Rob Lowe, Sheryl Lowe

AP Photo/Kim D. Johnson

Les accablantes accusations d’une deuxième ex-nounou employée par Rob Lowe, selon lesquelles la femme de l’acteur, Sheryl, serait coupable d’harcèlement sexuel, ont été rendues publiques. Si vous pensiez que les fauves étaient déjà lâchés...

Laura Boyce, qui a travaillé pour les Lowe pendant environ 7 mois en 2007, prétend que Mme Lowe a créé "un environnement de travail hostile et choquant en se comportant d’une façon sexuellement perverse, dégoûtante et vulgaire."

“Les gens riches et célèbres ne sont pas au dessus des lois", pouvait-on lire dans la plainte. " Ils ne font l’objet d’aucune exemption. Les gens riches et célèbres, comme tout individu et tout employeur, ne doivent pas soumettre leurs employés à un environnement de travail hostile et choquant de par sa nature sexuelle."

Dans une déclaration faite à E! News, Sheryl Lowe a critiqué avec virulence les accusations de Boyce comme étant "répugnantes et dégoûtantes".

Parmi les comportements inappropriés sur un lieu de travail reprochés à son ancienne patronne, Boyce prétend que Sheryl se promenait "nue, s’exposant complètement" à la nounou qui ne pouvait rien y faire. Selon les accusations, non seulement Sheryll aurait eu l’habitude de parler à Boyce de sa vie sexuelle avec son mari, mais elle lui aurait également posé des questions sur sa relation avec son ex-copain footballeur. Faisant référence à ce dernier, elle aurait fait des commentaires inappropriés et des gestes visant à spéculer sur la taille de son sexe.

Boyce prétend que Sheryl lui aurait dit : "Vous êtes si menue et il est si costaud. Ça vous fait mal ?"

D'après les termes de la plainte, Sheryl Lowe se serait comportée de façon sexuellement perverse, dégoûtante et vulgaire et aurait fait de nombreuses remarques déplacées, lubriques, voire même racistes, à Boyce.

Un incident qui a eu lieu le 16 novembre s’est avéré être la goutte qui a fait déborder le vase. Ce jour-là, Boyce a téléphoné au couple et a informé leur manager qu’elle était malade et qu’elle ne pourrait pas venir travailler.

Boyce prétend avoir alors entendu Sheryl rire et crier : "Elle a mal à la gorge à force de sucer la b - - e d’un nègre, je veux dire d’un noir."

En plus des accusations de harcèlement, Boyce accuse également la maquilleuse, âgée de 46 ans, et son mari, âgé de 44 ans, de renvoi injustifié, salaires non-payés et plusieurs autre infractions au code du travail, y compris des repas, pauses et heures supplémentaires non payés.

Selon Boyce, son contrat stipulait qu’elle serait payée 16 dollars de l’heure et travaillerait du jeudi au lundi. Elle a ajouté qu’une journée typique commençait à 6 h et se terminait à 22 h.

Bien qu’aucune accusation de harcèlement sexuel n’ait été lancée contre l’acteur de la série A la Maison Blanche, l’avocate de Boyce, Gloria Allred, a expliqué lors d’une conférence de presse à Los Angeles pourquoi il était inclus dans la plainte déposée.

“Nous incluons M. Lowe dans le procès intenté par Mme Boyce parce que, tout comme Mme Lowe, il est un des employeurs et, de ce fait, il est légalement en partie responsable pour tout harcèlement sur le lieu de travail."

Les Lowe, prenant les devants, avaient intenté un procès contre Boyce et deux autres ex-employées le mois dernier, prétendant avoir été victimes d’un complot mis en place par l’ex-nounou et Jessica Gibson, qui elle aussi leur intente un procès. Selon les Lowe, le complot aurait eu pour but de leur extorquer plus d’un million de dollars

Faisant références aux accusations lancées par les Lowe, Allred a déclaré que le procès qu’ils avaient intenté avait un but et un seul, celui d’intimider leurs anciennes employées.

Boyce, qui aurait également travaillé comme nounou pour Travis Barker et Shanna Moakler pendant le tournage de leur émission de télé-réalité, de courte durée, sur MTV, Meet the Barkers, a fait une brève déclaration, ou du moins a essayé avant d’éclater en sanglots.

Allred, toujours très posée, a pris la relève et a lu à haute voix la déclaration de sa cliente.

“J’étais bouleversée quand j’ai appris que les Lowe me traînaient en justice…Je me suis sentie trahie, blessée et contrariée qu’ils fassent une chose pareille après tout ce que j’avais enduré chez eux. Il est grand temps que la vérité éclate."

C’est une promesse qui a été faite par les deux camps.

Dans sa déclaration, rendue publique juste avant la conférence de presse, Sheryl Lowe a fait une critique virulente des accusations de Boyce.

Faisant référence au fait que Boyce l’accuse d’avoir à un moment donné parlé de la taille du sexe de son fils, Lowe a déclaré qu’elle n’arrivait pas à croire qu’Allred et Boyce "aient recours à des moyens aussi bas en mêlant un enfant à un procès injustifié, uniquement motivé par l’appât du gain."

“Le fait d’accuser mon mari à tort, c’est une chose. Le fait de m’attaquer, c’en est une autre. Mais le fait de faire une chose pareille à notre fils révèle non seulement un manque de scrupules, mais également le fait qu’elles sont prêtes à n’importe quoi pour ‘gagner le gros lot’ en faisant un procès."

Dans sa déclaration, Sheryl Lowe a également qualifié le procès intenté par Boyce de trahison, ajoutant que Boyce s'était fait agresser par un de ses ex, et qu'elle avait elle-même conduit la nounou aux urgences.

Quand on lui a demandé si elle pensait avoir trahi le couple, Boyce, furieuse, a essayé de répondre négativement. Mais Allred s’est approché et lui a mis la main sur la bouche pour l’empêcher de répondre. Elle a donné à Boyce le temps de se calmer pour qu’elle puisse, en sanglots, dire à quel point elle aimait les enfants des Lowe.

Allred enregistrera les dépositions des Lowe, pour le procès intenté par Gibson, à Santa Barbara les 19 et 20 mai. Aucune date n'a encore été fixée pour les dépositions concernant la nouvelle plainte.

—en collaboration avec Claudia Rosenbaum

  • Share
  • Tweet
  • Share

We and our partners use cookies on this site to improve our service, perform analytics, personalize advertising, measure advertising performance, and remember website preferences. By using the site, you consent to these cookies. For more information on cookies including how to manage your consent visit our Cookie Policy.