Cela fait presque quatre ans que le monde a perdu Paul Walker dans un accident de voiture alors qu'il était passager d'une Porsche Carrera GT.

Trois ans et 11 mois après la mort de l'acteur, sa fille de 18 ans, Meadow Walker, pleure encore son père, mais un chapitre important touche à sa fin, son procès contre Porsche a enfin trouvé une conclusion. Selon les documents obtenus par E! News, un accord a été conclu avec la marque de voitures allemande le 16 octobre. 

Les termes de l'accord sont confidentiels, mais les documents disent que maintenant qu'un accord a été conclu, les deux parties demandent l'annulation du procès.

Meadow Walker, Paul Walker, Facebook

Facebook

Selon les documents du tribunal obtenus par E! News à l'époque, Meadow et ses avocats avaient affirmé que la Porsche Carrera GT "manquaient d'éléments de sécurité... qui auraient pu éviter l'accident, ou tout au moins, permettre à Paul Walker de survivre au crash". 

La plainte disait que Porsche savait que la voiture dans l'affaire de Paul "avait des antécédents d'instabilité et de problèmes de contrôle". La société n'aurait "pas installé son système électronique de contrôle de stabilité, qui est conçu spécifiquement pour protéger contre les écarts inhérents aux véhicules hypersensibles de ce type". 

Pour ceux qui ne s'en souviennent pas, les autorités ont déclaré que la cause de l'accident était la vitesse entre 128 et 150 km/h. Cependant, selon le procès, le conducteur de Paul, Roger Rodas, n'allait sans doute qu'entre 100 et 115 km/h quand il a perdu le contrôle. 

Le procès affirmait qu'une ceinture "défaillante" avait empêché Paul de sortir du véhicule avant qu'il ne prenne feu, et il a donc été brûlé vif. 

"La conclusion, c'est que la Porsche Carrera GT est une voiture dangereuse", a dit l'avocat de Meadow, Jeff Milam, dans une déclaration à E! News en 2015. "Elle ne devrait pas être dans les rues. Et on ne devrait pas être sans Paul Walker ou son ami Roger Rodas."

Meadow a reçu 10,1 millions de dollars de la succession de Rodas en 2016.

À l'époque, Milam avait émis la déclaration suivante pour sa cliente : "La somme payée par la succession de Roger Rodas dans un fidéicommis pour Meadow Walker ne couvre qu'une fraction de ce que son père aurait gagné en tant que star de cinéma internationale, si sa vie n'avait pas pris fin si tragiquement." 

Sa déclaration continuait : "Par sa succession, M. Rodas, le conducteur de la voiture, a accepté une responsabilité partielle du crash. Le procès de Meadow contre Porsche AG — une entreprise de 13 milliards de dollars — veut tenir la société responsable d'avoir produit un véhicule défectueux qui a causé le décès de Paul Walker." 

On dirait que c'est exactement ce qu'a fait Milam. 

  • Share
  • Tweet
  • Share