Alec Baldwin, Hilaria Baldwin, Couples, 2019 SAG Awards, Screen Actors Guild

Kevin Mazur/Getty Images for Turner

Bien que Hilaria Baldwin était enceinte et faisait une fausse couche, elle ne voulait pas le cacher.

Il y a quelques jours, la célèbre prof de yoga, qui a donné quatre enfants à Alec Baldwin, a révélé sur Instagram qu'elle était "probablement en train de subir une fausse couche". Baldwin a expliqué qu'elle ne voulait pas cacher cette expérience pour combattre les secrets et les pressions que subissent la plupart des femmes à huis clos, le premier trimestre. 

"C'est quelque chose qui n'a pas été facile. Je le comprends, et je voulais m'exprimer, en parler, car c'est quelque chose que beaucoup de gens vivent et on nous apprend à nous, les femmes, à gérer cela en silence", a-t-elle déclaré à Hoda Kotb et Savannah Guthrie mardi dans l'émission Today. 

Comme elle l'a expliqué dans un article pour Glamour et une interview pour Today, elle passait une échographie de routine quand le radiologue a remarqué que le battement de cœur du bébé n'était pas très rapide et qu'il ne s'était pas amélioré au rendez-vous suivant. "Je suis pratiquement sûre qu'il ne va pas tenir", a lancé Baldwin à Kotb et Guthrie, ajoutant qu'elle allait en avoir le cœur net mardi.

"Quand on accepte d'être parents, il faut considérer les bons et les mauvais côtés", a-t-elle déclaré. "Il faut ouvrir nos cœurs et se rendre compte qu'il va y avoir des moments difficiles aussi."

Mais, comme elle essayait de le montrer, les futures mamans ne sont pas forcées de vivre ces moments difficiles en silence.

"Avant que je tombe enceinte, je me demandais ce que ça ferait d'annoncer une nouvelle de ce genre. Faire une fausse couche en silence me briserait le cœur, mais je me suis rendu compte que ça me briserait autant le cœur si je perdais l'enfant devant tout le monde. Au moins, partager mon histoire pourrait m'aider et aider d'autres femmes qui ont fait une fausse couche et ont besoin de soutien", a-t-elle écrit dans Glamour. "Presque tous mes amis ont eu des problèmes d'infertilité ou connu une fausse couche. J'avais tellement peur de faire une fausse couche à chacune de mes grossesses que je cherchais sur Google les chances de fausse couche chaque jour. Mais on continue à se taire. Je ne trouve pas cela logique."

La maman a continué : "Je comprends que certaines femmes choisissent de souffrir en silence, c'est quelque chose de très personnel... certaines personnes préfèrent gérer seules, et d'autres ont besoin d'en parler publiquement. Les femmes devraient avoir le choix de faire ce qui leur plaît pour guérir."

J'aimerais vous dire que je suis probablement en train de subir une fausse couche. Je me suis toujours promis que si je retombais enceinte, je partagerais la nouvelle avec vous assez tôt, même si ça signifie endurer une perte publique. J'ai toujours été très ouverte avec vous sur ma famille, ma forme physique, mes grossesses... et je ne veux pas vous cacher ça, juste parce que ce n'est pas aussi positif et merveilleux que le reste. Je trouve qu'il est important de montrer la vérité... parce que mon travail, c'est d'aider les gens en étant authentique et ouverte. De plus, je ne ressens aucune honte ni gêne par rapport à cette expérience. Je veux participer à l'effort de normaliser les fausses couches et en retirer l'aspect honteux. Il y a tant de secret autour du premier trimestre. Cela fonctionne pour certaines, mais je trouve ça personnellement épuisant. J'ai la nausée, je suis fatiguée, mon corps change. Et je dois faire semblant que tout va bien... et c'est faux. Je ne veux plus avoir à faire semblant. J'espère que vous comprendrez.
Voilà ce qui se passe : l'embryon a un battement de cœur, mais il n'est pas fort et le bébé ne grandit pas. Alors on attend... et c'est dur. Tant d'incertitude, mais les chances d'une grossesse viable sont très, très petites. Je sais que ma famille et moi traverserons cette épreuve difficile ensemble.

J'ai beaucoup de chance d'avoir mon médecin, mes amis et ma famille... Mon mari et mes quatre enfants en bonne santé me permettent de continuer et de me souvenir combien la vie est belle, même quand elle semble parfois laide. La gratitude que je ressens en étant la maman de mes bébés est énorme et si réconfortante.
Dans vos commentaires, soyez gentils. Je me sens fragile et j'ai besoin de soutien. J'espère qu'en partageant ça, je peux contribuer à la sensibilisation à ce sujet délicat.

En s'exprimant à haute voix, Baldwin a donné l'occasion à d'autres personnes de prendre la parole et partager leurs histoires, créant un réseau réconfortant de soutien sur le Net.

"Les gens qui critiquent pensent qu'on ne devrait pas parler d'une chose aussi personnelle. Mais je veux dire aux femmes que si cela ne vous réconforte pas, si cela ne vous aide pas à vous sentir mieux, vous n'êtes pas forcées de faire ça. J'en suis le parfait exemple, il y a d'autres choix", a-t-elle expliqué dans Glamour. 

"Je veux que les femmes qui ont traversé cela sachent une chose : vous n'avez rien fait de mal. Vous n'êtes pas seules. Je sais que ça ne m'est pas arrivé parce que j'ai fait quelque chose de travers. C'est tout simplement la nature. Partager cela m'a permis de sentir qu'on m'écoutait, cela m'a aidée à recevoir l'appui et la sagesse d'autres femmes qui ont traversé la même chose."

Bien que Baldwin continue de guérir physiquement et psychologiquement, elle espère "que les femmes se rendent compte qu'elles n'ont pas besoin de se comporter d'une certaine façon, ou de partager la nouvelle d'une certaine façon, ou de se cacher d'une certaine façon, qu'elles fassent une fausse couche ou traversent d'autres épreuves dans la vie."

(E! et NBC font partie de la famille NBCUniversal.)

  • Share
  • Tweet

Nos partenaires et nous-mêmes utilisons des cookies sur ce site pour améliorer notre service, analyser des données, personnaliser les publicités, mesurer la performance marketing et stocker vos préférences sur le site. En utilisant ce site, vous consentez à l'utilisation de ces cookies. Pour plus d'informations sur les cookies et comment gérer votre consentement, consultez notre Politique Concernant Les Cookies.