Shailene Woodley, Marie Claire U.K.

Olivia Malone/Marie Claire U.K.

Shailene Woodley a de sacrées histoires à raconter.

Dans le numéro d'octobre de Marie Claire U.K., l'actrice de 25 ans de Big Little Lies parle en toute franchise de son arrestation l'an dernier pour avoir protesté contre le Dakota Access Pipeline. Le 10 octobre 2016, alors qu'elle marchait vers son camping-car, elle a repéré deux tanks américains. "Je me suis dit : « C'est des conneries à la Divergente. La seule fois que j'ai vu un tank de ma vie, c'était quand j'étais en tournage à Atlanta."

Sauf que là, Shailene n'était pas sur un plateau de cinéma. Quelques minutes après avoir remarqué les tanks de l'armée, la militante écologiste a été arrêtée à Standing Rock pour violation de propriété et participation à une émeute ; elle a été envoyée à la prison du comté de Morton. "J'ai eu droit à une fouille corporelle. Du genre fous-toi à poil, tourne-toi, écarte tes fesses, penche-toi en avant", se souvient-elle. "Ils cherchaient de la drogue dans mes fesses."

C'est à ce moment-là que Shailene a compris qu'elle était dans le pétrin. "Quand on est dans une cellule de prison et qu'ils ferment la porte, on réalise que personne ne peut vous sauver. S'il y a le feu et qu'ils décident de ne pas ouvrir la porte, vous mourrez", déclare l'actrice, qui s'est rendue à Standing Rock à plusieurs reprises. "Vous êtes comme un animal en cage."

Shailene Woodley, Marie Claire U.K.

Olivia Malone/Marie Claire U.K.

Shailene Woodley, Marie Claire U.K.

Olivia Malone/Marie Claire U.K.

L'actrice de Nos Étoiles contraires explique qu'elle a connu des symptômes du syndrome de stress post-traumatique après Standing Rock. "C'était très traumatisant. Moi, je me suis dit : « Qu'est-ce que je fais maintenant ? »", révèle-t-elle. "C'était une sorte de petite dépression." Elle a plaidé coupable aux charges qui pesaient contre elle en mars 2017, et grâce à un arrangement, elle a évité la prison. "J'ai une mise à l'épreuve d'un an", explique Shailene. "Je dois faire gaffe."

Mais ne croyez pas une seconde qu'elle a cessé de se battre pour l'écologie. "Le monde ne doit pas être pris pour argent comptant. La seule façon de résoudre le problème du changement climatique et ces politiques radicales et néfastes est que nous, citoyens, changions notre mode de vie", argue-t-elle. "Les gens sont trop dans leur confort. On est complaisant par bien des côtés. Nous devons être prêts à ne plus être à l'aise."

Shailene Woodley, Marie Claire U.K.

Olivia Malone/Marie Claire U.K.

Le Dakota Access Pipeline pompe désormais du pétrole, mais Shailene n'a pas perdu espoir. "Rien n'est plus précieux que de se battre pour son prochain. La planète va s'en sortir. Ce sont les humains qui ne vont pas s'en sortir. Nous sommes brisés. C'est pourquoi le monde en est là. Pour guérir, il nous faut de l'amour, de l'empathie et de la compassion. Oubliez la politique de cette équation", ajoute-t-elle. "Votez avec votre argent."

Shailene essaye de montrer l'exemple, mais comme elle le fait remarquer, "personne n'est parfait."

"J'utilise plus de plastique que je devrais. J'achète des produits de sociétés avec lesquelles je ne suis pas d'accord. D'après moi, le plus grand changement qu'on puisse faire est d'être conscient par rapport à ça. C'est le catalyseur du changement. Il faut se réveiller chaque matin et se demander : « Qu'est-ce que je peux faire de plus ? Comment est-ce que je peux changer mon mode de vie pour créer ce changement dont je me plains ? »", précise-t-elle. "Et là, tout d'un coup, vous êtes responsabilisé, vous êtes passionné, vous avez une énergie en vous pour aller de l'avant d'une manière qui soit propice à votre propre vie mais aussi à celle du monde."

Pour lire l'intégralité de son interview, retrouvez dès maintenant le numéro d'octobre de Marie Claire U.K.

  • Share
  • Tweet
  • Share