Brad Pitt, Harvey Weinstein

Kevork Djansezian/Getty Images, Raymond Hall/GC Images

Cela fait 50 ans que Sharon Tate a été assassinée par les adeptes de Charles Manson. Dans le nouveau film de Brad Pitt et Leonardo DiCaprioOnce Upon a Time... in Hollywood, les cinéphiles sont replongés à l'époque de cette nuit de 1969.

Bien que les meurtres aient eu lieu cinq ans avant la naissance de DiCaprio, l'acteur oscarisé a déclaré que ses parents lui avaient expliqué la façon dont la mort de Tate avait changé la perception de "l'âge d'or" hollywoodien.

"Mes parents m'ont décrit cela comme étant la fin de la révolution idéalisée", a-t-il expliqué au Sunday Times dans une interview publiée ce week-end. "Mes parents sont restés des hippies, mais c'était la fin de ce rêve. Comme [le réalisateur du film] Quentin [Tarantino] l'a décrit, on s'imagine cette utopie, mais il y a du moisi autour du cadre qui a mis la lumière sur l'horreur de l'humanité et a mis fin à un bon nombre de rêves pour mes parents, qui essayaient de transmettre cette idéologie d'« amour et paix » au reste du monde. Tout s'est écroulé, à tel point qu'on parlait d'une conspiration. Ça a immédiatement mis fin à cette époque."

Pitt, qui avait 5 ans à l'époque de la mort de Tate, a également donné son avis.

"Les gens ont commencé à fermer à nouveau leurs portes à clé", a-t-il expliqué. "On sortait d'une décennie tumultueuse avec les assassinats, le mouvement « peace and love » et le mouvement des droits civiques et, si je ne me trompe pas, il y avait encore de l'espoir. Mais quand c'est arrivé... Si les célébrités blanches et riches étaient en danger, plus personne n'était à l'abri. Même les gens qui vivaient le rêve américain."

Quand on lui a demandé si un événement avait "secoué Hollywood" de la même façon, Pitt a eu vite fait de répondre.

"Harvey Weinstein", a-t-il répondu, avant de demander : "J'ai le droit de dire ça ?"

Quand Pitt s'est inquiété de savoir si sa réponse était "de mauvais goût", le journaliste lui a demandé s'il faisait référence à "la fin de l'innocence dans un monde qui était protégé et était mis sur un piédestal". 

"Je pense plutôt que les choses se rééquilibrent", a clarifié Pitt, "mais en bien."

Leonardo DiCaprio, Brad Pitt, Once Upon a Time in Hollywood

YouTube

Once Upon a Time... in Hollywood est le neuvième film de Tarantino, mais c'est aussi son premier film qui ne soit pas produit par Weinstein. Le producteur est accusé de harcèlement sexuel par plusieurs femmes. Il a catégoriquement nié toutes les allégations de rapports sexuels non consentis. 

En plus de Weinstein, les deux acteurs ont parlé de la masculinité et des changements liés à cette idée.

"Quand j'ai commencé, j'adorais Mickey Rourke et Sean Penn", a expliqué Pitt au journal. "Je les adorais car ils avaient un côté dur. C'était l'idée qu'on se faisait d'un vrai homme quand j'étais petit. Mais ils étaient aussi vulnérables, purs et ouverts, ce que j'ai toujours apprécié. Maintenant, je remarque un nouveau style de masculinité, surtout avec les gens qui sont passés par Hollywood depuis ce rééquilibre. Les nouveaux hommes sont plus vulnérables. Je ne parle pas de mièvrerie, je parle d'un homme qui accepte ses défauts, s'en rend compte et en parle. Il est vulnérable, il exprime ses sentiments, au lieu d'être macho et de jouer les mecs durs. Mais il n'y a peut-être que moi qui vois ça en vieillissant et qui projette sur les autres."

Pour lire l'interview entière du duo dynamique, rendez-vous sur le site du Sunday Times.

Nos partenaires et nous-mêmes utilisons des cookies sur ce site pour améliorer notre service, analyser des données, personnaliser les publicités, mesurer la performance marketing et stocker vos préférences sur le site. En utilisant ce site, vous consentez à l'utilisation de ces cookies. Pour plus d'informations sur les cookies et comment gérer votre consentement, consultez notre Politique Concernant Les Cookies.