Tout n'est pas glamour à Hollywood. 

Pour sa table ronde annuelle avec de grandes actrices, The Hollywood Reporter a réuni plusieurs d'entre elles, à savoir Jennifer Lopez, Renée Zellweger, Laura Dern, Lupita Nyong'o, Awkwafina et Scarlett Johansson. Ces six femmes ont des expériences très différentes dans le milieu, mais ce qui les réunit, c'est l'amour du métier et le désir de partager leurs histoires. Au cours de la conversation, elles ont abordé de nombreux sujets, comme le quotidien d'Hollywood ou leur rapport au mouvement #MeToo. 

"Il voulait voir mes nibards", s'est souvenue Jennifer Lopez à propos d'une de ses premières interactions avec un réalisateur pendant le tournage d'un film. "Et je lui ai dit : « On n'est pas sur le plateau. » J'ai donc refusé, je ne me suis pas laissé faire. Le plus étrange, c'est que je me souviens avoir été paniquée sur le moment. Je précise qu'il y avait une costumière dans la pièce avec moi. Il y avait donc une autre femme dans la salle quand il a dit ça et que j'ai refusé. Heureusement, mon côté Bronx est ressorti et j'ai dit : « Je n'ai pas à te montrer mes… Non. Tu les verras sur le plateau. »" 

J.Lo n'est pas la seule à avoir eu ce genre d'expériences. Les autres actrices à la table ont elles aussi connu ce sentiment d'être mises dans des situations inconfortables au travail tout au long de leur carrière. Laura Dern est revenue sur ses débuts, une époque où les auditions dans des chambres d'hôtel étaient monnaie courante. 

"J'ai commencé à passer des auditions à 10, 11 ans", s'est souvenue l'actrice de Big Little Lies. "J'entends la nouvelle génération se demander : « Avant, les auditions avaient lieu dans des chambres d'hôtel ? » J'ai envie de leur dire : « Oui, à chaque fois, on attendait dans le hall de l'hôtel et le réalisateur vous attendait dans une chambre pour voir si le courant passait. »"

Jennifer Lopez, Laura Dern, Scarlett Johanson, Lupita Nyong'o, Awkwafina, Renee Zellweger

Kwaku Alston

Même si ça semble assez glauque aujourd'hui, Jennifer Lopez reconnaît que la plupart du temps, les interactions étaient purement professionnelles. "Et parfois, ce n'était pas du tout inapproprié. C'était très pro. Donc, on ne peut pas mettre tout le monde dans le même panier."

Les autres actrices ont partagé son avis. "Non, c'est juste que ça donnait la possibilité à certains d'avoir un comportement déplacé", a déclaré Renée Zellweger. Si Lupita Nyong'o reconnaît que l'époque actuelle n'a jamais été aussi propice aux femmes et aux personnes de couleurs à Hollywood, elle espère que ces nouveaux mouvements vont perdurer. 

"En ce moment, il y a un effort concerté pour mettre en avant la diversité et l'intégration", a-t-elle poursuivi. "J'espère simplement que ce n'est pas une mode, une tendance. C'est génial et cool de bosser avec des femmes et des minorités, mais le moment de maturité dans le milieu, c'est quand ça deviendra la norme, vous comprenez ?" 

  

Nos partenaires et nous-mêmes utilisons des cookies sur ce site pour améliorer notre service, analyser des données, personnaliser les publicités, mesurer la performance marketing et stocker vos préférences sur le site. En utilisant ce site, vous consentez à l'utilisation de ces cookies. Pour plus d'informations sur les cookies et comment gérer votre consentement, consultez notre Politique Concernant Les Cookies.