Oprah Winfrey, After Neverland

Bennett Raglin/OWN

Suite à la conclusion de Leaving Neverland, le documentaire polémique de HBO, Oprah Winfrey s'est assise avec les deux victimes présumées, Wade Robson et James Safechuck.

Dans Oprah Winfrey Presents: After Neverland, diffusé lundi soir, la propriétaire de la chaîne OWN a parlé avec les deux hommes et le réalisateur Dan Reed des accusations qu'ils portent à l'encontre de Michael Jackson dans le film. Wade Robson, 36 ans, et James Safechuck, 41 ans, avancent que la star a abusé d'eux sexuellement quand ils étaient enfants, pendant des années.

Découvrons les plus grosses révélations de cette interview télévisée entre Oprah Winfrey et  les trois hommes dans After Neverland.

1. Des années plus tard, Wade Robson ne comprenait toujours pas son agression : Wade Robson, qui accuse Michael Jackson de l'avoir agressé sexuellement dès l'âge de sept ans, a néanmoins témoigné en sa faveur lors du procès de 2005. Dans After Neverland, l'homme a expliqué à la présentatrice qu'il ne "comprenait pas du tout" les abus lors de son témoignage.

"Quand les abus ont commencé, quand j'avais 11 ans, et même quand j'avais 22 ans, et plus tard, je ne comprenais pas que ce que Michael m'avait fait était de l'abus sexuel", a partagé Wade Robson. "Je ne concevais pas que ça puisse être le cas."

"Dès la première nuit de mes agressions, Michael m'a dit que les trucs sexuels qu'il me faisait, c'était de l'amour", a poursuivi Wade Robson. "Il me disait qu'il m'aimait et que Dieu nous avait réunis. J'étais un petit garçon australien venu du bout du monde, et Michael était un dieu à mes yeux. Et ce Dieu me disait : « Je t'aime, Dieu nous a réunis. Et ces trucs sexuels, c'est une manière d'exprimer notre amour. »"

"Quand j'ai témoigné à 11 ans... dès la première nuit, il m'a tout de suite entraîné à répondre à ce qui m'est arrivé quand j'avais 11 ans, quand j'avais 22 ans, avec les procès", a ajouté Wade Robson à propos de Michael Jackson.

Quand Oprah lui a demandé s'il voyait la répétition des abus quand il était petit garçon, Wade Robson a répondu : "Pas du tout".

Michael Jackson, James Safechuck, Leaving Neverland

HBO

2. James Safechuck explique qu'il se "détestait" sans savoir pourquoi : Oprah a demandé à James Safechuck, qui accuse Michael Jackson d'avoir abusé de lui dès l'âge de 10 ans, quand il a réalisé avoir été agressé sexuellement par la star.

"Pas avant que Wade ne parle", a répondu James Safechuck, en référence à l'interview de Wade Robson en 2013 dans l'émission Today, au cours de laquelle il a abordé pour la première fois ses agressions. "Je souffrais vraiment, je ne dormais plus la nuit, je dormais pendant deux heures, puis je me réveillais le corps tremblant et je restais éveillé toute la nuit. Je me détestais, et je ne savais pas pourquoi, du genre : « Pourquoi est-ce que je me déteste ? » Je ne comprenais pas cet énorme sentiment de haine. Et quand Wade a enfin parlé, je me suis dit : « Bon, il y a peut-être une explication, et s'il y a une raison, alors je peux trouver une solution pour gérer ça. » On ne pense pas que c'est une agression sexuelle."

3. D'après James Safechuck, Michael Jackson lui aurait dit que s'il se faisaient "attraper" sa vie serait finie : Après avoir appris les accusations de Wade Robson, James Safechuck a immédiatement été pris de "panique" comme s'il s'était "fait attraper".

"Quand j'étais enfant, Michael m'a mis en garde à maintes reprises que si on se faisait attraper, ma vie serait finie", a précisé James Safechuck à Oprah Winfrey après que Wade Robson a acquiescé. "Il le répétait encore et encore. Ça reste dans votre système nerveux. On a une peur panique de se faire attraper. Il faut beaucoup de travail pour sortir de cette manière de penser."

Michael Jackson, Wade Robson, Leaving Neverland

HBO

4. Wade Robson explique que la naissance de son fils lui a donné envie de s'exprimer : "Si mon fils n'était pas né, il y a de fortes chances que j'aurais continué à me taire", a reconnu le chorégraphe à Oprah Winfrey. "Je crois qu'il a fallu que je me prépare à l'idée de devenir papa... j'étais tellement tenu à l'écart à l'époque, je l'ignorais à ce moment-là... mais avec ce que je sais à présent, j'étais tellement éloigné du petit Wade, que lorsque mon fils est né je me suis dit : « Mon Dieu, c'est à ça que ressemble un enfant. C'est comme ça que pense un enfant. C'est comme ça qu'un enfant se comporte. » C'était moi."

"Et je suis sûr que le fait que mon enfant soit un petit garçon... et comme je l'ai dit dans le documentaire, j'ai commencé à imaginer que ça puisse arriver à mon fils", a poursuivi Wade Robson. "C'est la première fois de ma vie que je me suis dit que j'avais besoin d'en parler à quelqu'un."

5. Wade Robson voulait que la succession de Michael Jackson soit déclarée responsable : En mai 2013, environ quatre ans après le décès de Michael Jackson, Wade Robson a déposé une plainte contre la succession de la star, en accusant le chanteur d'avoir abusé de lui de sept à 14 ans. En 2015, un juge de la cour supérieure a estimé que la plainte du chorégraphe n'avait plus lieu d'être avant de la rejeter.

Un an plus tard, Wade Robson a déposé de nouvelles plaintes pour négligence à l'encontre de MJJ Productions et de MJJ Ventures, deux sociétés détenues par Michael Jackson. En décembre 2017, un juge a estimé qu'elles n'étaient pas responsables de l'exposition de Wade Robson à Michael Jackson, sans se prononcer sur la crédibilité de ses accusations.

En 2014, The Daily Beast a rapporté que James Safechuck avait ajouté son nom à celui de Wade Robson dans la plainte de mai 2013 contre Michael Jackson.

Quand on lui a demandé de reparler de sa plainte de 2013, Wade Robson a précisé qu'il ne s'agissait pas d'une question d'argent.

"Ce qui compte, c'est que j'ai commencé à comprendre... J'ai commencé à avoir cette envie de m'exprimer, neuf mois après le début de ma guérison", a précisé l'homme de 36 ans. "La question qui s'est posée était de savoir si je pouvais faire du bien avec ce mal. Avec cette horreur qui m'était arrivée. Qu'est-ce que je pouvais faire pour en faire quelque chose de positif  ? Y a-t-il un moyen, un lieu, un endroit où je peux raconter mon histoire de façon crédible et forte  ? Où [la succession] serait obligée de m'écouter et serait tenue pour responsable."

Wade Robson a souhaité de nouveau témoigner au cours d'un procès parce qu'il se sent "désormais capable de dire la vérité".

6. James Safechuck n'a pas pardonné sa mère : Vers la fin d'After Neverland, Oprah Winfrey a demandé à James Safechuck et Wade Robson s'ils ont pardonné leur mères respectives, qui ont été critiquées pour avoir laissé leurs jeunes garçons passer autant de temps avec Michael Jackson.

"Non, pour le moment j'essaie d'apprendre à communiquer avec ma mère et j'essaie aussi qu'elle accepte de se faire aider", a répondu James Safechuck. "Parce que si vous ne vous aidez pas, vous ne pouvez pas aider les autres. Donc, elle a besoin de résoudre ses problèmes, afin de pouvoir comprendre ce qui s'est passé."

Quant à Wade Robson, il a appris à Oprah que sa mère a vu Leaving Neverland, mais qu'elle a demandé au réalisateur (Dan Reed) de passer les détails des agressions sexuelles.

Quand la présentatrice lui a demandé ce qu'il en pensait, l'intéressé a répondu : "C'est difficile, j'aurais aimé qu'elle fasse plus de progrès."

Wade Robson, Dan Reed, James Safechuck, Leaving Neverland, Sundance

Taylor Jewell/Invision/AP/REX/Shutterstock

7. James Safechuck trouvait qu'il avait lâché Michael Jackson en s'exprimant : Quand Oprah Winfrey leur a demandé s'il pardonnent Michael Jackson, James Safechuck a expliqué qu'il ressentait de la "culpabilité" avant de faire cette interview et de parler des accusations à l'encontre de la star décédée :

"Je me suis senti coupable ce week-end, comme si je l'avais déçu. Son ombre est toujours présente."

Quand Oprah leur a demandé s'ils se pardonnaient eux-mêmes, James Safechuck a répondu : "Non, j'ai encore du mal."

Wade Robson, lui, s'est pardonné, comme il l'explique.

Après l'avant-première du documentaire au Festival de Sundance 2019 en janvier, la succession de Michael Jackson a dénoncé Leaving Neverland.

"Leaving Neverland n'est pas un documentaire, c'est le genre de diffamation de tabloïdes qu'a dû subir Michael Jackson toute sa vie et maintenant même après sa mort", ont-ils fait savoir dans un communiqué de presse publié en janvier. "Le film utilise des allégations non fondées qui auraient eu lieu il y a 20 ans en les utilisant comme s'il s'agissait de faits avérés."

La succession de Michael Jackson a également qualifié Wade Robson et James Safechuck de "menteurs avérés", en rappelant que leurs accusations avaient déjà été rejetées par un juge.

Le communiqué ajoute : "Les deux plaignants ont déjà juré sous serment que ces événements n'ont jamais eu lieu. Ils n'ont apporté aucune preuve indépendante pour corroborer leurs accusations, ce qui signifie que le film ne repose que sur la parole de deux parjures."

Nos partenaires et nous-mêmes utilisons des cookies sur ce site pour améliorer notre service, analyser des données, personnaliser les publicités, mesurer la performance marketing et stocker vos préférences sur le site. En utilisant ce site, vous consentez à l'utilisation de ces cookies. Pour plus d'informations sur les cookies et comment gérer votre consentement, consultez notre Politique Concernant Les Cookies.