O.J. Simpson, OJ Simpson, Parole hearing

Jason Bean/The Reno Gazette-Journal via AP, Pool

O.J. Simpson va être libéré.

Après avoir passé près de neuf ans en prison, la fameuse star du football américain (également connue sous le nom de Orenthal James Simpson) sera libérée du centre correctionnel de Lovelock, dans le Nevada, le 1er octobre 2017. Un jury composé de quatre membres de la commission des libérations conditionnelles lui a accordé la liberté conditionnelle hier, suite à un total de quatre votes unanimes.

O.J. devait écoper d'une peine de 9 à 33 ans de prison après avoir été reconnu coupable en 2008 d'enlèvement et de vol à main armée, ainsi que d'une dizaine d'autres délits.

"Notre décision, bien que difficile à prendre, est juste et équitable", a indiqué l'un des officiers de justice.

Lors du procès de 2008, les procureurs avaient indiqué que le joueur (et cinq autres hommes de main) étaient équipés d'armes mortelles lorsqu'ils avaient pénétré dans la chambre d'un hôtel-casino à Las Vegas en septembre 2007, où ils avaient pu voler des souvenirs, tels que des balles dédicacées et des photos.

Quatre de ses co-accusés avaient plaidé coupables avant le procès et avaient ensuite témoigné à charge. D'un autre côté, les avocats de O.J. affirmaient que le sportif essayait juste de remettre la main sur des objets qui lui appartenaient et qui lui avaient été précédemment volés.

Lors de l'audition d'hier, Simpson a affirmé la même chose, en répétant qu'il tentait de récupérer des biens "personnels" qu'on lui avait volés, dont des "photos de famille personnelles" et des documents relatifs à ses exploits.

Toutefois, à ce stade, ce qui comptait le plus pour lui, c'était de retourner auprès des siens. Il a précisé que ses 9 ans passés en prison se sont déroulés sans encombre et qu'il était prêt à revivre la vie d'un homme libre.

O.J. Simpson, OJ Simpson, Parole hearing

Jason Bean-Pool/Getty Images

"J'ai 4 enfants. On a perdu énormément de temps en étant séparés", a indiqué Simpson au tribunal. "Je pense que j'ai toujours su donner, même dans la rue. Les gens sont toujours venus vers moi. Je suis connu pour être ouvert au public. Je suis ouvert à tout le monde. Maintenant, j'en suis arrivé à un stade de ma vie où la seule chose que j'ai envie de faire, c'est de passer du temps avec mes enfants et mes amis."

Et d'ajouter : "J'ai purgé ma peine. Je l'ai purgée avec un respect inégalé… Pas une seule fois vous m'avez entendu me plaindre en neuf ans… Je veux retourner auprès des miens."

Quant à la façon dont il gèrera sa vie hautement médiatisée et l'opinion publique à sa sortie de prison, il a indiqué qu'il n'accordera pas d'interviews et a ajouté : "Je ne suis pas un gars qui a mené une vie de criminel. Je suis franc… Je n'ai aucun problème, vraiment aucun, à vivre dans ces conditions."

Il a poursuivi en disant : "Partout où j'allais, il y avait du monde. Ce n'est pas nouveau pour moi. Mais j'ai très rarement vu des gens, même lors de ces 20 dernières années, me balancer de sales trucs dans la rue… Je suis plutôt abordable. J'ai fait face au public toute ma vie, donc je ne vois vraiment pas pourquoi je ne pourrais pas y faire face aujourd'hui."

La fille aînée de Simpson, Arnelle Simpson, s'est également exprimée durant l'audience d'hier.

Arnelle Simpson, O.J. Simpson, OJ Simpson, Parole hearing

Lovelock Correctional Center via AP

"Je suis là au nom de ma famille afin de décrire ce qu'est, selon nous, la véritable nature de mon père", a-t-elle dit avec émotion au tribunal. "Personne ne sait véritablement ce que nous avons enduré durant ces neuf dernières années. Il est pour moi du même rang qu'un meilleur ami, un point de repère. Du point de vue familial, on reconnaît qu'il n'est pas parfait, mais il a fait de son mieux pour témoigner de sa nature générale, qui n'est que positive dans tous les cas."

Elle s'est aussi confiée sur l'incident du vol de 2007 : "Mon père a reconnu qu'il a mal agi, et qu'il aurait pu régler le problème différemment. Ma famille et moi savons bien qu'il n'a pas pris la bonne décision ce jour-là, mais nous savons également qu'il n'avait pas l'intention d'entrer et de prendre la mauvaise décision au mauvais moment."

Bruce Fromong, la seule victime ayant survécu au vol à main armée, s'est également exprimé en faveur de la libération de Simpson, en reconnaissant que l'ancien joueur de football n'a jamais pointé d'arme sur lui, et qu'il ne l'a jamais touché.

"O.J. a toujours été un ami, et j'espère qu'il le reste", a indiqué Fromong. "O.J. n'a jamais pointé d'arme sur moi… Un autre homme est entré, et m'a touché. Ce n'est pas O.J. Il ne m'a jamais touché un cheveu."

Bruce Fromong, O.J. Simpson, OJ Simpson, Parole hearing

Lovelock Correctional Center via AP

Il a poursuivi : "On fait tous des erreurs. O.J. a fait celle-là, mais on m'a dit que c'était un détenu exemplaire. Je ne pense pas que c'est un danger pour la société. C'est un mec bien. Je crois qu'une peine allant de neuf ans et demi à 33 ans, c'est beaucoup trop long. Je pense qu'il est l'heure de lui donner une deuxième chance, qu'il puisse rentrer pour sa famille."

C'est avec les larmes aux yeux que Fromong a conclu : "Si demain il m'appelait pour me dire : « Je sors, tu viens me chercher ? », je serais tout de suite là." 

L'ancien surveillant de Lovelock, Jeffrey Felix, qui travaillait à la prison où est enfermé O.J., s'est confié au site Page Six avant l'audition. Il a attesté que le sportif hautement médiatisé se comportait bien en prison.

"O.J. pense qu'il mérite sa liberté conditionnelle ; il n'a pas fait une vague en neuf ans, n'a pas eu de critiques, a suivi tous les programmes et les cours qu'on lui avait recommandés. Il pense toutefois que cette hyper médiatisation va lui faire du tort auprès de la commission des libérations conditionnelles, et que cela va les obliger à le garder en cage", a expliqué Jeffrey. "On lui avait dit qu'il y aurait des chapiteaux pour la presse à l'extérieur, des reporters dans sa salle et dans la salle d'audition de Carson City, ainsi que des caméras envoyant des images en direct aux journalistes à l'extérieur. Il se demande pourquoi ils en font tout un fromage."

Simpson avait déjà comparu devant la commission des libérations conditionnelles en juillet 2013, et s'était vu accorder la liberté conditionnelle pour certaines des accusations, mais pas toutes. À cette époque, il avait exprimé des regrets quant à sa rencontre fortuite auprès des membres de la commission.

Un ancien détenu a également touché quelques mots quant au comportement de Simpson derrière les barreaux au Los Angeles Times.

"Il est populaire, surtout auprès des fondus de sport. Les mecs vont le voir et lui demandent ce qu'il pense des équipes de sport actuelles", a dit Jon Hawkins au journal. "O.J., c'est un mec comme vous et moi. Il fait ce qu'il a à faire, et il rentre en cellule."

Quant au procès tristement célèbre de 1995 concernant les meurtres de son ex-femme, Nicole Brown, et Ron Goldman, le tribunal a ouvert l'audience d'hier en précisant qu'il n'en tiendrait pas compte dans les délibérations de l'audience.

Simpson pourra être libéré à partir du 1er octobre 2017.

  • Share
  • Tweet
  • Share