• Share
  • Tweet
  • Share
Alec Baldwin, Nevertheless, Memoir

HarperCollins

Alec Baldwin est un livre ouvert dans ses nouveaux mémoires, Nevertheless, qui sont sortis mardi.

L'ancien de 30 Rock parle d'à peu près tout, de son passé d'abus de drogue au fameux message vocal laissé à sa fille Ireland Baldwin. Il ne se retient pas, donnant un compte-rendu complet de ses plus grands regrets. Nevertheless fournit des infos sur certaines des plus grandes stars d'Hollywood et ce qui est arrivé en coulisse à Baldwin et à tous les autres.

Voici les six extraits les plus croustillants de Nevertheless :

1. Défoncé à la cocaïne au Salishan Lodge : "Je suis assis et je tasse la cocaïne, genre mousquet, dans des cigarettes... J'ai adopté cette méthode quelques années auparavant, pour pouvoir marcher sur Columbus Avenue et me défoncer tout en me baladant dans l'Upper West Side", écrit Baldwin.

"Je m'en sers pour me calmer avec quelque chose de familier. Eh oui. Me calmer en fumant de la cocaïne à 3 h du matin, ou peut-être que je fais ça parce que l'addiction vous pousse dans un état d'inéluctabilité qui comprend forcément un risque énorme, la honte et la mort."

Oliver Stone, Alec Baldwin

Getty Images

2. Sur sa collaboration avec Oliver Stone : "Stone poussait l'équipe à boire beaucoup chaque soir pour décompresser, ce qui n'était pas une option pour moi... et ce n'est certainement pas l'individu le plus désagréable avec qui j'ai travaillé", écrit-il. "Mais Stone m'a ouvert les yeux sur le cinéaste machiavélique qui aurait poussé sa propre mère dans les escaliers si ça l'avait aidé à financer un de ses projets, à faire le plan qu'il voulait, ou simplement à arriver à ses fins."

Harrison Ford, Alec Baldwin

Getty Images

3. Sur Harrison Ford : "Ford est l'une des stars qui a le plus réussi de l'histoire du cinéma. Il est célèbre, riche, et il a l'adulation du public, ainsi que de tout le monde dans le milieu", décrit Baldwin. "Une chose qu'il n'a pas, c'est un Oscar, ce qui doit le frustrer, à défaut de le tourmenter, après sa longue carrière... Ford, en personne, est un homme petit, maigre et nerveux, dont la voix très discrète semble venir de derrière une porte."

Alec Baldwin, Kim Basinger, 1991 Oscars

Kevin Mazur/WireImage

4. Sur son ex-femme, Kim Basinger : "La vie avec Kim était surtout centrée sur les passions narcissiques de deux acteurs sans enfants... mais les ennuis sur le plateau de La Chanteuse et le milliardaire ainsi que l'âge de Kim (elle a eu 38 ans en décembre de cette année-là) semblaient nous avoir mis du plomb dans l'aile", dit-il. "Moi, j'avais besoin d'un break... et je suis allé à New York sachant que j'avais besoin d'un break d'elle et de son égocentrisme aussi. Kim pouvait être drôle. Elle pouvait être un désastre. Mais surtout, Kim n'était concernée que par Kim."

Alec Baldwin, Ireland Baldwin Emmy Awards, 2013

Jeff Vespa/WireImage

5. Sur le scandale du message vocal à Ireland Baldwin : "Si le but de mon ex et de ses avocats était d'endommager ou de gâcher ma relation avec ma fille, alors je leur ai certainement donné les munitions pour y parvenir", admet-il dans Nevertheless. "Mes amis et ma famille, mes proches qui comprenaient la situation, savaient que les mots sur l'enregistrement visaient quelqu'un d'autre... Honnêtement, ma relation avec ma fille a été abîmée de façon permanente par cette histoire. Et en ce sens, mon ex-femme et ses avocats sont arrivés à leurs fins."

6. Sur sa collaboration avec Nikki Reed : "J'avais 47 ans, et ça ne m'est jamais venu à l'idée de demander quel âge avait Nikki Reed", écrit Baldwin, faisant remarquer qu'ils avaient filmé des scènes d'amour torrides ensemble pour Sex, Lies & Murder. "Quand j'ai appris, alors qu'on terminait, qu'elle avait 17 ans, j'ai pété un plomb auprès des producteurs, qui m'avaient dit autre chose."

Dana Brunetti, une des productrices du film, a réfuté les affirmations de Baldwin auprès de The Hollywood Reporter. "C'est un mensonge", dit-elle. "Je l'ai lu et j'étais verte. Bien sûr qu'il savait quel âge elle avait. C'est pour ça qu'il n'y a aucune nudité dans le film. Il le savait avant même qu'on ne fasse le casting du film. Je crois qu'il joue Trump un peu trop, et il ne sait plus la différence entre la réalité et les fausses infos."

Nevertheless est actuellement en vente.