Kim Kardashian

Stefanie Keenan/Getty Images for KKW Beauty

L'influence de Kim Kardashian sur la réforme de la justice pénale a franchi un nouveau cap.

Lundi, une source a confirmé à E! News que la star de 38 ans a accepté de payer pendant 5 ans le loyer de Matthew Charles, un ancien prisonnier à qui on a refusé un logement après qu'il a été gracié. L'intéressé a posté la bonne nouvelle sur sa page Facebook et a révélé que Kim a "entendu parler de [sa] situation" et qu'elle avait été "touchée". Elle a alors décidé de l'aider de manière "incroyable".

"Kim n'a pas fait ça pour attirer l'attention ou se faire de la publicité, mais je me suis senti obligé d'en parler, car ce geste est trop beau, et mon cœur est tellement sur le point d'exploser de joie que je vous invite à vous réjouir de cette nouvelle avec moi", a écrit Matthew Charles sur le réseau social. "MERCI KIM KARDASHIAN-WEST et TRACY POUR L'AMOUR QUE VOUS M'AVEZ TÉMOIGNÉ PENDANT MON INCARCÉRATION. MAINTENANT QUE JE SUIS LIBRE… MON CŒUR EST ENCORE PLUS GRAND."

D'arès le Nashville Tennessean, Matthew Charles a été libéré le 3 janvier dans le cadre du First Step Act de Donald Trump.

Dans un premier temps, il avait été condamné à 35 ans d'emprisonnement en 1996 pour trafic de drogue. Il avait été libéré brièvement en 2016 grâce au Fair Sentencing Act qui "élimine l'obligation de faire cinq ans de prison après avoir été arrêté pour possession de crack la première fois". Cette loi a également augmenté la quantité de crack "requise avant d'être inculpé de trafic de drogue et d'être détenu pendant une peine d'emprisonnement minimale obligatoire".

Matthew Charles a fini par retourner en prison en 2018 après qu'une cour d'appel a rejeté la décision initiale d'un juge de le relâcher.

Depuis sa sortie de prison il y a quelques mois, l'homme habite chez un ami et travaille. Il a même assisté au discours sur l'état de l'Union au Congrès américain en février. Par contre, son dossier pour louer un appartement a été refusé le 7 mars

L'aide de Kim Kardashian est la dernière en date dans sa quête de réforme de la justice pénale. Le 28 janvier, la créatrice de KKW Beauty s'est rendue à Sacramento, en Californie, où elle a plaidé pour une réforme au capitole de l'État. Kevin McCarty, membre de l'assemblée, a déclaré dans un communiqué : "La visite de Mme Kardashian West au capitole de l'État avait pour but de demander la réforme de la justice pénale, et concernait des sujets liés aux détenues."

Kim a même posté une photo de ce "grand" jour sur son compte Twitter, comme elle l'a décrit.

La star de télé-réalité a été également l'une des voix les plus virulentes à défendre Alice Johnson, condamnée à perpétuité sans possibilité de liberté conditionnelle pour un premier crime non violent lié à la drogue, et Kim a tout fait pour obtenir sa grâce présidentielle. Elle s'est ainsi rendue à Washington en mai 2018 pour rencontrer Donald Trump et s'est sentie "très inspirée", a expliqué une source à l'époque. Elle a également rencontré Ivanka Trump et son mari Jared Kushner.

Kim Kardashian, Alice Johnson

Nathan Congleton - NBC News/TODAY

Alice Johnson a été graciée le 6 juin et libérée quelques heures plus tard. Les deux femmes se sont parlé au téléphone au cours d'une entretien très émouvant que la star de télé-réalité n'est pas prêt d'oublier. Alice et Kim se sont finalement vues lors d'un tête-à-tête une semaine plus tard en Alabama. Elle se sont revues en octobre dernier.

"C'est devenue une mission que je n'avais pas l'intention d'abandonner", a reconnu Kim lors de son interview avec Hoda Kotb de l'émission Today. Alice Johnson était aussi présente ce jour-là et a admis qu'elle ignorait qui était la star avant toute cette aventure. 

"Je ne connaissais pas son nom", a-t-elle précisé.

Kim a ajouté : "J'adore cette femme."

La star en a profité pour indiquer qu'elle n'en avait pas fini avec la politique : "J'ai l'intention de mettre encore plus en lumière ce problème. Je ne m'arrêterai pas."

Us Weekly a été le premier à évoquer la générosité de la plus célèbre des Kardashian.

  • Share
  • Tweet

Nos partenaires et nous-mêmes utilisons des cookies sur ce site pour améliorer notre service, analyser des données, personnaliser les publicités, mesurer la performance marketing et stocker vos préférences sur le site. En utilisant ce site, vous consentez à l'utilisation de ces cookies. Pour plus d'informations sur les cookies et comment gérer votre consentement, consultez notre Politique Concernant Les Cookies.