Brad Pitt sait qu'il ne peut pas lutter contre deux stars en matière de rôles

L'acteur a expliqué comment il choisissait ses rôles de nos jours.

par Samantha Schnurr | Traduit par David K | sept. 17, 2019 12:17Tags
Brad Pitt, GQ, October 2019Lachlan Bailey for GQ

Aucune star à Hollywood ne peut prétendre à tous les rôles : demandez donc à Brad Pitt.  

Le grand acteur et star d'Ad Astra a une liste longue comme le bras de rôles qu'il a interprétés en trois décennies. Et pourtant, comme il l'a reconnu dans GQ, chaque acteur a ses points forts. C'est d'ailleurs ce qui détermine les choix de carrière de Brad. 

"C'est la question que je me pose depuis 15 ans : « Si je joue ce rôle, qu'est-ce que j'apporte que quelqu'un d'autre ne peut apporter ? »"

L'ex d'Angelina Jolie répond lui-même à sa question rhétorique : "L'idée est d'apporter mon expérience personnelle, mon humour, mes gênes et mes douleurs personnelles."

Et tous ces points sont différents chez Christian Bale, son partenaire dans The Big Short : le casse du siècle ou Tom Hardy. "Quand je regarde Christian Bale ou Tom Hardy, je ne peux pas faire ce qu'ils font. J'adore les regarder. Et je ne pourrais pas interpréter leurs rôles", a-t-il admis à GQ. "Je veux faire les choses à ma manière."

lire
Brad Pitt fait une apparition spéciale à la messe de Kanye West

Si l'acteur joue moins ces dernières années, la star de Once Upon a Time… in Hollywood se concentre plus sur sa vie. 

"J'étais trop concentré sur le fait de trouver des personnages intéressants. Je me suis dit : « Merde. Mène une vie intéressante et le reste viendra tout seul. » Du genre : « Sors et… mène une vie intéressante. Sors et vis de vraies expériences. » Et c'est ce qui façonne le travail. Pas chercher un travail intéressant, puis chercher à vivre pour compenser. Je me suis plus intéressé à ma manière de vivre que ce pour quoi je vivais", a-t-il précisé. 

Lachlan Bailey for GQ

La raison de ce revirement ? L'âge. "C'est le fait de vieillir, put*** !", a-t-il avoué à GQ. "On est plus conscient du temps qui passe, on a plus d'expériences, bonnes ou mauvaises, avec les gens. Sans compter ses réussites et ses échecs, plus on vieillit et moins ça apparaît comme des réussites ou des échecs. Avec qui on passe son temps, comment on passe son temps, tout ça est devenu plus important à mes yeux."

Le numéro d'octobre du GQ américain est disponible depuis le 16 septembre.