Andy King

Instagram

Qui aurait cru qu'Andy King serait la vraie star de FyreThe Greatest Party That Never Happened sur Netflix au lieu de Billy McFarland ou Ja Rule ?

Bien que le documentaire se concentre sur l'immense arnaque de Billy McFarland, qui lui a valu d'être arrêté et condamné à six ans de prison et trois ans de mise à l'épreuve, une histoire en particulier a retenu l'attention des téléspectateurs.

Dans Fyre, Andy King explique être parti en avion pour se rendre aux Bahamas afin de sauver le festival. À un moment, des camions remplis de bouteilles d'Évian ont été arrêtés par les douanes locales. Billy McFarland a alors demandé à Andy King de "prendre sur lui" et de pratiquer une fellation pour éviter d'avoir à payer les 175 000 dollars pour faire débloquer l'eau. L'intéressé, surnommé "le merveilleux leader gay" par Billy McFarland, est rentré chez lui, a pris une douche et a fait un bain de bouche afin de se préparer à accomplir sa tâche.

Heureusement, l'eau a été débloquée, et Andy King n'a pas eu à se sacrifier. Son dévouement et les mesures qu'il était prêt à prendre pour le festival ont fait de lui une star sur la Toile. Les nombreux mèmes et parodies sont là pour le prouver.

Mercredi, l'homme de 57 ans était au micro d'Andy Cohen dans Radio Andy, son émission sur SiriusXM, où il est revenu sur cet incident.

Dès le début, Andy King a décrit le douanier comme quelqu'un de "grand et large".

Mais il semblerait qu'Andy King n'ait pas que de mauvais souvenirs avec les agents aux aéroports. "Je suis le genre de gars qui met des pièces dans ses poches pour passer la douane à l'aéroport et quand on me dit : « Je vais devoir vous fouiller », je réponds : « Écoutez, je n'ai pas eu de rencards depuis des semaines, alors faites-vous plaisir ! »"

Andy Cohen a alors demandé à son invité si le douanier bahaméen était gay, et Andy King a répondu : "Billy trouvait qu'il avait un côté efféminé."

Andy King s'est remémoré le trajet en voiture après la douche et le bain de bouche pour se rendre de l'autre côté de l'île : "J'ai fait des exercices buccaux dans la voiture à travers l'île."

Selon Andy King, le douanier lui faisait plus confiance qu'à Billy McFarland. L'employé du Fyre Festival aurait promis à l'officier de payer les 175 000 $ pour permettre aux camions d'Évian de passer. Mais l'argent n'a jamais été versé. Andy King n'a pas reparlé au douanier, qui aurait pris sa retraite depuis.

L'organisateur d'événements a déclaré au présentateur de la chaîne Bravo que l'histoire qui l'a rendu célèbre depuis peu était "géniale pour les affaires". Mais il a précisé l'avoir racontée dans un premier temps en pensant qu'elle serait coupée au montage dans le documentaire.

"C'est dire si je suis naïf. Mais, à la fin, quand j'ai rencontré [le réalisateur Chris Smith], il m'a dit : « Écoute, Andy, ça fait partie intégrante du documentaire et ça montre à quel point c'était devenu de la folie. »"

Il semble que cette histoire ait tourné à son avantage.

Fyre Festival, Andy King

Si l'anecdote d'Andy King est un des grands moments du film, il voulait avant tout évoquer le festival pour éveiller les consciences par rapport aux travailleurs impliqués. Il a indiqué essayer de lever des fonds pour eux et avoir même commencé une nouvelle collecte GoFundMe. Andy Cohen a promis de donner 1 000 $.

Depuis la sortie du documentaire sur Netflix, des dons sont arrivés en masse pour venir en aide aux ouvriers concernés sur l'île. Maryann Rolle, par exemple, a révélé dans Fyre avoir perdu 50 000 $ en travaillant pour Billy McFarland et ses associés. D'après The Guardian, sa page GoFundMe a récolté plus de 80 000 $ (environ 70 000 euros) en une semaine. Elle en serait maintenant à plus de 244 000 $ (environ 215 000 euros).

Andy King estime que Billy McFarland éprouve des "remords" pour ce qu'il a fait. Il le pense depuis que ce dernier l'aurait "contacté la semaine dernière". "Sa petite amie veut m'emmener le voir", a-t-il précisé.

Mais ses sentiments sont "partagés" à ce sujet.

Andy King a récemment expliqué au Los Angeles Times pourquoi il avait accepté de faire ce que Billy McFarland lui avait demandé. "Au bout du compte, j'ai montré que parfois il faut faire ce qu'on a à faire pour terminer le travail. Au final, est-ce que je l'ai fait ? Non. Est-ce que je l'aurais fait ? Peut-être. Et dans la culture actuelle, c'est difficile de trouver des gens prêts à se dépasser pour accomplir quelque chose. Je pense que ça a parlé à beaucoup de gens."

Nos partenaires et nous-mêmes utilisons des cookies sur ce site pour améliorer notre service, analyser des données, personnaliser les publicités, mesurer la performance marketing et stocker vos préférences sur le site. En utilisant ce site, vous consentez à l'utilisation de ces cookies. Pour plus d'informations sur les cookies et comment gérer votre consentement, consultez notre Politique Concernant Les Cookies.