De nouveaux détails sur l'agression présumée qu'aurait subie Jussie Smollett viennent d'être rendus publics, suite à la décision d'un juge.

Fin janvier, l'acteur de 36 ans de la série Empire avait fait les gros titres après avoir raconté à la police qu'il s'était fait agresser par deux hommes à Chicago, qui auraient prononcé des insultes racistes et homophobes à son encontre, avant de déverser un produit chimique sur lui et de lui passer une corde au cou. Il avait ensuite été soigné à l'hôpital. Mais suite à une enquête des forces de l'ordre et au scepticisme d'une grande partie du public, la star n'avait pas tardé à être accusée d'avoir mis en scène l'incident.

Un jury l'a alors condamné de 16 chefs d'accusation pour trouble à l'ordre public, pour avoir déposé une plainte non fondée à la police, en mentant sur le fait d'avoir été victime d'un crime haineux. Les procureurs ont alors accusé l'acteur d'avoir orchestré sa propre agression avec deux suspects présumés, les frères Osundairo, Olabinjo "Ola", 27 ans, un figurant dans Empire, et Abimbola "Abel", 25 ans, un remplaçant dans la série. Les deux hommes sont également préparateurs physiques. 

Jussie Smollett a plaidé non coupable. À la surprise générale, les procureurs ont finalement abandonné toutes les poursuites contre lui, déclenchant l'ire de la police de Chicago et une demande de remboursement de 130 000 $ (environ 116 000 euros) de la part de la ville.

Un juge a récemment accepté de rendre public les documents policiers et légaux de l'affaire Smollett, suite aux demandes des médias. Jeudi, la police de Chicago a publié plus de 450 pages de documents liés à son arrestation et à l'enquête. La plupart des noms ont été masqués.

Voici les principaux éléments découverts :

1. La description des agresseurs : les frères Osundairo arrêtés sont noirs. Mais Jussie Smollett avait déclaré à la police que l'un de ses agresseurs était un homme blanc qui portait une cagoule noire, en ajoutant qu'il avait pu voir la couleur de sa peau par l'ouverture, selon le rapport des forces de l'ordre. L'acteur n'avait pas pu décrire son second agresseur.

Dans le procès au civil de la ville de Chicago, on apprend que Jussie Smollett aurait fait cette déclaration à propos de son premier agresseur "tout en sachant que les frères Osundairo ne sont pas blancs de peau" et qu'en "faisant cette fausse description", il avait "volontairement induit en erreur" la police en lui faisant croire que ses agresseurs étaient blancs, alors qu'il "savait que ses agresseurs étaient les frères Osundairo".

Les nouveaux documents obtenus indiquent que lors d'un interrogatoire ultérieur avec la police, Jussie Smollett avait décrit son agresseur comme "pâle" et quand on lui a demandé pourquoi il avait dit dans un premier temps que la personne qu'il avait vue était blanche, l'acteur a répondu qu'il n'avait jamais prétendu que c'était le cas. Un officier de police lui a alors fait remarquer qu'il avait déclaré quand il était à l'hôpital que son agresseur était blanc, et qu'on lui avait spécifiquement demandé si la cagoule possédait des trous pour les yeux, ou s'il s'agissait d'une cagoule ne laissant apparaître que la partie au-dessus du nez. D'après les documents, Jussie Smollett aurait dit qu'il "pensait qu'ils étaient blancs à cause de leurs commentaires", en répétant qu'il n'avait pu distinguer que la partie au-dessus du nez.

Quand on a montré à l'acteur des photos des deux frères suspectés, il a reconnu Olabinjo comme étant son coach, son ami et un figurant dans Empire. Il a également reconnu son frère en précisant ne pas connaître son nom. Il a indiqué que les deux hommes ne pouvaient pas être ses agresseurs en ajoutant : "Ils sont noirs comme l'ébène. On n'a pas de problème. Ils sont hétéros, donc on n'a pas de problèmes avec les hommes ou les femmes. Ils ne me devaient pas d'argent, je ne leur en dois pas. On a une bonne relation."

2. Apparemment quelqu'un était pressé : les frères ont indiqué à la police que pendant leur confrontation avec Jussie Smollett, l'un d'eux avait jeté l'acteur à terre avant de frotter ses jointures de doigts sur son visage pour le marquer sans lui faire trop mal. Le rapport précise aussi que l'un des frères était inquiet qu'une voiture soit passée devant eux et "essayait que l'agression orchestrée se termine le plus rapidement possible". Un des frères Osundairo a ajouté avoir apporté une bouteille de sauce piquante contenant de l'eau de Javel avant d'en verser sur Jussie Smollett pendant qu'il était à terre. L'un d'eux a ensuite placé une corde autour de son cou avant que les deux ne prennent la fuite.

3. Un lien avec la drogue : dans le rapport, on apprend aussi que les relevés téléphoniques plusieurs mois avant l'agression indiquent que Jussie Smollett avait contacté un des frères Osundairo pour essayer de se fournir en drogue, marijuana, Molly (ecstasy) ou Whitney (cocaïne). Voici l'un de ses SMS : Né***, tu as encore ton plan ecsta ?" 

Le frère en question a précisé à la police qu'il ne dealait pas mais qu'il allait se renseigner. Les forces de l'ordre ont déclaré que d'autres SMS montraient qu'il avait trouvé une source d'approvisionnement en drogue pour en fournir à l'acteur.

4. En voiture avec Jussie : les frères Osundairo ont expliqué à la police que Jussie Smollett était venu les chercher avant de les déposer entre le 25 et le 27 janvier, deux jours avant l'agression. La seconde fois, l'acteur les aurait déposés sur les lieux de l'attaque présumée.

Jussie Smollett

Amanda Seitz/AP/Shutterstock

5. Un coup de fil abusif : on sait qu'une semaine avant l'agression présumée, Jussie Smollett avait expliqué aux autorités avoir reçu sur le plateau d'Empire une lettre de menace contenant une poudre blanche qui finalement s'était avérée être du paracétamol. La police de Chicago l'a ensuite accusé d'être l'auteur de cette missive. Elle est actuellement en train d'être analysée par le FBI, et l'acteur risque d'être inculpé au niveau fédéral s'il s'avère que la lettre a été envoyée par lui ou un complice.

Dans un rapport de police qui vient d'être rendu public, on apprend que l'acteur a raconté à la police avoir reçu un coup de fil d'un homme le traitant de "péd**e" quelques jours avant son agression.

Au cours de l'enquête, Jussie Smollett avait fourni un document PDF de ses communications téléphoniques à la police de Chicago, mais pas de "téléchargement des données de son portable". Un porte-parole des autorités avait dit à l'époque que les officiers de police risquaient de demander à l'acteur "d'autres données pour corroborer la chronologie dans le cadre de leur enquête". Le porte-parole de l'acteur avait précisé que les informations du portable données à la police étaient expurgées "pour protéger la vie privée de ses contacts ou de personnes importantes non liées à cette agression", en ajoutant : "Jussie a fourni volontairement ses communications téléphoniques une heure après son agression et a fait de nombreuse dépositions à la police."

6. Un en-cas tardif : alors qu'il était soigné à l'hôpital, Jussie Smollett a indiqué à la police que l'agression présumée avait eu lieu après son arrivée dans son appartement de Chicago vers 1h30 du matin. Il a expliqué qu'il avait eu faim et était sorti seul de son appartement, avant de se rendre dans un drugstore pour y "chercher des œufs". Le lieu étant fermé, il s'était alors rabattu sur un Subway pour y acheter un sandwich au thon et une salade.

7. En parlant de nourriture : les agresseurs présumés ont également été arrêtés et soignés à l'hôpital pour des lacérations suite à l'incident. Ils ont fini par être libérés sans être inculpés. Pendant leur arrestation, les deux frères ont refusé la nourriture qui leur était proposée, prétextant jeûner.

8. Le concierge a été informé : Jussie Smollett a raconté à la police qu'après l'attaque dont il aurait été victime, les agresseurs se seraient enfuis et qu'il serait rentré dans son immeuble. Il aurait alors dit au concierge : "On vient de m'agresser", avant de rentrer dans son appartement.

Leur interaction a été enregistrée par les caméras de surveillance.

9. Des journalistes très créatifs : le quartier général de la police de Chicago a été pris d'assaut par les médias dès le début de l'enquête, certains journalistes allant même jusqu'à se déguiser en SDF, rapportent les forces de l'ordre.

Jussie Smollett continue de clamer son innocence dans cette affaire, sa famille, ainsi que bon nombre de ses co-stars restent solidaires avec lui.

Mais son avenir dans Empire paraît plus que compromis ; son personnage a été effacé des deux derniers épisodes de la saison 5 de la série et FOX a annoncé que si le studio était en train de négocier une extension du contrat de l'acteur pour la saison 6, "il n'y a aucune indication que le personnage de Jamal revienne".

  • Share
  • Tweet

Nos partenaires et nous-mêmes utilisons des cookies sur ce site pour améliorer notre service, analyser des données, personnaliser les publicités, mesurer la performance marketing et stocker vos préférences sur le site. En utilisant ce site, vous consentez à l'utilisation de ces cookies. Pour plus d'informations sur les cookies et comment gérer votre consentement, consultez notre Politique Concernant Les Cookies.