Le Festival Fyre a été repoussé indéfiniment, mais les dégâts sont déjà faits pour les participants du festival qui viennent d'intenter un procès contre les organisateurs de l'événement, Ja Rule et Billy McFarland

Dans la plainte déposée en Californie par Mark Geragos, avocat des stars, le plaignant Daniel Jung demande des dommages et intérêts pour fraude présumée, rupture de contrat, rupture d'engagement de bonne foi et négligence après que le premier week-end du festival, promu comme des vacances luxueuses avec concerts à la clé aux Bahamas, s'est désagrégé dès les premières minutes.

Fyre Festival

Lee/Prahl/ Splash News

Selon les documents obtenus par E! News, la plainte explique que "le manque de nourriture, d'eau, d'abris et de soins médicaux adéquats ont créé une situation dangereuse qui a paniqué les participants, vu qu'ils se sont soudainement retrouvés sur une île reculée sans vivres. Cette situation était plus proche de « Hunger Games » ou « Sa Majesté des mouches » que de Coachella". Les participants qui ont payé des milliers de dollars pour loger dans des chambres luxueuses, croiser des stars et assister à des concerts de grands artistes, comme on leur avait promis, se sont retrouvés avec des tentes de style réfugiés et des sandwichs au fromage, entourés d'animaux sauvages.

Dans cette plainte, les plaignants affirment aussi qu'ils n'avaient pas la possibilité de "s'échapper" vu qu'ils étaient dépendants de l'événement et de ses organisateurs pour les transports. Cet événement avait été organisé "sans cash" (les participants devaient mettre de l'argent sur un bracelet électronique), alors les gens ne pouvaient pas emprunter les transport publics sur place parce qu'ils n'avaient pas de liquide sur eux.

Fyre Festival

Lee/Prahl/ Splash News

Ce recours collectif entamé au nom de tous ceux qui ont acheté une place pour le festival et des participants du festival ont attaqué Ja Rule et McFarland et affirmé qu'ils savaient "depuis des mois que le festival était dangereusement sous-équipé" et que le traiteur et les logements sur l'île Fyre Cay des Exumas aux Bahamas n'étaient toujours pas en place le mois dernier. Apparemment, les entrepreneurs engagés sur place n'avaient pas été payés et refusaient de travailler.

"Les accusés ont sciemment menti sur les logements et la sécurité du festival, tout en continuant de promouvoir l'événement et de vendre des places", explique la plainte. "Le plus troublant, c'est que M. McFarland et M. Artkins ont commencé à appeler les artistes et célébrités avant le festival pour les prévenir de ne pas faire le déplacement, reconnaissant le fait que le festival était outrageusement sous-équipé et qu'il était dangereux pour quiconque d'y assister."

En tout, les plaignants demandent 100 millions de dollars de dommages et intérêts dans le cadre d'un recours collectif.

Fyre Festival

Tom Knight

Ja Rule s'est expliqué sur cette controverse depuis, en donnant sa version des faits.

"J'ai le cœur brisé. Mes associés et moi-même voulions que ce soit un événement extraordinaire. Ce n'était PAS UNE ARNAQUE, comme tout le monde le dit", a tweeté Ja Rule vendredi. "Je ne sais pas comment tout a pu dégénérer autant mais je vais m'assurer que tout le monde soit remboursé… Je m'excuse sincèrement. Ce n'est PAS DE MA FAUTE... mais j'en assume la responsabilité. Je m'excuse sincèrement pour le dérangement que ça ait pu occasionner…"

De leur côté, les organisateurs ont émis une explication officielle sur ce désastre. Ils ont promis de rembourser tous les participants et promis un nouveau festival pour 2018 aux États-Unis.

"Aussi incroyable que soient ces îles, l'infrastructure pour un festival de cette ampleur devait être construite de A à Z. Alors on a décidé d'essayer de construire une ville. On a installé l'eau et un système pour les eaux usées, fait venir une ambulance de New York et affrété des avions 737 pour faire venir les gens de Miami, à raison de 12 vols par jour. On croyait qu'on était prêts, et là, tout le monde a débarqué", explique le communiqué posté sur le site du Festival Fyre samedi.

"L'équipe était submergée. L'aéroport était bondé. Les bus étaient surchargés. Et la tempête de vent avait emporté la moitié des tentes le matin où les gens devaient arriver. C'est une expérience inacceptable et l'équipe de Fyre assume l'entière responsabilité de ce qui s'est passé."

  • Share
  • Tweet
  • Share