2018 Grammy Awards Jaw Droppers

Getty Images

Oh, nos cœurs explosent !

Même si, chaque année, ça fait un peu bizarre de faire pause sur les acteurs le temps d'un week-end et de se concentrer entièrement à la musique, c'est comme ça que le calendrier tombe. (Il y a le Super Bowl la semaine prochaine, en plus !) Heureusement, les Grammy Awards ont le potentiel d'aller où les cérémonies du cinéma et de la télé, quel que soit le blockbuster de l'année, ne peuvent pas aller... au plus profond de notre âme.

Aux Grammys, on voit des prestations qui n'ont jamais existé jusqu'ici et qui n'existeront jamais plus. On voit des artistes dont la vie a été transformée à jamais en entendant leurs héros musicaux, que ce soit les Beatles ou les Rolling StonesCyndi Lauper ou Michael JacksonNWA ou A Tribe Called Quest, et qui essaient de faire carrière depuis. Il y a un genre pour tout le monde et bien que tous les artistes ou techniciens n'aient pas tous l'occasion de passer à la télé, on voit par l'ambiance dans la salle — et un public qui se met debout beaucoup plus souvent que dans les autres remises de prix — que danser (ou se balancer ou pleurer) sur la musique live ne manque jamais de rassembler les gens, ou de transformer vos idoles musicales en simples spectateurs.

Les Grammys 2018 ne nous ont pas déçus sur ce point, bien qu'il y ait eu plus d'un débat pour savoir si ces petits gramophones dorés ont été remis à la bonne personne dimanche soir. Voici quelques moments forts d'une cérémonie qui frappe toujours très fort :

Kendrick Lamar, 2018 Grammy Awards, Performances

Michele Crowe/CBS

1. Hot DAMN. les experts et les fans avaient parié que ce serait au tour de Kendrick Lamar de finir triomphant dimanche soir en décrochant le prix d'Album de l'année.

Ça n'a pas été le cas (le dernier artiste de hip-hop à avoir remporté un trophée dans cette catégorie reste Outkast en 2004). Mais les producteurs nous ont promis que la soirée appartiendrait à Lamar d'une façon ou d'une autre. Quand il a commencé la soirée, l'artiste sept fois nominé aux Grammys avait déjà remporté trois Grammys hors caméras. Et il a aussi remporté le premier Grammy remis devant les caméras pour Meilleure performance rap avec "LOYALTY.", en duo avec Rihanna.

Mais la salle résonnait encore sous les vibrations de sa prestation de début de soirée. Au début, il a été rejoint par U2 pour "XXX", puis le groupe a repris "American Soul" avant que Lamar — l'un des nombreux artistes qui portaient une rose blanche en soutien à Time's Up — enchaîne avec un medley survolté de "DNA." et "King's Dead" tiré de la bande-originale du film Black Panther. Des danseurs en tenues militaires marchaient en cadence devant un drapeau américain projeté sur un grand écran, et à la fin, il était entouré de rappeurs en sweats rouges qui dansaient comme des malades avant de s'écrouler un par un sur scène en entendant le bruit de tirs de revolver dissimulés par les percussions.

Pour insister sur le message politique, quelques mots de Dave Chappelle se sont fait entendre : "C'est sur le câble ? C'est sur CBS ? Parce qu'on dirait qu'il chante et danse, et ce mec court des risques énormes. Bats-toi, mon grand, bats-toi !"

2018 Grammy Jaw-Droppers

CBS

Et il s'est bien battu, vu qu'il est reparti avec cinq Grammys au total, dont Meilleur album rap pour DAMN., et Meilleure chanson rap, Meilleure prestation rap et Meilleur clip pour "HUMBLE.", ce qui fait passer à 12 le nombre total de ses Grammys au cours de sa carrière.

De son côté, l'artiste le plus nominé de la soirée, Jay-Z, n'est reparti avec aucun prix, mais il a eu droit à un tas de remerciements et à un soutien de taille. "Jay pour président", a lancé Kendrick en concluant ses remerciements pour Meilleur album rap.

Bruno Mars, 2018 Grammy Awards, Winners

Matt Sayles/Invision/AP

2. Il est ce qu'on aime : c'est peut-être parce que ses tubes sont très fluides qu'on oublie facilement de féliciter Bruno Mars, qui vient de repartir avec sept Grammys — dont Album de l'année pour 24K Magic, Chanson de l'année pour "That's What I Like" et Enregistrement de l'année pour "24K Magic" (donc les trois prix les plus importants de la soirée) — et qui nous a offert la prestation chorégraphiée de la façon la plus immaculée de toutes.

D'un titre parfaitement intitulé, "Finesse".

2018 Grammy Jaw-Droppers

CBS

Mais à la fin de cette longue soirée, ce n'était qu'un autre gagnant reconnaissant, avec un petit verre dans le nez, qui implorait : "Ne me coupez pas, les Grammys, s'il vous plaît", en racontant l'histoire où il divertissait les touristes dans son île natale de Hawaï quand il avait 15 ans dans un spectacle appelé "La Magie de la Polynésie". "Plus tard, j'ai découvert que les titres que je chantais étaient écrits par Babyface, Jimmy Jam et Terry Lewis, ou Teddy Riley. Et je me souviens l'avoir vu de mes propres yeux, les gens qui ne s'étaient jamais rencontrés et qui vivaient loin les uns des autres, dansaient ensemble, trinquaient ensemble, ils fêtaient le fait d'être ensemble. Tout ce que je voulais faire avec cet album, c'est ça. Ces chansons ont été écrites dans la joie pour une raison, une seule raison, qui est l'amour."

Childish Gambino, 2018 Grammy Awards, Performances

Kevin Winter/Getty Images for NARAS

3. Un talent qui fait peur : rien n'arrête Donald Glover. Après avoir remporté un Golden Globe pour son rôle dans la série comique appelée Atlanta, qui a remporté le Golden Globe de la Meilleure série comique, mais aussi deux Emmys pour son interprétation et la réalisation, cette star aux nombreux talents — qui incarnera le Simba adulte dans le remake très attendu du Roi Lion en film live-action — a remporté le Grammy de la Meilleure performance traditionnelle R&B pour "Redbone" grâce à son alter ego hip-hop, Childish Gambino. Son interprétation sur scène de "Terrified" était enivrante, surtout quand il a été rejoint par le petit JD McCrary de 10 ans, qui joue le jeune Simba.

Non, franchement, ce falsetto. Trop bon.

4. - (Sans) : Ed Sheeranaurait passé une bonne soirée s'il avait daigné assister à la cérémonie. Il a remporté deux Grammys, Meilleur album vocal pop pour ÷ (Divide), l'album le plus vendu de 2017, mais aussi Meilleure performance pop solo pour "Shape of You". (Il a remporté ce même prix en 2016 pour "Thinking Out Loud").

Il ne pensait peut-être pas que le voyage valait le déplacement vu qu'on l'avait snobé dans les plus grandes catégories. Comment lui en vouloir, finalement ? Surtout que tout le monde avait prédit, à tort, qu'il serait nominé sans problème comme Album, Enregistrement et Chanson de l'année.

Alessia Cara, Khalid, Logic, 2018 Grammy Awards, 2018, Grammys

Kevin Winter/Getty Images for NARAS

5. Ils nous hantent encore plus que d'habitude : chaque année, on devient mélancolique et triste en repensant aux grands noms de la musique qui ont quitté cette Terre dans les 12 mois précédant les Grammys. Mais l'année 207 était carrément horrible.

Maren MorrisEric Church et les Brothers Osborne, qui se produisaient tous le week-end du festival Route 91 Harvest à Las Vegas, ont fait équipe pour chanter l'une des chansons les plus tristes de toutes, "Tears in Heaven" d'Eric Clapton, en hommage aux 58 personnes tuées le 1er octobre quand une personne armée a tiré sur la foule alors que Jason Aldean chantait, mais aussi en hommage aux 22 personnes tuées à Manchester, en Angleterre, par une attaque terroriste dans l'enceinte du stade où Ariana Grande se produisait le 22 mai.

Plus tard, les hommages immanquablement touchants aux personnalités décédées ont commencé avec Emmylou Harris et Chris Stapleton qui ont repris "Wildflowers" pour Tom Petty, mort le lendemain du massacre de Las Vegas. Le montage des personnes décédées s'est terminé avec Chester Bennington, le chanteur des Linkin Park, qui a laissé place à LogicAlessia Cara et Khalid sur scène pour une reprise de "1-800-273-8255". La chanson, dont le titre est le numéro vert pour la prévention des suicides, et son message, expliquant qu'il faut s'accrocher à l'espoir même quand on pense que tout le monde s'en fiche, était détonante.

Hillary Clinton, 2018 Grammy Awards

CBS

6. Fire and Fury : le sketch, dans lequel des artistes comme John LegendCherDJ KhaledCardi B et Snoop Dogg passent une audition pour narrer le livre audio de Michael Wolff, un récit controversé de la présidence de Trump, mais qui se font battre par l'élocution parfaite de Hillary Clinton, a eu beaucoup de succès dans la salle ("Je crois que ça a été le plus gros succès de la soirée", a lancé le maître de cérémonie, James Corden) mais il a été instantanément descendu sur Twitter par les gens qui n'aiment pas mélanger la politique à la musique et aux remises de prix. 

Ces gens n'ont pas dû écouter avec le son jusqu'ici (ou alors ils étaient partis se chercher à manger quand Camila Cabelloa parlé en soutien aux "Dreamers", ces sans-papiers amenés aux USA quand ils étaient enfants et dont le destin reste encore indéterminé pendant que le gouvernement fédéral essaie de parvenir à un accord).

Corden a joué avec le public après cela et a créé un moment de grande effervescence en annonçant la venue de Barack Obama avant de se "rendre compte" qu'il avait mal lu le prompteur et qu'il s'agissait, en fait, du président de la Recording Academy, Neil Portnow.

2018 Grammy Jaw-Droppers

CBS

7. Pure puissance : Kesha a tout donné sur scène avec son titre sanglant "Praying", qui marque son retour et pour lequel elle aurait sûrement dû gagner le prix de Meilleure performance pop solo (ne le prends pas mal, Ed Sheeran). Accompagnée de Cyndi LauperAndra Day, Camila Cabello, Bebe RexhaJulia Michaels et du chœur féminin Resistance Revival Chorus, l'interprète de Rainbow, qui a fait une pause pendant quelques années alors qu'elle menait une bataille juridique contre le producteur Dr. Luke, avait déjà reçu un accueil chaleureux de ses fans et des artistes dans le monde de la pop. Et ce sentiment a été réitéré aux Grammys quand elle a eu droit à une standing ovation.

C'est Janelle Monáequi a présenté Kesha et qui, au nom du mouvement Time's Up dans le monde du show-biz, a déclaré que toutes les femmes "viennent en paix, mais ne plaisantent pas".

   

  • Share
  • Tweet
  • Share