Brian Austin Green se fiche des trolls.

Au cours d'une interview s'attaquant à de nombreux sujets pour Hollywood Pipeline, l'acteur de 44 ans a accepté de répondre aux questions qui reviennent fréquemment sur lui sur les moteurs de recherche comme Google et Yahoo!. En parcourant les photos de son compte Instagram (@arent_you_that_guy), l'acteur s'est arrêté avec désinvolte sur l'une de ses photos, qui montre son fils Noah Shannon Green avec une perruque.

Le présentateur Dax Holt a demandé à Brian si cela le dérangeait que les gens les critiquent, son épouse, Megan Fox, et lui parce qu'ils laissent leur fils Noah porter des robes et des perruques. "Mon fils, il a 4 ans. J'ai entendu des gens dire qu'ils n'étaient pas d'accord avec le fait qu'il porte des robes", a déclaré l'ex-acteur de Beverly Hills. "À ces gens-là, je dis : « Je m'en tape. » Il a 4 ans et s'il a envie de les porter, il les porte. Les robes, les lunettes, les chaussons... ce qu'il veut. C'est sa vie. C'est pas mes vêtements. De toute évidence, je ne porte pas les vêtements les plus chic. Je porte des shorts et des T-shirts et une montre que vous m'avez offerte [tout à l'heure]."

"Pour moi, 4 ou 5 ans, c'est l'âge où on doit s'amuser. Il ne fait de mal à personne en portant une robe", a déclaré Brian, qui a quatre fils en tout. "Alors, s'il en a envie, tant mieux. Je l'en félicite."

Brian et Megan partagent occasionnellement des photos de leurs enfants sur les réseaux sociaux, mais c'est surtout les paparazzis qui les prennent en photo. Même si ça ne lui plaît pas tellement, Brian comprend. "Il n'y avait pas autant de paparazzis au début, quand j'ai commencé à devenir célèbre. Quand on faisait Beverly Hills, il y avait deux photographes, maxi, qu'on voyait partout. Ils devaient tirer les photos sur papier et les vendre. Ils venaient en boîte ou [à la fac]", se rappelle Brian. "Ils ne nous suivaient pas partout."

Tout a changé à la fin des années 2000. Selon Brian : "Je n'avais jamais vraiment eu l'expérience des paparazzis jusqu'à ce que je rencontre Megan."

Alors Brian a pris les choses en main. Quand il a joué en guest dans la série Desperate Housewives en 2010 et 2011, il a appelé une agence pour prendre des photos de lui sur le tournage avec Marcia Cross.

"Je me suis rendu compte que plus on leur offrait une opportunité de prendre des photos, plus ils nous laissaient tranquilles. Alors j'ai joué le jeu. À un moment de ma vie, j'ai compris que les paparazzis n'allaient pas disparaître. Qu'ils n'allaient pas me laisser tranquille. Qu'ils n'allaient pas laisser Megan tranquille. Qu'ils n'arrêteraient pas de prendre des photos. Alors pour que ce soit vivable, je les laisse prendre des photos quand c'est nécessaire pour qu'ils nous laissent tranquilles après. Ça fait partie du jeu", a expliqué Brian. "Ça fait partie du boulot."

Avec le temps, il a commencé à planifier des séances photos avec Megan pour qu'ils respectent leur vie privée un peu plus longtemps après cela.

"Les paparazzis existent, et ils prennent des photos. Alors soit ils se cachent pour prendre votre photo, soit vous leur dites où vous allez être, ils passent cinq minutes à prendre des photos et après, ils vous laissent tranquille. Je les ai appelés quand on était à Hawaï. J'ai fait : « Je suis à Hawaï. » Le type a pris des photos pendant 10 minutes et après, on a pu passer deux semaines sans personne, à nager dans l'océan et à s'amuser. Une fois de plus, il faut savoir comment ça marche. C'est chiant. C'est chiant !" a avoué l'acteur. "On n'appelle pas pour leur dire quand on va manger au resto ou quand on va au zoo. Mais quand on est à Hawaï et que c'est nos vacances, ou que c'est censé l'être, on veut en profiter. C'est censé être privé, fun et relaxant. Parfois, on a l'impression de vivre dans une bulle."

Il a toutefois ajouté : "Ça vous facilite la vie. Dix minutes sur deux semaines, ça vaut le coup."

  • Share
  • Tweet
  • Share