Qui d'autre que Stephen Colbert aurait pu présenter les Emmys 2017 ?

Avant même que le présentateur se classe en tête des émissions de fin de soirées avec le Late Show, alimenté par ses critiques acerbes sur tout ce que le gouvernement de Trump fait au quotidien, l'Académie et CBS lui avait déjà remis les clés de la plus grande soirée de la télévision et lui avait demandé de mettre le turbo.

Colbert n'allait pas accepter cet honneur sans faire de blagues sur l'estimation gonflée de la foule lors de l'investiture de Donald Trump et il n'allait pas non plus lancer la 69e cérémonie des Emmy Awards sans parler de "la plus grande star de la télé de l'an passé", comme il l'a qualifié. Vous devinez tous de qui il s'agit.

D'ailleurs, il n'est pas allé se coucher la veille des Emmys sans nous donner un petit avant-goût de ce qui nous attendait. Samedi soir, il a posté des images "leakées" de son voyage en Russie pour le Late Show où il demandait aux gens dans la rue quelle était leur série préférée. The Americans (série sur des espions russes, mdr !) était donnée favorite comme "Meilleure série" à l'unanimité par... les Russes.

"Eh oui, The Americans n'est même pas nominée cette année, mais les Russes ont déjà truqué des élections plus importantes", disait-il en conclusion.

La série n'a pas gagné (ça aurait peut-être mieux marché si The Americans avait été nominée comme Meilleure série dramatique cette année), mais ça nous montrait que Colbert n'avait pas l'intention de mettre la politique de côté ce soir-là.

On ne saura que lundi si Colbert et la récolte de nominés de cette année — les séries et performances dont on a le plus parlé dernièrement — ont suffi à sauver les Emmy Awards du marasme, ou du moins à améliorer le taux d'audience de 2016, qui a été la cérémonie la moins suivie de toute l'histoire. En tout cas, à l'intérieur du Microsoft Theater de Los Angeles...

Stephen Colbert, 2017 Emmy Awards, Show

Trae Patton/CBS

...Colbert prêchait aux convertis.

"Pourquoi vous ne lui avez pas donné un Emmy ?" s'est-il lamenté en parlant du président Donald Trumpqui a raté sa chance d'avoir un Emmy avec Celebrity Apprentice. "Je vais vous dire, s'il avait gagné un Emmy, je vous parie qu'il ne se serait pas présenté à la présidence. Alors dans un sens, c'est de votre faute."

Jimmy Kimmel s'en était déjà pris au producteur d'Apprentice, Mark Burnett, aux Emmys de l'an dernier, mais les enjeux se sont multipliés depuis. Cela l'a aidé à ponctuer son monologue qui — comme dans le Late Show — a vraiment été lancé quand il a fini de faire des petits clins d'œil obligatoires aux remises de prix et au show-biz et qu'il est passé à la politique.

"Il aurait dû l'avoir", a-t-il lancé une dernière fois. "Mais il ne l'a pas eu. Parce que, contrairement à la présidence, les Emmys sont élus par vote populaire. Comment trouver le courage de dire cette blague dans cette salle ?!"

Avant cela, le monologue traditionnel était accompagné de chant et de danse, comme à l'accoutumée. Un numéro très malin avec des servantes dansant le charleston et des références aux événements actuels. Le refrain disait "tout est mieux à la télé". C'était une façon efficace et enjouée de faire remarquer que cette échappatoire est importante, même si passer dans un autre monde nous fait apprécier le monde dans lequel on vit encore plus. Millie Bobby BrownJulia Louis-Dreyfus et Tony Hale ont repris leurs personnages, et même Chance the Rapper est passé pour parler de sa passion pour les séries classiques et a ajouté : "Je trouve toujours que M*A*S*H est d'enfer, mais si Œil de Lynx peut être soldat, pourquoi pas Laverne Cox?"

Chance the Rapper 2017 Emmys

CBS

Colbert a également reçu un coup de main de Seth Meyers, qui vomissait des billes. Meyers était la cible de Trump, simple civil à l'époque, qui l'avait critiqué sur Twitter quand il avait présenté les Emmys en 2014. Le secret le mieux gardé a été l'apparition de l'ex-attaché de presse de la Maison-Blanche, Sean Spicer, qui est arrivé avec son podium à roulettes (à la grande surprise de son sosie sur Saturday Night LightMelissa McCarthy, et d'Anna Chlumsky, qui a failli avoir une attaque d'apoplexie). Il a lancé que ce soir, il aurait "le plus grand taux d'audience de toute l'histoire des Emmys, point barre, en personne et dans le monde entier."

Anna Chlumsky, Colbert Moments, 2017 Emmys

CBS

Qui refuserait de côtoyer les stars hollywoodiennes quand l'occasion se présente ?

Parmi les blagues non-politiques (mais quand même sociopolitiques) de son monologue — "Millie Bobby Brown est la preuve qu'il y a du travail pour les femmes de plus de 12 ans à Hollywood, les Emmys sont la soirée où les stars se rassemblent pour se regarder non-stop, etc." — c'est Bill Maher qui a été la cible de sa vanne la plus vache.

   

Félicitant l'Académie d'avoir honoré le groupe le plus culturellement divers de l'histoire des Emmys, il a ajouté : "Et il y a tellement d'Afro-Américains de talent nominés. Jeffrey WrightViola DavisSamira WileyUzo AdubaAnthony Anderson de black-ish sur ABC. Et, bien sûr, Bill Maher."

Une blague parfaite, dont l'effet a été tempéré quand il a expliqué la blague. En effet, Maher avait utilisé le mot commençant par N pour rigoler dans un épisode de Real Time en début d'année. Il s'est excusé par la suite, mais il était encore un peu sur la défensive quand on l'a traîné dans la boue à cause de cette blague évidente. (C'est bon, on a compris que c'était une blague. La question n'est pas là.)

Hélas, Maher — dont le retour dans la catégorie Meilleure émission de variétés ou de talk-show cette année a énervé plusieurs personnes pour cette même raison — n'était pas dans la salle.

Stephen Colbert, 2017 Emmy Awards, Show

Kevin Winter/Getty Images

Le sketch suivant, où Colbert est envoyé dans un centre de diagnostique semblable à celui de Westworld parce qu'il "bugue", était très amusant mais ce sont les téléspectateurs avertis et fans de cette série de HBO (qui est entrée dans la course des Emmys cette année avec 22 nominations, autant que Saturday Night Live) qui le trouveront le plus désopilant. 

Mais même si vous vous ne regardez pas Westworld et que vous ne connaissez pas le Dr Ford, programmateur sinistre de robots incarné par Jeffrey Wright, Colbert était nu dans le sketch. Et la nudité, surtout les fesses nues d'hommes, fait toujours marrer.

Colbert Moments, Westworld, 2017 Emmys

CBS

Colbert nous avait avertis d'avance, dans les interviews qu'il avait accordées, qu'on lui avait interdit de montrer ses fesses aux Emmys, mais apparemment, en rajoutant un effet de flou, c'est passé au niveau de la censure.

"Avez-vous déjà remis en question la nature de votre réalité ?" lui demande Wright. "Chaque jour depuis le 8 novembre", répond le présentateur.

"Baissez le niveau politique", répond Wright, entraînant un petit sourire de Colbert alors qu'il s'apprête à baisser le niveau politique.

Et apparemment, ça a marché, parce que primo, on n'avait plus de temps pour la politique et deuzio, les stars ont pris le relais. Le courant politique actuel s'est propagé comme une vague tout au long de l'émission, comme on s'y attendait. Remettants et gagnants se sont pris au jeu, avec des discours poignants comme celui de Lily Tomlin et de Jane Fonda sur le fait de refuser d'être "contrôlés par un arriéré sexiste, égocentrique, menteur et hypocrite" ou des déclarations plus implicites comme celle du créateur de The Handmaid Tale : la servante écarlateBruce Miller, nous suppliant de "rentrer, travailler car on doit se battre contre beaucoup de choses".

Stephen Colbert, 2017 Emmy Awards, Show

Trae Patton/CBS

La "toute première interview avec Emmy" de Colbert, aux côtés de RuPaul dans le rôle de la statuette, était indéniablement adorable. Les blagues sur Oscar, un type à qui on ne peut pas avoir confiance parce qu'il est "à poil et tient une épée" et Tony, un type mauvais parce que son mari "est trop jaloux", étaient mignonnes, même si certains ne les comprendront pas.

Mais c'est comme ça que sont les remises de prix et qu'elles le seront de plus en plus, au fur et à mesure que les téléspectateurs se diviseront entre les chaînes nationales, les chaînes câblées, le streaming et d'autres espaces, un diagramme de Venn tentaculaire dont l'espace commun devient de plus en plus réduit.

Bien entendu, c'est pour ça que Colbert s'est arrêté pour faire "la prière traditionnelle pour Hollywood" à un moment : "Seigneur, merci de nous avoir donné le talent et la beauté et ce trou béant en chacun de nous qui ne demande qu'à être rempli d'amour, mais qui ne le sera jamais. Amen."

Stephen Colbert, Jimmy Kimmel, 2017 Emmy Awards, Show

Alex Berliner/Invision for the Television Academy/AP Images

La blague la plus marrante après le monologue était une discussion entre Colbert et Jimmy Kimmel, certainement planifiée d'avance mais avec quand même une part de hasard, après avoir découvert qu'ils avaient tous les deux perdus contre Last Week Tonight With John Oliver dans la catégorie Meilleure émission de variétés ou de talk-show. La deuxième victoire consécutive de cette émission.

Quand la cérémonie a repris après une courte pause publicitaire, on a découvert les hommes en train de boire le cocktail de la soirée, The Last Week Tonight.

"C'est un cocktail sec, britannique", a lancé Kimmel. "Oui", a ajouté Colbert. "C'est très bon. C'est d'une telle qualité qu'on ne peut le préparer qu'une fois par semaine." "Le mien est très amer", a lancé Kimmel. "Tu sais, parfois, ils mettent le mauvais nom sur l'enveloppe et...", a-t-il ajouté avec espoir. "C'est peut-être ce qui est arrivé."

"Pas ce soir", lui a assuré Colbert.

Vous aurez compris l'enchaînement de blagues sur le fait de présenter une émission de fin de soirée quatre soirs par semaine et sur la plus grosse bourde de l'histoire des Oscars, qui s'est passée alors que Kimmel présentait, il y a quelques mois.

Tout cela est très amusant, si vous ne vivez que pour Hollwyood et le show-biz, ce que font justement tous les gens qui étaient présents dans la salle ce soir-là.

Colbert a donc rempli sa mission à la perfection et de façon intelligente tout en terminant, et c'est le plus important, à l'heure. Il n'a peut-être rien apporté de nouveau, mais toutes les personnes présentes connaissaient le menu. Certains ont vraiment dégusté, mais les autres se sont régalés en buvant ses paroles.

  • Share
  • Tweet
  • Share