Quand il s'agit de concilier vie de famille et vie professionnelle, parfois l'homme de la situation est une femme.

La semaine dernière, Robert Kelly, un professeur américain en Corée, s'exprimait sur BBC News via Skype quand ses deux enfants lui ont volé la vedette en rentrant sans crier gare dans la pièce de son appartement où il donnait l'interview. Il a tenté d'ignorer le chaos en essayant de repousser sa petite Marion, tandis que sa femme très gênée se précipitait pour faire sortir leurs deux gamins. La vidéo est devenue virale instantanément.

Et qui dit vidéo virale dit parodie. L'émission d'information et de divertissement néo-zélandaise Jono and Ben a ainsi dévoilé jeudi une vidéo d'une actrice jouant le rôle d'une femme à qui il serait arrivé la même mésaventure.

Quand sa fille apparaît à ses côtés en pleine interview, elle continue à parler de politique et l'invite à s'assoir sur elle en lui offrant une bouteille de lait. Elle agite également un jouet quand son bébé débarque en trotteur, avant de sortir un plat dans lequel elle vient de faire cuire un poulet, tout en repassant une chemise, en nettoyant la cuvette des toilettes, et en ignorant son mari qui a l'air pris de court...

"Oh, non, c'est une bombe ?", demande l'intervieweur, tandis qu'un membre de l'équivalent du RAID tend une valise à la femme avec un coupe-câbles.

BBC Interview Dad Parody, Jono and Ben

TV3

"Dédicace à toutes les femmes actives qui désamorcent des bombes au quotidien !", peut-on lire dans un message sur la page Facebook de l'émission parodique.

En parlant de championnes, la petite Marion, 4 ans, a encore volé la vedette lors d'une conférence de presse à propos de la fameuse interview, une sucette dans la bouche et en ayant l'air de s'ennuyer ferme.

La Toile l'a évidemment désignée reine du moment.

Robert Kelly a tenté d'expliquer son comportement dans la vidéo virale.

"Nous adorons nos enfants et nous sommes heureux que notre incident, notre erreur en famille à la télévision, ait fait rire tellement de gens", a-t-il déclaré aux journalistes. "J'ai cru que c'était la dernière fois qu'on m'interviewerait, que les gens trouveraient ça vraiment pas professionnel, qu'on ne me rappellerait plus."

  • Share
  • Tweet
  • Share