Six mois après avoir été arrêtée dans le cadre du scandale des admissions universitaires, Felicity Huffman vient de connaître son sort. 

Vendredi, dans un tribunal du Massachusetts, l'actrice a été condamnée à 14 jours de prison, ainsi qu'à une mise à l'épreuve pendant un an, 250 heures de TIG et une amende de 30 000 $ pour fraude postale et fraude de services honnêtes. C'est le premier parent parmi les 40 accusés à être condamné dans une série de pots-de-vin pour un montant total estimé à 25 millions de dollars, afin de permettre à des familles riches de faire entrer leurs enfants dans des universités américaines prestigieuses.

La star est restée impassible à l'annonce du verdict de la juge Indira Talwani. Son époux, l'acteur William H. Macy, qui l'accompagnait, est resté stoïque. L'actrice a six semaines pour se rendre en prison, afin de purger sa peine.

"Je ne pense pas que qui que ce soit ait envie d'aller en prison", a déclaré la juge. "Je pense néanmoins qu'il s'agit de la bonne condamnation. On passe à autre chose et on peut se reconstruire après coup. On paie sa dette."

Juste avant cela, Felicity Huffman avait précisé être "profondément désolée" à la cour.

"J'accepte l'entière responsabilité de mes actes et, pour commencer à me racheter, j'assumerai les conséquences qui en découleront", avait-elle ajouté.

Il s'agit du plus grand scandale en la matière de l'histoire des États-Unis. Le cerveau derrière tout ça est William "Rick" Singer du Edge College & Career Network, qui a plaidé coupable de racket en mars. Il se serait arrangé pour que Sofia Macy, la fille aînée de Felicity Huffman et William H. Macy, passe un test d'admission à l'université où un surveillant aurait été désigné pour contrôler l'examen et corriger les erreurs en secret. Un mois plus tard, le couple de stars aurait versé 15 000 $ de "pseudo contribution" à l'œuvre caritative de William Singer, qui servait en fait pour blanchir de l'argent, a déterminé le FBI.

"Felicity Huffman a ensuite utilisé le même stratagème une deuxième fois pour sa cadette, avant de se raviser", a-t-on pu lire dans l'affidavit contenu dans la plainte pénale.

"Sur le chemin du centre d'examen, je me suis dit : « Fais demi-tour avec ta voiture », a expliqué l'actrice visiblement émue à la juge vendredi. "Une des choses les plus difficiles que j'ai subies après mon arrestation a été quand ma fille m'a dit : « Je ne sais plus qui tu es. » Je suis désolée, Sophia. J'avais peur, j'ai été stupide et j'avais complètement tort. J'ai vraiment honte de ce que j'ai fait. J'ai causé plus de tort que je ne l'aurais imaginé. Je réalise maintenant que l'amour et la vérité doivent aller de pair."

L'actrice a ensuite déclaré : "J'accepte la décision de la cour aujourd'hui sans réserve. J'ai toujours été prête à accepter la condamnation de Madame la juge Talwani. J'ai enfreint la loi. Je l'ai reconnu et j'ai plaidé coupable en ce sens. Mes actions ne sont ni excusables ni pardonnables. Point barre."

"Je voudrais de nouveau m'excuser auprès de ma fille, mon mari, ma famille et le monde éducatif pour mes actions", a-t-elle poursuivi. "Et je veux tout particulièrement m'excuser auprès des étudiants qui travaillent dur chaque jour à l'université et de leurs parents qui font d'énorme sacrifices pour les soutenir honnêtement. J'ai beaucoup appris ces six derniers mois sur mes défauts en tant qu'être humain. Mon but est désormais de purger la peine que la cour m'a infligée. J'ai hâte de faire mes TIG et d'avoir un impact positif sur ma communauté. J'ai également l'intention de faire des contributions après m'être acquittée de ces heures."

Felicity Huffman a précisé : "Je peux vous assurer que dans les mois et les années à venir, j'essaierai de mener une vie plus honnête, d'être un meilleur exemple pour mes filles et ma famille et de continuer à utiliser mon temps et mon énergie là où on a besoin de moi. J'espère maintenant que ma famille, mes amis et ma communauté me pardonneront mes actions."

En plus de William H. Macy, qui n'a pas été condamné, une dizaine d'amis et de membres de la famille de l'actrice ont assisté à l'audience, apprend-on.

Le procureur avait requis un mois de prison pour Felicity Huffman, en déclarant : "Ce qu'elle a fait est inexcusable." Son avocat avait demandé une année de mise à l'épreuve, 250 heures de TIG et une amende.

Felicity Huffman, William H Macy

CJ GUNTHER/EPA-EFE/Shutterstock

En mai, la star avait plaidé coupable après avoir demandé pardon publiquement et avoir reconnu son entière responsabilité pour ses actions. "Je plaide coupable des charges dont m'accuse le Bureau du procureur des États-Unis. Je reconnais complètement ma culpabilité, et c'est avec un profond regret et de la honte pour ce que j'ai fait que j'accepte l'entière responsabilité de mes actions et que j'assumerai les conséquences qui en découleront", avait-elle déclaré dans un communiqué. "J'ai honte de la douleur que j'ai causée à ma fille, ma famille, mes amis, mes collègues et au monde éducatif."

Et Felicity Huffman de poursuivre : "Je tiens à leur présenter mes excuses et, surtout, je tiens à m'excuser auprès des étudiants qui travaillent dur chaque jour à l'université et auprès de leurs parents qui font d'énormes sacrifices pour les soutenir honnêtement."

En conclusion, l'actrice a noté : "Ma fille ignorait tout de mes actions, et à cause de mes erreurs et de mon manque de discernement, je l'ai trahie. Je devrai porter le poids de ce délit toute ma vie aux yeux du public et de ma fille. Mon désir de l'aider ne justifie en rien le fait de ne pas respecter la loi ou de me comporter de façon malhonnête."

Avant le verdict, l'actrice et plusieurs de ses collègues et amis avaient écrit à la juge en faveur de Felicity Huffman. Cette dernière avait précisé qu'elle n'avait pas recherché un conseiller d'orientation, "afin de trouver un moyen de trafiquer les résultats des examens d'entrée". D'après elle, c'est en cherchant des conseils en matière de demande d'admission à la fac que William Singer lui a été recommandé. 

"Sophia était passionnée de théâtre, mais au fil du temps, M. Singer m'avait dit que ses résultats aux tests étaient trop faibles et que si ses résultats en maths n'augmentaient pas de manière significative, aucune des facs qui l'intéressaient n'accepterait de lui faire passer des auditions", a-t-elle reconnu dans sa lettre. "Honnêtement, ça m'était égal et ça m'est toujours égal que ma fille aille dans une fac prestigieuse. Je voulais juste que son dossier puisse être étudié et que ses talents d'actrice soient le facteur décisif. Cela peut sembler superficiel maintenant, [sic] mais, dans mon esprit, je savais que le succès ou l'échec de ma fille au théâtre ou au cinéma ne dépendrait pas de ses connaissances en maths."

"Je ne voulais pas que ma fille ne puisse pas auditionner et faire ce qu'elle adore parce qu'elle est nulle en maths", a-t-elle continué. "Après avoir travaillé près d'un an avec M. Singer et ses tuteurs, il m'a dit que ça ne suffisait pas. Les résultats de Sophia n'étaient pas à la hauteur. C'était encore un gros problème et, d'après lui, il avait la solution. Il m'a dit : « On va faire en sorte qu'elle ait les résultats dont elle a besoin », en aillant un surveillant d'examen qui puisse augmenter ses résultats une fois l'examen passé. Sophia ne l'aurait jamais su et elle aurait pu se « concentrer sur ce qui compte vraiment : ses [sic] notes et ses auditions ». Il m'a précisé qu'il le faisait pour beaucoup de ses étudiants."

Après six semaines de "tergiversations", "j'ai fini par accepter de tricher avec les examens d'entrée à la fac de Sophia et j'ai réfléchi à la possibilité de faire de même pour Georgia. Mais la décision me perturbait terriblement ; je savais que ce n'était pas bien. J'ai fini par retrouver mes esprits en demandant à M. Singer d'arrêter la procédure pour Georgia", a encore écrit Felicity Huffman. 

La star de Desperate Housewives a conclu ainsi : "Dans mon désir désespéré d'être une bonne mère, je me suis persuadée que tout ce que je faisais était de donner sa chance à ma fille. Aujourd'hui, je vois l'ironie d'une telle déclaration étant donné que ce que j'ai fait est tout sauf juste. J'ai enfreint la loi, j'ai trompé le monde de l'éducation, j'ai trahi ma fille et j'ai abandonné ma famille."

Nos partenaires et nous-mêmes utilisons des cookies sur ce site pour améliorer notre service, analyser des données, personnaliser les publicités, mesurer la performance marketing et stocker vos préférences sur le site. En utilisant ce site, vous consentez à l'utilisation de ces cookies. Pour plus d'informations sur les cookies et comment gérer votre consentement, consultez notre Politique Concernant Les Cookies.