Heath Ledger

George Pimentel/WireImage.com

Presque sept mois après sa mort, ce que Heath Ledger a fait en privé continue à être un problème pour certaines personnes.

Une femme, qui intente un procès à l’agence Splash News après avoir découvert qu’elle était sur une vidéo avec l’acteur décédé et de la cocaïne à proximité, se bat pour que les poursuites judiciaires ne soient pas abandonnées.

La plaignante, qui a gardé l’anonymat dans la plainte qu’elle a déposée, prétend que sa vie privée n’a pas été respectée quand elle a été filmée avec la star de The Dark Knight - Le Chevalier Noir, ce dernier ayant, selon elle, été amené à participer sous un faux prétexte.

Les avocats de Splash maintiennent que la femme, qui travaillait en free-lance pour le magazine People à l’époque, "a essayé, d’une manière déplacée, de faire jouer les droits d’une célébrité défunte dans la plainte qu’elle a déposée". La plaignante maintient cependant qu’elle fut également victime de la situation.

Dans des documents déposés au tribunal jeudi, les avocats de la femme ont déclaré que les photographes lui avaient dit qu’ils détruiraient la vidéo, mais qu’ils avaient fini par la vendre à Entertainment Tonight pour, paraîtrait-il, une somme de 200 000 $.

La vidéo, filmée dans une chambre réservée par la plaignante à l’hôtel Château Marmont, où avait lieu une soirée après les SAG Awards, n’a jamais été retransmise intégralement par respect pour la famille de Ledger (et à cause de la pression mise par les avocats de l’acteur).

Les avocats de la plaignante, qui a déposé sa plainte le 11 avril, ont déclaré que leur cliente s’était rendu compte qu’on lui avait menti en voyant des extraits de la vidéo diffusée par Entertainment Tonight après la mort de Ledger, le 22 janvier, d’une overdose accidentelle de médicaments.

La plaignante conteste également l’argument de Splash News selon lequel le fait qu’Heath Ledger ait soi-disant pris de la drogue avait un intérêt médiatique qui justifiait pleinement l’action des reporters.

La plainte déposée stipule que les deux employés de Splash, Darren Banks (que la plaignante fréquentait à l’époque) et Eric Munn, ont fait venir Ledger dans leur chambre sous un faux prétexte, lui ont offert de la cocaïne qu’ils avaient eux-mêmes achetée auparavant, et l’ont filmé à son insu.

On entend Ledger s’adressant à quelqu’un dans la pièce en disant : "Pendant 20 ans, j'ai fumé cinq joints par jour."

La plainte déposée hier inclut la déclaration suivante : "De toute évidence, un tel manque de respect de la vie privée à des fins morbides, et pour faire sensation, ne devrait en aucun cas être protégé en invoquant un intérêt médiatique."

En ce qui concerne le fait que son image soit floue dans la vidéo, la plaignante tient à ce que "ses conversations, sa voix et son apparence" restent privées.

  • Share
  • Tweet
  • Share

We and our partners use cookies on this site to improve our service, perform analytics, personalize advertising, measure advertising performance, and remember website preferences. By using the site, you consent to these cookies. For more information on cookies including how to manage your consent visit our Cookie Policy.