Taylor Swift, Scott Borcetta

Steve Granitz/WireImage, Amanda Edwards/Getty Images

Il y a toujours deux versions d'une même histoire, voire trois. Voici le dernier épisode en date de la saga entre Taylor Swift et Scooter Braun, avec cette fois la version de Scott Borchetta, le fondateur du label Big Machine.

Dimanche, Taylor a avancé qu'avant de quitter Big Machine pour Universal Music en novembre 2018, elle s'était battue pour obtenir le contrôle de sa discographie. "Pendant des années, j'ai demandé et supplié qu'on me permette de posséder ma musique", a-t-elle écrit sur sa page Tumblr dimanche. "Au lieu de ça, on m'a donné la possibilité de resigner avec Big Machine Records et de « gagner » un album à la fois, pour chaque nouveau disque produit avec eux. Je suis partie."

La superstar a poursuivi en expliquant être atterrée d'apprendre que Scooter Braun — qui est aussi le manager de Justin Bieber, Ariana Grande et Demi Lovato — avait acquis Big Machine Music et par voie de conséquence, ses albums. "Voici quelques infos concernant la nouvelle d'aujourd'hui : j'ai appris que Scooter Braun avait acheté mes masters quand ça a été annoncé au monde. Tout ce dont je me suis souvenue, c'est son harcèlement incessant et manipulateur qu'il m'a fait subir pendant des années", a-t-elle poursuivi.

"Désormais, Scooter m'a pris le travail de toute une vie, que je n'ai pas eu l'occasion de racheter", a ajouté la chanteuse de 29 ans. "Jamais, même dans mes cauchemars les plus fous, je ne pensais que Scooter les achèterait. À chaque fois que Scott Borchetta m'a entendue lâcher les mots « Scooter Braun », c'était soit quand je pleurais, soit quand je me retenais de pleurer. Il savait ce qu'il était en train de faire. Les deux étaient au courant. Contrôler une femme qui ne voulait plus aucun lien avec eux. À vie. Ça veut dire pour toujours."

Scott Borchetta semble avoir une version très différente de l'histoire.

Dans un nouveau post publié sur le site de Big Machine, intitulé "C'est l'heure de la vérité", il prétend avoir envoyé un SMS à Taylor Swift à propos du deal, avant même qu'il soit annoncé. Et, même si elle ne l'avait pas vu, il a ajouté que son père, Scott Swift, était un des actionnaires de la société et qu'il était au courant de la vente possible dès le 20 juin. 

"J'imagine qu'il est possible que son père ,Scott, Jay Schaudies, l'avocat de 13 Management (qui représentait Scott Swift lors des coups de fil entre actionnaires) ou Frank Bell, directeur de 13 Management et actionnaire de Big Machine LLC (qui était là lors du coup de fil entre actionnaires) n'aient rien dit à Taylor pendant ces 5 jours", a-t-il écrit. "J'imagine qu'il est possible qu'elle n'ait pas vu mon SMS. Mais je doute qu'elle ait « appris la nouvelle en même temps que tout le monde »."

En réponse à Taylor Swift qui avance qu'elle devait produire de nouveaux albums pour redevenir propriétaires des anciens, Scott Borchetta a joint à son message "des points essentiels des négociations" qui auraient fait partie de la dernière offre faite à l'interprète de "Bad Blood" avant qu'elle ne rejoigne Universal Music.

"Taylor et moi avons discuté ensemble du contrat", a-t-il encore écrit. "Comme vous pourrez le lire, 100 % des biens de Taylor Swift devaient lui être immédiatement transférés à la signature du nouvel accord. Nous travaillions ensemble à un nouveau contrat pour le nouveau monde du streaming qui n'était pas forcément lié aux « albums », mais plus à une durée dans le temps. Nous sommes une maison de disques indépendante. Nous ne possédons pas des dizaines de milliers d'artistes et d'enregistrements. Mon offre pour Taylor, compte tenu de la taille de notre société, était extraordinaire."

Toujours selon Scott Borchetta, il a apporté son soutien à Taylor Swift pendant qu'elle prospectait d'autres labels. "Je ne lui ai jamais mis de bâtons dans les roues et je lui souhaite le meilleur", a-t-il poursuivi. "Taylor a eu la possibilité de posséder non seulement les masters de ses enregistrements, mais tous ses clips, toutes ses photos et tout ce qui est lié à sa carrière. Elle a préféré partir."

Enfin, Scott Borchetta prétend n'avoir "jamais vu" Taylor pleurer à cause de Scooter Braun. 

"Est-ce que j'étais au courant de problèmes entre Taylor et Justin Bieber ? Oui", a-t-il reconnu. "Mais il y a aussi des moments où Taylor savait que j'étais proche de Scooter et que ce dernier était une bonne source d'informations pour les prochaines sorties d'album, les tournées, etc, et que je me renseignais auprès de lui en notre nom. Scooter a toujours été positif envers Taylor. Il m'a appelé directement à propos de Manchester pour voir si Taylor y participerait (elle a décliné l'offre). Il m'a appelé directement pour voir si Taylor voulait participer à Parkland March (elle a décliné l'offre). Scooter a toujours soutenu et continuera de soutenir Taylor et sa musique."

Scott Borchetta a publié le message que Taylor Swift lui a envoyé avant qu'elle annonce son départ du label, ainsi que le SMS qu'il lui a envoyé avant qu'on apprenne que Scooter Braun allait acquérir Big Machine. Il a conclu son post sur ses mots: "C'est la vérité."

Je suis très reconnaissant envers mon nouveau partenaire @scott.borchetta et toute l'équipe de @bigmachinelabelgroup

Tous ensemble à Ithaca, nous allons faire des choses extraordinaires, notre espoir étant de donner à chaque artiste les moyens nécessaires pour réussir dans tous les domaines. Merci encore pour la confiance, Scott. Allons-y !

Mais un porte-parole de la chanteuse rejette ces affirmations.

"Scott Swift n'est pas au conseil d'administration et ne l'a jamais été. Le 25 juin, il y a eu un coup de téléphone entre actionnaires auquel Scott Swift n'a pas participé à cause d'une clause de confidentialité très stricte qui interdit à tous les actionnaires d'en parler à qui que ce soit, sous peine de s'exposer à de graves conséquences. Son père n'a pas participé à cet appel, craignant de devoir cacher des informations à sa fille. Taylor a découvert la nouvelle dans la presse à son réveil, avant de voir le SMS de Scott Borchetta, qui ne l'a pas appelée à l'avance."

Le monde de la musique semble partagé sur l'achat de Big Machine par Scooter Braun. Si Justin Bieber et sa femme, Hailey Bieber, se sont exprimés en faveur du manager, des stars comme Halsey et Cara Delevigne apportent leur soutien à Taylor Swift.

"Taylor Swift est une des raisons principales pour lesquelles j'ai toujours insisté pour écrire mes propres chansons", a posté Halsey sur Twitter. "Elle a catapulté son stade dans la Voie Lactée. Et ça me dégoûte que peu importe le pouvoir ou le succès qu'une femme peut avoir, on reste sujette à des gens qui débarquent et qui vous font vous sentir impuissante par méchanceté. Ça montre combien l'industrie musicale doit progresser. Et comment les compositeurs sont traités. Combien on est respecté en tant qu'interprète mais piétiné en tant que compositeur. Même quand on est une seule et même personne. Je suis solidaire avec elle."

Nos partenaires et nous-mêmes utilisons des cookies sur ce site pour améliorer notre service, analyser des données, personnaliser les publicités, mesurer la performance marketing et stocker vos préférences sur le site. En utilisant ce site, vous consentez à l'utilisation de ces cookies. Pour plus d'informations sur les cookies et comment gérer votre consentement, consultez notre Politique Concernant Les Cookies.