Le premier tapis rouge de Jennifer Lawrence et Darren Aronofsky était plutôt discret. 

Pour tenter de minimiser l'attention sur leur idylle, l'actrice et le réalisateur de Mother! ont décidé de ne pas poser en couple au festival de Venise mardi. Michelle Pfeiffer a fait office de tampon entre eux, avec Javier Bardem les rejoignant tous les trois pour les interviews avec la presse. Après les photos, Aronofsky, Bardem, Lawrence et Pfeiffer ont assisté à l'avant-première. 

(Lawrence portait une robe de la collection Resort 2018 de Giambattista Valli, alors que Pfeiffer — habillée par Samantha McMille — portait une robe Dolce & Gabbana et des bijoux Broken English)

Le thriller psychologique d'Aronofsky, qu'il a aussi écrit, suit une jeune femme (Lawrence) dont la vie paisible avec son mari (Bardem) dans leur maison est perturbée par un couple énigmatique (Ed Harris et Pfeiffer). Domhnall Gleeson et Kristen Wiig sont aussi à l'affiche du film. 

Darren Aronofsky, Michelle Pfeiffer, Jennifer Lawrence, Javier Bardem

Pascal Le Segretain/Getty Images

Lawrence, 26 ans, a été attirée par Aronofsky, 48 ans, pendant le tournage du film. "Il y avait une énergie entre nous", a-t-elle dit dans le numéro de septembre de Vogue. "Je ressentais une énergie pour lui. Je ne sais pas ce qu'il ressentait pour moi." Même si elle a rarement parlé de son histoire avec le réalisateur, Lawrence a dit : "J'ai été dans des relations auparavant où je me sentais perdue. Je ne me sens jamais perdue avec lui." 

L'actrice était ravie que ses fans voient Mother! (en salles le 13 septembre), car elle pense que c'est un des meilleurs films d'Aronofsky. "Quand j'ai vu le film, ça m'a rappelé à quel point il est génial", a-t-elle dit. "Depuis un an, je ne le fréquente qu'en tant qu'être humain." 

Si les premières critiques disent vrai, Mother! sera un film polarisant. Todd McCarthy du Hollywood Reporterpar exemple, a décrit le film comme un "conte d'horreur intime à la Rosemary's Baby, qui fascine et finit par s'élever très haut pour donner la conclusion audacieuse que, pour certains créateurs, l'art est plus important que la vie." Tandis que Robbie Collin du Telegraph a dit que c'était "un festin de saleté choquant, surréaliste et symphoniquement dingue." 

Après la projection de Mother! au festival de Venise, le film a été à la fois hué et applaudi. 

  • Share
  • Tweet
  • Share