Il y a un an, Beyoncé a transformé Coachella en spectacle mondialement célèbre marquant son retour sur scène après la naissance de ses jumeaux.

12 mois plus tard, la star a quasiment emmené les fans avec elle sur scène pour ces prestations monumentales d'avril 2018 dans son nouveau documentaire, intitulé Homecoming. Le film de Netflix, sorti mercredi, dure plus de deux heures et explore tout ce qu'il a fallu pour mettre en œuvre sa vision presque un an après la naissance de ses jumeaux, Sir et Rumi

Au-delà du personnel, le retour de Beyoncé sur scène à l'époque était d'autant plus historique qu'elle était — et le reste encore à ce jour — la première et seule femme afro-américaine à être en tête d'affiche du festival. "C'est dur de croire qu'après toutes ces années, j'étais la première femme afro-américaine en tête d'affiche de Coachella", dit-elle dans le documentaire. "En tant que femme noire, j'avais le sentiment que le monde voulait que je reste dans ma petite boîte, et les femmes noires se sentent souvent sous-estimées. Je voulais qu'on soit fières et pas seulement du concert, mais du processus, fières de la lutte et reconnaissantes de la beauté qui accompagne un passé douloureux, et qu'on se réjouisse de la douleur, des imperfections, des erreurs qui semblent tellement bien. Je voulais que chaque femme se sente reconnaissante de ses rondeurs, de son audace, de son honnêteté, de sa liberté. Il n'y avait pas de règles, et on a pu créer un espace libre et sûr où aucune de nous n'était marginalisée."

Elle a donc fait de la culture des facultés et universités historiquement noires le point central et la célébration de ses presque deux heures sur scène. "Quand j'ai décidé de faire Coachella, au lieu de sortir ma couronne de fleurs, il était plus important que j'apporte notre culture à Coachella", a-t-elle expliqué au sujet du thème du concert.

Cherchant à rendre une rentrée à n'importe quelle faculté historiquement noire, la star a excellé dans sa prestation de Coachella avec des éléments-phares comme une fanfare, une chorégraphie authentique, des costumes symboliques et la formation de son propre club d'étudiantes, Beta Delta Kappa. 

"J'ai grandi à Houston dans le Texas... J'ai toujours rêvé d'aller à HBCU. Mon université, ça a été Destiny's Child. Mon université, ça a été de voyager dans le monde, et la vie a été mon professeur", dit la chanteuse dans le documentaire. 

"Je voulais un orchestre noir. Je voulais les danseurs de stepping. Les vocalistes. Je voulais différents personnages. Je ne voulais pas qu'on fasse tous la même chose... la quantité de classe est infinie. Les choses que ces jeunes gens savent faire avec leur corps et la musique qu'ils savent jouer... c'est vraiment la classe. C'est magnifique, et ça me rend fière", continue-t-elle. "Je voulais que toute personne qui a été un jour ignorée à cause de son apparence ait le sentiment d'être sur cette scène." 

Désormais, grâce au documentaire, les fans du monde entier sont aux premières loges non seulement pour la prestation historique, mais aussi pour l'aventure d'un an qui a mené à Indio en Californie. Voilà ce que Beyoncé a révélé en chemin :

Beyonce, Coachella, Collage

Getty Images

1. Répéter, répéter, répéter

Une telle production n'arrive pas du jour au lendemain. La mère de trois enfants a révélé qu'ils avaient passé quatre mois à répéter avec la fanfare et quatre autres mois pour la chorégraphie. 

"Je voulais avoir le même sentiment que quand je faisais le Battle of the Bands, car j'ai grandi en voyant ces concours, et c'était le temps fort de mon année, alors j'ai étudié mon histoire, mon passé, et j'ai mis toutes mes erreurs, tous mes triomphes de ma carrière de 22 ans dans ma prestation de deux heures de Homecoming", dit-elle. Ils ont passé tant de temps ensemble, l'art a imité la vie pour les artistes. 

"On avait le sentiment d'être notre propre université et d'avancer ensemble", décrit la star. "Les heures étaient incroyables."

2. Une surprise bébé fois deux

Comme les fans le savent bien maintenant, la star avait reporté sa prestation de Coachella en 2018 puisqu'elle était enceinte de ses jumeaux en 2017. Elle révèle dans le documentaire que la grossesse était inattendue et difficile. 

"Mon corps a subi plus que je ne l'en croyais capable", a-t-elle dit, disant qu'elle faisait 98 kilos à la naissance et qu'elle avait de la tension et de la toxémie. Et le rythme cardiaque d'un des bébés s'est arrêté plusieurs fois, ce qui a mené à une césarienne en urgence.

Beyonce, Homecoming

Courtesy of Parkwood Entertainment

3. La reconstruction de son corps

Après la naissance des jumeaux, sa prestation de Coachella serait son grand retour sur scène — son "premier retour" — mais ça n'a pas été facile. "Il y avait des jours où je pensais que je ne serais plus jamais la même", a-t-elle dit avec des images des premières répétitions après la grossesse. La star avait peur que sa force et son endurance ne soient plus jamais les mêmes et que la chorégraphie soit difficile à exprimer, car elle ne se sentait pas elle-même. Pour se remettre en forme et "reconstruire" son corps, le programme sportif de la star a consisté de SoulCycle, d'autres sports et des répétitions. Niveau régime, elle a éliminé les féculents, les sucres, la viande, les produits laitiers, le poisson et l'alcool. "Et j'ai faim", a-t-elle plaisanté. Mais le travail a payé, et elle l'a réalisé en portant un ancien costume datant d'avant la grossesse.

4. Un dilemme intérieur

Au-delà du physique, la star a aussi expliqué son dilemme en tant que maman alors qu'elle se préparait pour le concert. "Mon corps n'était pas connecté. Mon esprit n'était pas là", dit-elle. "Mon esprit voulait être avec mes enfants." Dans le documentaire, la star dit qu'elle allaitait dans sa loge entre les répétitions et faisait venir les enfants dès que possible. "Ce que les gens ne voient pas, ce sont les sacrifices", dit la chanteuse. 

Comme elle le dit clairement dans le film, équilibrer sa vie professionnelle avec sa vie d'épouse et de mère de trois enfants n'a pas été facile. "J'ai des enfants. J'ai un mari. Je dois prendre soin de mon corps", dit-elle, en se souvenant des jours avant d'avoir des enfants où elle pouvait répéter 15 heures d'affilée.

5. Faire le travail 

Le concert en soi reflète l'entreprise incroyable de la star, mais Beyoncé explique l'envergure de son implication dans la production. "Je suis très spécifique sur chaque détail. J'ai sélectionné personnellement chaque danseur, chaque lumière, le tissu sur les marches, la hauteur de la pyramide, la forme de la pyramide. Chaque partie est cousue à la main, chaque détail est délibéré", dit-elle dans le documentaire. Elle a aussi parlé des nombreuses réunions avec le créateur Olivier Rousteing pour les costumes, leurs couleurs et leurs formes, ainsi que les mois qu'ils ont passés à écrire le spectacle. Pour les répétitions, l'équipe s'est servie de trois studios : un pour le groupe, un pour la danse et un pour le personnel créatif, et Beyoncé circulait entre les trois. 

"Il faut une équipe énorme", dit-elle. "Il faut un village, et on a tous bossé jusqu'à nos limites."

Beyonce, Homecoming

Courtesy of Parkwood Entertainment

6. Une leçon précieuse

La prestation a été un succès significatif dans la vie de Knowles, mais elle a fait remarquer : "Je me suis poussée plus loin que je ne m'en pensais capable, et j'ai appris une précieuse leçon. Je ne me pousserai plus jamais aussi loin." 

"Je me sens comme une nouvelle femme dans un nouveau chapitre de ma vie", continue Beyoncé. "Je n'essaye même pas d'être qui j'étais", dit-elle, en créditant ses enfants de ce changement. 

7. Blue Ivy, la chanteuse

Vers la fin du film, la petite fille de Beyoncé Blue Ivy Carter, qui est une chanteuse en herbe, chante devant les caméras avec l'aide de sa célèbre maman, qui lui chuchote les paroles à l'oreille. 

"Je veux le refaire", dit la petite de 7 ans. "Parce que ça fait du bien !" 

8. Son héritage

Au final, la prestation de Coachella allait bien au-delà de la star. "Créer quelque chose qui vivra après moi, quelque chose qui aidera les gens à s'ouvrir et qui leur donnera le sentiment de regarder de la magie, ou qu'ils ont vécu un moment hyper spécial, un jour qu'ils ne revivront jamais, c'est ça que je veux", dit-elle dans le film. 

"Je crois qu'on a fait quelque chose qui a rendu ma fille fière, et ma mère aussi, mon père, tous les gens qui sont mes frères et mes sœurs de par le monde, et c'est ma raison de vivre. J'ai tant de chance et de gratitude de pouvoir prendre ces idées folles et d'en faire quelque chose qui guérit les gens et qui peut déclencher une vision chez les gens, leur montrer qu'ils peuvent rêver en grand et qu'ils sont sans limites. C'est possible. Si moi la fille du Sud je peux y arriver, eux aussi."

Homecoming est actuellement disponible sur Netflix.

  • Share
  • Tweet

Nos partenaires et nous-mêmes utilisons des cookies sur ce site pour améliorer notre service, analyser des données, personnaliser les publicités, mesurer la performance marketing et stocker vos préférences sur le site. En utilisant ce site, vous consentez à l'utilisation de ces cookies. Pour plus d'informations sur les cookies et comment gérer votre consentement, consultez notre Politique Concernant Les Cookies.