Le prince Andrew, le duc d'York, a fait une déclaration personnelle samedi sur ses rapports avec Jeffrey Epstein, pour préciser qu'il n'avait jamais vu le millionnaire désormais décédé s'adonner à des actes ayant pu causer son arrestation pour crimes sexuels.

Jeffrey Epstein, 66 ans, a été retrouvé mort dans sa cellule le 10 août après s'être pendu, comme l'ont déterminé les médecins, quelques semaines après qu'il a été mis en examen et qu'il a plaidé non coupable de trafic sexuel de dizaines de mineures. Les documents juridiques américains qui remontent à des années ont indiqué qu'Epstein avait passé du temps avec le duc d'York, qui est le deuxième fils de la reine Elizabeth II, le père de la princesse Eugenie et la princesse Beatrice et l'ex-mari de Sarah Ferguson, la duchesse d'York.

"Il est évident depuis le suicide de M. Epstein qu'il y a énormément de spéculations des médias sur de nombreux points de sa vie", a déclaré le prince Andrew dans son communiqué, son premier commentaire sur le financier depuis son décès. "C'est particulièrement le cas concernant mon ancienne association ou amitié avec M. Epstein. Par conséquent, je suis désireux de préciser les faits pour éviter toute spéculation future."

Et le prince Andrew de poursuivre : "J'ai rencontré M. Epstein en 1999. Pendant la période où je le connaissais, je le voyais de façon irrégulière et probablement pas plus d'une ou deux fois par an. J'ai séjourné dans plusieurs de ses résidences. À aucun moment pendant le temps limité que j'ai passé avec lui, je n'ai vu, je n'ai été le témoin ou je n'ai suspecté un comportement qui l'a conduit à se faire arrêter et condamner."

La semaine dernière, le Daily Mail a publié une photo où le prince Andrew faisait signe à une femme depuis la résidence new-yorkaise d'Epstein. Le journal britannique a précisé que le cliché remontait à 2010, deux ans après que l'homme d'affaires a plaidé coupable de solliciter une mineure pour qu'elle se prostitue en Floride, ce qui lui avait valu une peine de prison de 13 mois et l'avait contraint de s'inscrire au registre des délinquants sexuels.

Le prince Andrew a été aussi photographié en compagnie du financier à Central Park l'année dernière, l'année de sa sortie de prison, une rencontre que le frère du prince Charles a qualifié d'erreur de jugement, a précisé la BBC.

"J'ai déjà dit que c'était une erreur et une faute de le revoir après qu'il a été relâché en 2010 et je ne peux que répéter mon regret d'avoir cru à tort que je connaissais qui il était vraiment, compte tenu de ce que l'on sait aujourd'hui. J'ai énormément de compassion pour tous ceux qui ont été affectés par ses actions et son comportement", a ajouté l'ex-mari de Sarah Ferguson. 

Jeffrey Epstein, Prince Andrew

Getty Images

"Son suicide laisse beaucoup de questions sans réponses, et j'exprime ma compassion à tous ceux qui ont été affectés et qui souhaitent clore ce chapitre", a encore précisé le prince Andrew. "C'est une période difficile pour toutes les personnes impliquées, et je ne comprends pas du tout le mode de vie de M. Epstein. Je déplore l'exploitation de tout être humain et je ne tolérerais pas, ne participerais pas, ni n'encouragerais ce genre de comportement."

Ses remarques personnelles, émises par son bureau officiel, sont faites quelques jours après la publication du message suivant par le palais de Buckingham : "Le duc d'York est horrifié par les récentes rumeurs concernant les possibles crimes de Jeffrey Epstein. Son Altesse royale déplore l'exploitation de tout être humain, et suggérer qu'il puisse tolérer, participer ou encourager ce genre de comportement est odieux."

En 2015, le prince Andrew avait été cité dans des documents juridiques lors d'un procès au civil à l'encontre d'Epstein. Une de ses accusatrices avait déclaré qu'on lui avait ordonné de donner au prince "ce qu'il voulait". À l'époque, le palais de Buckingham avait publié le message suivant : "Nous nions catégoriquement le fait que le duc d'York ait eu le moindre rapport sexuel ou la moindre relation avec [cette femme]. Les accusations sont fausses et sans fondement."

  • Share
  • Tweet

Nos partenaires et nous-mêmes utilisons des cookies sur ce site pour améliorer notre service, analyser des données, personnaliser les publicités, mesurer la performance marketing et stocker vos préférences sur le site. En utilisant ce site, vous consentez à l'utilisation de ces cookies. Pour plus d'informations sur les cookies et comment gérer votre consentement, consultez notre Politique Concernant Les Cookies.