Gwyneth Paltrow

Phillip Faraone/Getty Images for The Wall Street Journal and WSJ. Magazine

Gwyneth Paltrow vient de déposer une plainte pour contre-attaquer une personne l'accusant d'avoir provoqué un accident de ski en 2016, selon les documents du tribunal obtenus par E! News.

Le 29 janvier, E! News vous rapportait que la fondatrice de Goop était attaquée en justice par un homme appelé Terry Sanderson qui l'accusait d'avoir fui les lieux après un accident à la station Deer Valley de Park City, dans l'Utah. Selon la plainte déposée par Sanderson, "Gwyneth Paltrow a perdu le contrôle de ses skis et a frappé le dos de Terry Sanderson, 72 ans, un autre skieur, qui descendait la montagne."

Les documents déposés au nom de Sanderson à l'époque indiquaient que Paltrow "avait perdu le contrôle de ses skis" et qu'elle l'avait "frappé fort, rendu inconscient, ce qui avait provoqué une blessure au cerveau ayant demandé une opération, mais aussi quatre côtes cassés et d'autres blessures". Toujours selon cette plainte, Sanderson et un témoin ont expliqué : "Paltrow s'est relevée, s'est retournée et a continué de skier, laissant Sanderson sonné, allongé dans la neige, avec des blessures graves." 

CNN rapporte que Sanderson demande 3 millions de dollars de dommages et intérêts à l'actrice hollywoodienne.

Mais maintenant, Paltrow se place en victime et contre-attaque Sanderson.

Dans les documents, elle affirme : "Elle skiait avec sa famille lors de vacances dans l'Utah, quand le plaignant — qui était plus haut sur la piste que Mlle Paltrow — l'a percutée dans le dos. Elle a subi "un choc sur tout le corps". Mlle Paltrow était en colère contre le plaignant et lui a fait savoir."

Selon ces documents, Sanderson avance qu'il ne "se rappelle pas ce qui s'est passé" alors que Paltrow "se rappelle très nettement ce qui s'est passé".

Cet accident aurait laissé la star d'Iron Man "secouée et en pleurs".

Sa plainte explique : "Il a demandé des millions de dollars à Mlle Paltrow et lui a dit que si elle ne payait pas, il lui ferait de la mauvaise publicité."

De plus, la plainte de Paltrow indique qu'un employé de la station de ski a été témoin de l'accident supposé et a rédigé un rapport disant que Sanderson "avait fait tomber [Paltrow] par derrière".

Sanderson affirme de son côté que c'est le prof de ski de Paltrow, Eric Christiansen, qui a "rédigé et signé le rapport sur l'incident indiquant que Gwyneth Paltrow n'avait pas provoqué l'accident, bien que [Christiansen] n'ait pas vu ce qui s'était passé".

Dans sa plainte, Paltrow revient aussi sur certaines des conditions médicales supposées de Sanderson. Selon Paltrow, Sanderson "avait déclaré à son médecin l'année précédente qu'il ne voyait rien de son œil droit et que la vision de son œil gauche diminuait".

Mercredi soir, les avocats de Sanderson ont émis un communiqué de presse quelques heures après la contre-attaque de Paltrow.

Les avocats, Lawrence D. BuhlerRobert B. Sykes et C. Peter Sorensen, ont avancé que la plainte de Paltrow était "truffée d'erreurs".

"Gwyneth Paltrow a percuté le dos du Dr Terry Sanderson, brisant 4 de ses côtes et le laissant avec une commotion cérébrale", selon ce communiqué. La note indique qu'un témoin appelé Craig Ramon "confirme que Mlle Paltrow a frappé le Dr Sanderson au dos et que Mlle Paltrow a quitté les lieux de l'accident".

Les avocats de Sanderson avancent que Paltrow a enfreint la loi. "Elle et un groupe de membres de sa famille, d'amis et de profs de ski n'ont pas prévenu les autorités" quand Sanderson a été frappé et blessé. Selon leur communiqué, alerter les autorités d'un accident est "exigé par la loi pénale du Comté de Summit, dans l'Utah".

Paltrow avait déclaré à E! News au moment du dépôt de la plainte de Sanderson : "Cette affaire n'est pas du tout fondée, et on s'attend à ce qu'elle soit rejetée."

 

Nos partenaires et nous-mêmes utilisons des cookies sur ce site pour améliorer notre service, analyser des données, personnaliser les publicités, mesurer la performance marketing et stocker vos préférences sur le site. En utilisant ce site, vous consentez à l'utilisation de ces cookies. Pour plus d'informations sur les cookies et comment gérer votre consentement, consultez notre Politique Concernant Les Cookies.