DU NOUVEAU SUR...

R. Kelly plaide non coupable de crimes sexuels : tout ce que l'on sait

Voici les détails de la procédure judiciaire concernant le chanteur de 52 ans
par Corinne Heller, Jess Cohen, Elyse Dupre | Traduit par David K | août 05, 2019 13:56Tags
lire
R. Kelly inculpé de 10 chefs d'accusation d'abus sexuel aggravé

MISE À JOUR : R. Kelly a plaidé non coupable durant son audition devant une cour fédérale à Chicago mardi, a appris E! News. En outre, le juge a ordonné que Kelly soit maintenu en détention sans possibilité de libération sur caution.

"M. Kelly a plaidé non coupable des charges pesant contre lui à Chicago", a dit le procureur des États-Unis dans une déclaration partagée avec E! News. "Le juge [Harry] Leinenweber a refusé la libération sur caution, il sera donc maintenu en détention dans une prison fédérale."

______

R. Kelly a été inculpé jeudi soir de crimes sexuels au niveau fédéral dans deux États, y compris pour pornographie infantile et entrave à la justice.

Une source policière confirme à E! News que le chanteur de R&B de 52 ans a été arrêté à Chicago "après être sorti fumer devant sa résidence avec son chien". Si l'on se réfère au site du Bureau fédéral des prisons, le chanteur est détenu au Centre correctionnel métropolitain de Chicago.

Dans le même temps, des procureurs fédéraux new-yorkais accusent R. Kelly de racket, de kidnapping, de travail forcé et d'exploitation sexuelle d'un enfant, d'après des archives rendues publiques.

Le chanteur de R&B a fait face à de nombreuses accusations d'abus sexuel au fil des ans, accusations qu'il a toujours niées. Ces affaires ont refait surface cette année après la diffusion de Surviving R. Kelly, un documentaire choc diffusé sur Lifetime, qui revenait sur les accusations d'abus.

Steve Greenberg, l'avocat de R. Kelly, a publié un communiqué via Twitter vendredi, indiquant que son client et ses avocats "avaient hâte qu'il soit présenté devant la cour".

Voici les dernières accusations concernant R. Kelly :

Dans un acte d'accusation contenant 13 chefs d'inculpation reconnu par un grand jury dans le district nord de l'Illinois, R. Kelly est accusé de pornographie infantile, de détournement de mineurs et d'entrave à la justice.

L'acte d'accusation indique que R. Kelly "s'est adonné à des contacts sexuels et à des actes sexuels" avec cinq victimes âgées de 12 à 17 ans au moment des faits. Entre 1998 et 2002 environ, le chanteur "se serait filmé en train d'avoir des contacts sexuels et des rapports sexuels avec des mineures", et quatre vidéos retrouvées le montrent en action avec l'une d'entre elles.

Après avoir appris que certaines cassettes vidéo de sa "collection" étaient manquantes, R. Kelly, un ancien manager et un ancien employé auraient envisagé de payer des centaines de milliers de dollars pour récupérer les enregistrements. R. Kelly est aussi accusé d'avoir payé ses victimes et leurs témoins pour s'assurer qu'ils ne coopèrent pas avec la police et d'avoir utilisé la violence, les menaces, le chantage et autres moyens de coercition à l'encontre de ses partenaires sexuels.

"Le courage et les contributions de ma cliente ont permis de mettre un terme définitif à près de trois décennies d'abus sexuels. Cela mérite notre respect", a tweeté l'avocat Michael Avenatti dans la nuit.

TANNEN MAURY/EPA-EFE/Shutterstock

À New York, un grand jury a estimé que R. Kelly et ses associés avaient créé une "Entreprise" pour promouvoir la musique du chanteur et sa marque et pour "recruter des femmes et des jeunes filles pour qu'elles s'adonnent à des activités sexuelles illégales" avec la star dans l'État et ailleurs, y compris à l'étranger.

Le groupe aurait aidé le chanteur à "commettre des crimes et à tenter d'en commettre, dont avoir des relations sexuelles avec des mineures, avoir une activité sexuelle sans dévoiler que R. Kelly avait une maladie sexuellement transmissible et produire de la pornographie infantile".

D'après les documents, les victimes étaient isolées de leurs amis et de leurs familles et rendues dépendantes de R. Kelly en échange d'argent. Le chanteur aurait instauré des règles pour ses partenaires sexuelles, comme de leur défendre de quitter leur chambre, de manger ou d'aller aux toilettes sans sa permission, de les obliger à porter des vêtements amples quand elles n'étaient pas en sa présence, et elles avaient l'interdiction de regarder d'autres hommes. Elles devaient également l'appeler "papa".

"L'Entreprise de R. Kelly ne s'occupait pas seulement de musique ; comme on le soupçonnait, pendant deux décennies, l'entreprise sous la direction de R. Kelly a profité de jeunes femmes et d'adolescentes qui rêvaient de rencontrer la superstar, avant que tout ça ne se transforme en viol, en pornographie infantile et en travail forcé", a déclaré Angel M. Melendez, un agent spécial travaillant pour la sécurité nationale à New York, dans un communiqué. "Le musicien devenu prédateur aurait utilisé sa célébrité pour embobiner ses victimes et les forcer à s'adonner à des actes sexuels infâmes pendant que certains membres de son entreprise facilitaient cette conduite répréhensible. La mise en examen d'aujourd'hui pour racket est une indication nette de l'étendue de ses activités criminelles, qui comprennent coercition et kidnapping."

"R. Kelly croyait qu'il pouvait voler, mais la justice va s'assurer que ses ailes d'oppresseur soient coupées", peut-on encore lire dans le communiqué.

Sur le même sujet: R. Kelly accusé de 10 chefs d'inculpation de sévices sexuels

L'avocat de R. Kelly, Greenberg, a déclaré dans un communiqué : "Comme cela a été rapporté, Robert Kelly a été arrêté par des agents fédéraux hier soir, alors qu'il promenait son chien. Ces derniers ont été courtois et professionnels, ainsi que M. Kelly." "Les chefs d'accusation viennent d'événements qui se seraient produits dans le district nord de l'Illinois et le district est de New York. Le comportement dont on l'accuse semble être le même que celui dont on l'accuse dans l'État dans lequel M. Kelly vit actuellement et son ancien État et pour lequel il a été acquitté. La plupart des faits qui lui sont reprochés, si ce n'est la totalité, datent d'il y a plusieurs décennies."

"M. Kelly était au courant de ces enquêtes et les chefs d'accusation n'étaient pas une surprise", peut-on encore lire. "Il avait déjà rassemblé une formidable équipe d'avocats fédéraux. Ses avocats et lui ont hâte qu'il soit présenté à la cour, pour que la vérité éclate et qu'il soit innocenté de toutes ces agressions sans précédent de gens qui font ça par intérêt personnel. Plus important encore, il a hâte de pouvoir continuer à faire de la musique fantastique et de se produire pour tous les fans qui croient en lui."

"Une audience de mise en liberté sous caution se tiendra en début de semaine prochaine, à l'issue de laquelle M. Kelly espère être libéré", a noté Me Greenberg. "Nous ne ferons aucun autre commentaire d'ici là."

En février, R. Kelly avait été inculpé de 10 chefs d'accusation pour crime sexuels aggravés dans le comté de Cook dans l'Illinois, et son avocat avait plaidé non coupable en son nom. Fin mai, le chanteur avait été inculpé de 11 chefs d'accusation pour abus sexuels, pour lesquels il avait encore plaidé non coupable.

En 2008, un jury avait acquitté R. Kelly de pornographie infantile liée à une vidéo le montrant en train d'avoir un rappeur sexuel avec une mineure.

Les journalistes de NBC New York ont été les premiers à évoquer sa nouvelle arrestation.