 2019 dimanche.

Suite à son énorme différend avec Scooter Braun et Scott Borchetta, de Big Machine Records, la semaine dernière, le label Big Machine a publié un communiqué de presse concernant la cérémonie de récompenses.

"Le label Big Machine et Dick Clark Productions annoncent avoir trouvé un accord de licence qui accepte que les performances de leurs chanteurs soient diffusées après la cérémonie et rediffusées sur des plateformes approuvées par les deux parties", a indiqué la maison de disques lundi. "Cela inclut les futures performances aux American Music Awards."

Le label a conclu ainsi : "Il faut noter que les artistes n'ont pas besoin de notre approbation pour des performances en direct à la télévision ou tout autre média live. L'approbation n'est nécessaire que pour les enregistrements audio et vidéo des artistes sous contrat pour déterminer comment ils devraient être distribués."

Dick Clark Productions vient de répondre qu'il n'a jamais autorisé le communiqué de Big Machine.

"À aucun moment, Dick Clark Productions n'a accepté de créer, d'autoriser ou de distribuer un communiqué de presse en partenariat avec le label Big Machine au sujet de la performance de Taylor Swift aux American Music Awards 2019", peut-on lire. "Tout accord final à ce sujet doit être conclu directement avec l'équipe de management de Taylor Swift. Nous n'avons pas d'autres commentaires pour le moment."

Taylor, qui est impliquée dans une bataille juridique depuis des mois avec Scooter Braun et Scott Borchetta, est allée sur les réseaux sociaux jeudi dernier avançant que les deux hommes l'empêchaient d'interpréter ses anciennes chansons à la télé aux American Music Awards 2019, où elle doit recevoir le prix de l'Artiste de la décennie. Dans son post, la star a révélé avoir l'intention de reprendre quelques-uns de ses plus grands titres, mais qu'elle en était empêchée.

"Scott Borchetta et Scooter Braun ont déclaré que je n'avais pas le droit d'interpréter mes anciennes chansons à la télé, estimant que ce serait comme réenregistrer ma musique avant d'en avoir le droit l'année prochaine", avait écrit TayTay. "De plus – et ce n'est pas ainsi que je voulais vous annoncer la nouvelle - Netflix a créé un documentaire sur ma vie ces dernières années. Scott et Scooter ont refusé l'utilisation d'anciennes chansons ainsi que d'anciennes vidéos pour ce projet, bien qu'aucune mention ne soit faite d'eux ou de Big Machine Records dans le film."

Taylor Swift, We Can Survive concert

Getty Images for Entercom

"Scott Borchetta a dit à mon équipe qu'il ne m'autoriserait à utiliser ma musique qu'à deux conditions : que j'accepte de ne pas réenregistrer des versions de mes chansons l'année prochaine (ce que j'ai légalement le droit de faire et ce que j'ai hâte de faire) et que j'arrête de parler de Scooter Braun et lui", avait ajouté la star de 29 ans. "Je pense vraiment que partager ce qui est en train de m'arriver pourrait plus sensibiliser d'autres artistes et potentiellement leur éviter le même sort. Le message qui m'a été envoyé est clair. En gros, sois une gentille fille et ferme-la. Ou tu seras punie."

L'interprète de "The Man" a précisé à ses fans qu'elle voulait interpréter SA musique :

"J'ai essayé de trouver une solution en privé avec mon équipe, mais rien n'a pu être résolu. Pour l'instant, ma performance aux AMA, le documentaire Netflix et d'autres événements enregistrés auxquels j'ai l'intention de participer jusqu'à novembre 2020 sont incertains."

Taylor Swift, The Voice

NBC

La bataille juridique entre Taylor et ses anciens managers est devenue publique en juin, quand l'interprète de "Lover" a réagi sur Tumblr au fait que Scooter Braun venait d'acquérir Big Machine Records, le label avec lequel la chanteuse a enregistré ses six premiers albums. Dans son message, la star, qui est désormais chez Republic Records et Universal Music Group, a déclaré être "triste et dégoûtée" par cette action coordonnée avec Scott Borchetta.

"Pendant des années, j'ai demandé et supplié qu'on me permette de posséder ma musique. Au lieu de ça, on m'a donné la possibilité de resigner avec Big Machine Records et de « gagner » un album à la fois, pour chaque nouveau disque produit avec eux", a expliqué Taylor. "Je suis partie parce que je savais qu'une fois le contrat signé, Scott Borchetta vendrait le label, et par conséquent mon avenir et moi. J'ai dû prendre la terrible décision de laisser mon passé derrière moi. Des morceaux que j'ai écrits par terre dans ma chambre et des clips dont j'ai rêvé et que j'ai payés avec l'argent récolté en jouant dans des bars, puis des clubs, des salles de concerts et des stades."

  

Nos partenaires et nous-mêmes utilisons des cookies sur ce site pour améliorer notre service, analyser des données, personnaliser les publicités, mesurer la performance marketing et stocker vos préférences sur le site. En utilisant ce site, vous consentez à l'utilisation de ces cookies. Pour plus d'informations sur les cookies et comment gérer votre consentement, consultez notre Politique Concernant Les Cookies.