Michael Gandolfini

Marco Grob

Michael Gandolfini révèle combien marcher dans les pas de son père l'a aidé à "faire le deuil" de sa disparition. 

Quand James Gandolfini, son père, est décédé en juin 2013, Michael, alors âgé de 14 ans ne savait pas comment réagir à cette mort soudaine. Malheureusement, la famille Gandolfini était en vacances à Rome quand l'acteur de 51 ans a succombé à une crise cardiaque. 

Quelques jours après sa mort, un ami a suggéré à l'adolescent de prendre des cours de comédie en guise de thérapie, raconte l'intéressé dans un entretien accordé à Esquire : "Dès le premier jour, je suis tombé amoureux. Ça a déclenché le processus de deuil avec mon père."

Mais alors que les opportunités professionnelles commençaient à se faire plus nombreuses, y compris un rôle dans la série The Deuce, l'acteur s'est retrouvé face à une décision "difficile" à prendre. David Chase a révélé qu'il avait l'intention de faire un film sur les jeunes années du personnage de Tony Soprano, un rôle parfait pour Michael. Mais le dilemme venait du fait que ce dernier n'avait jamais vu la série avant de passer l'audition.

"J'étais enfant quand il la tournait", explique l'étudiant de l'université de New York. "J'allais sur le tournage et quand je lui demandais de quoi ça parlait, il me répondait : « C'est l'histoire d'un type qui est dans la mafia et qui va voir un psy. »" Mais c'est tout ce que Michael connaissait de la série, ce qui signifiait que s'il avait l'intention de reprendre le rôle, il lui faudrait regarder le travail de son père. Et le fils reconnaît que ce fut la partie la plus "difficile" pour se préparer à incarner le personnage culte.

Michael déclare : "Ce fut un processus intense. Parce qu'en tant qu'acteur, je devais regarder cet homme qui a créé le rôle, chercher son maniérisme, sa voix, toutes ces choses qu'il allait falloir que je reproduise. Mais en même temps, je regardais mon père. Le plus dur a été de faire ça seul. Je restais assis seul dans mon appartement sombre, à regarder en permanence mon père."

Michael Gandolfini

Marco Grob

Toutes ces heures passées devant la télévision ont déclenché des "rêves dingues" tout droit sortis d'un film d'horreur. "Au cours de l'un d'eux, j'auditionnais devant David et en regardant mes mains, c'était celles de mon père", révèle le jeune homme de 19 ans. 

Mais regarder les 86 épisodes de la série Les Soprano n'était pas si mal. À certains moments, Michael explique avoir presque ressenti la présence de son père, comme si Tony Soprano lui envoyait un message de l'au-delà. Michael décrit un de ces moments : quand "[Tony] hurle après A.J., lui offre une pizza pour se faire pardonner, s'assoit près du lit de son fils et lui dit : « Je ne pourrais pas avoir de meilleur fils. » Je savais qu'il me parlait dans cette scène".

Voir son père disparu à l'écran est un petit réconfort pour Michael, même s'il estime que la carrière de son père a été "dure à encaisser" pour la famille, étant donné qu'il était "souvent parti". C'est peut-être pour cette raison que James a tenté de dissuader Michael de poursuivre une carrière d'acteur. "En grandissant, il voulait que je fasse du sport. Je sentais ce fardeau. Je voulais qu'il soit fier de moi. Et il m'a dit : « Ne sois pas acteur ; sois réalisateur. C'est eux qui ont le pouvoir »", raconte Michael.

Peu importe ses aspirations pour Michael, il ne fait aucun doute que James serait immensément fier du nouveau Tony Soprano.

  

  • Share
  • Tweet

Nos partenaires et nous-mêmes utilisons des cookies sur ce site pour améliorer notre service, analyser des données, personnaliser les publicités, mesurer la performance marketing et stocker vos préférences sur le site. En utilisant ce site, vous consentez à l'utilisation de ces cookies. Pour plus d'informations sur les cookies et comment gérer votre consentement, consultez notre Politique Concernant Les Cookies.