• Share
  • Tweet
  • Share

Qui est encore un peu secoué par la Miss Universification des Oscars 2017 ?

Au fil des années, les Oscars ont été le théâtre de moment historiques, inoubliables ou même carrément étranges. Certains ont versé des larmes. Certains discours étaient enflammés. Marlon Brando a envoyé Sacheen Littlefeather sur scène pour refuser son Oscar pour Le Parrain. Un homme nu est monté sur scène avec David Niven. Cuba Gooding Jr. a aimé tout le monde. Adrien Brody a roulé une pelle à Halle Berry pour la remercier. 

2017 Oscars, Academy Awards, Jaw Droppers

Getty Images

Et bien qu'on n'ait pas vu toutes les 89 cérémonies, on peut s'avancer à dire sans crainte qu'aucune cérémonie des Oscars ne s'est terminée de façon aussi choquante que celle de dimanche soir, où le triomphe, la déception et la maladresse sont entrés en collision avec force.

Alors sans plus tarder, voici les sept moments les plus choquants des Oscars 2017 :

2017 Oscar Jaw-Droppers

ABC

1. Thriller hollywoodien : M. Night Shyamalan n'aurait pas pu écrire de fin aussi rebondissante que celle de la 89e cérémonie des Oscars. Au cours de l'un des moments les plus choquants, angoissants et stressants de l'histoire des Oscars — un moment vraiment hallucinant pour ceux dans la salle et les téléspectateurs — le mauvais film a été déclaré Meilleur film à la fin de la soirée.

Pire encore, toute l'équipe de La La Land était sur scène et trois personnes avaient déjà remercié leurs proches quand il a été révélé que Moonlight avait en fait gagné le prix du Meilleur film.

"Ce n'est pas une blague, Moonlight a gagné le prix du Meilleur film", a lancé le producteur Jordan Horowitz. "Warren, qu'avez-vous fait ?!" a lancé Jimmy Kimmel en se moquant du co-remettant du prix, Warren Beatty.

2017 Oscar Jaw-Droppers

ABC

Ce qui s'est passé, apparemment, c'est qu'on avait tendu à Beatty la copie de l'enveloppe de Meilleure actrice (apparemment, ils en font deux, l'un pour le gagnant et l'autre pour la postérité) et, selon lui, c'est pour ça qu'il a regardé la carte aussi longtemps ("Je n'essayais pas de faire de l'humour", a expliqué l'acteur légendaire) avant que la co-présentatrice Faye Dunaway annonce "La La Land" en lisant la carte (Qui veut parier que ce passage va être revu au ralenti et étudié à la loupe incessamment les prochains jours ?).

En tout cas, on n'avait jamais rien vu de tel. Même Kimmel n'a rien trouvé de marrant à dire, bien qu'il ait essayé de gérer ce moment gênant du mieux qu'il a pu, rejetant d'abord la faute sur Steve Harvey puis sur lui-même pour avoir tout raté. "Je pense que vous devriez le garder quand même", a-t-il lancé à l'équipe de La La Land. "Pourquoi on ne peut pas en remettre plein ?"

Voici la preuve que Kimmel était sous le choc : il n'a pas choisi Matt Damon comme bouc émissaire.

Emma Stone, 2017 Oscars, Academy Awards, Winners

MARK RALSTON/AFP/Getty Images

2. La-Di Da : après toute la fantaisie et la magie, tous ces rêves... La La Land est devenu le sujet de moqueries de l'existence humaine comme tout le reste. Mia et Seb pourront comprendre.

Au bout d'une heure de cérémonie, les chances du film de marquer l'histoire des Oscars se sont envolées vu que les prix des Meilleurs costumes, du Meilleur montage sonore et du Meilleur mixage son avaient été remis à d'autres film, effaçant ainsi la possibilité de décrocher le nombre record de 12 Oscars. Il n'a même pas fait ex-æquo avec TitanicBen-Hur et Le Seigneur des anneaux : le retour du roi qui en totalisent 11 chacun.

La comédie musicale est repartie avec un nombre acceptable de six statuettes, dont Meilleure actrice pour Emma Stone et Meilleur réalisateur pour Damien Chazelle.

Et bien que ces victoires ne soient pas négligeables à long terme, on ne peut pas s'empêcher de penser à celle qui leur est passée sous le nez.

Moonlight, 2017 Oscars, Academy Awards, Winner

Chris Pizzello/Invision/AP

3. L'histoire dans nos esprits : Mais revenons à l'énorme victoire de Moonlight. Barry Jenkins est devenu le premier Afro-américain à avoir réalisé un film oscarisé (le réalisateur de 12 Years a Slave, Steve McQueen, est le premier black à avoir réalisé cet exploit mais il est britannique), et la structure du film et le sujet dans son ensemble — l'histoire d'un jeune noir gay racontée à trois périodes de sa vie — était une première pour les Oscars. Jenkins a aussi partagé le prix de la Meilleure adaptation de scénario avec le dramaturge Tarell Alvin McCraney, qui a écrit le livre d'origine, In Moonlight Black Boys Look Blue.

"De toute évidence, même dans mes rêves le plus fous, cela n'arrivait jamais. Mais au diable les rêves... parce que c'est pour de vrai !... C'est vrai, ce n'est pas faux... Merci à La La Land. Merci à tous. Bon sang !" a lancé un Jenkins épuisé.

Mahershala Ali a remporté le prix du Meilleur acteur dans un second rôle pour Moonlight avec son interprétation d'un dealer de drogues qui essaie d'aider un jeune homme à problèmes. C'est le premier Musulman à remporter un Oscar. Et Viola Davis, déjà la première Afro-Américaine à être nominée pour trois Oscars, est devenue la première actrice noire à avoir décroché un Emmy, un Tony et maintenant, un Oscar, pour son rôle dans Fences sous les traits d'une épouse qui souffre depuis longtemps et dont le malaise en gestation explose comme un geyser suite à l'infidélité de son mari.

2017 Oscars Jaw-Droppers

ABC

4. L'Oscar d'Affleck : au final, Casey Affleck a tenu la distance et a décroché le prix qu'il méritait, celui de Meilleur acteur pour son interprétation remarquable et si nuancée qu'on pourrait s'y croire d'un homme complètement déconnecté par le deuil mais qui continue à mettre un pied devant l'autre chaque jour dans Manchester by the Sea. Affleck a remporté un Golden Globe, mais aussi une pléiade de prix des critiques et l'Independent Spirit Award ce week-end, mais Denzel Washington a remporté le Screen Actors Guild Award — et franchement, on se demandait si le vent n'était pas en train de tourner pour Casey pour d'autres raisons. Et n'oublions pas que Denzel nous a offert une interprétation saisissante dans Fences, qu'il a aussi réalisé.

Mais avec le réalisateur Kenneth Lonergan remportant aussi le prix du Meilleur scénario original pour Manchester (une victoire qui impliquait de battre La La Land), l'idée de la victoire d'Affleck devenait de plus en plus apparente.

"Bon sang", a murmuré Affleck quand la vérité s'est instalée. Il a remercié Denzel Washington pour avoir été le premier à lui avoir appris à jouer (il a aussi cité Denzel aux Golden Globes), il a exprimé sa gratitude de pouvoir faire partie d'une communauté si prestigieuse d'acteurs, a remercié Lonergan et son producteur et ami de longue date, Matt Damon, qui devait jouer dans Manchester au début, tout comme, après cela, son grand frère Ben Affleck.

"Ben, je t'adore. T'es pas lourd", a lancé Casey, faisant référence à une blague entre eux, sous les applaudissements de son frère Ben (bien entendu, cette fois, il a oublié de remercier ses enfants, car il y aura toujours quelque chose).

2017 Oscars Jaw-Droppers

ABC

5. Sorti de l'auberge ? : Tu ne tueras point de Mel Gibson a gagné deux Oscars, pour le Meilleur mixage son et le Meilleur montage, ce qui annonce généralement une victoire comme Meilleur film. Cela a fait une belle intrigue de mi-cérémonie pour nous faire pencher un peu plus sur nos chaises quand le dernier prix de la soirée a été révélé (finalement, on est carrément tombés de nos chaises).

Il a été la cible de quelques vannes de la part du présentateur Jimmy Kimmel, mais beaucoup moins que le président Trump et l'homme le plus déshonoré de la soirée, Matt Damon. Et l'acteur et réalisateur qui, il y a 10 ans, était plus ou moins rayé de la liste hollywoodienne, semble avoir remonté la pente. Cela a dû lui faire du bien de revenir sur le ring.

2017 Oscars Jaw-Droppers

ABC

6. Bienvenue à La La Land : qui a fait un meilleur voyage à Hollywood que Gary de Chicago et sa fiancée, Vicki ? Lors d'un des moments les plus marrants de la soirée, Jimmy Kimmel a fait venir une dizaines de touristes surpris, mais sûrement fouillés soigneusement, au Dolby Theatre. Ils sont descendus de leur bus de tourisme pensant qu'ils allaient voir une expo des plus belles robes des Oscars et ont fini par faire la bise aux plus grandes stars au premier rang des Oscars à la place.

Anousheh Ansari, 2017 Oscars, Academy Awards

Kevin Winter/Getty Images

7. Le client frappe à la porte le cinéaste iranien Asghar Farhadi a remporté le prix du Meilleur film étranger avec Le Client, après avoir gagné en 2012 avec Une Séparation. Mais cette année, il a choisi de ne pas assister à la cérémonie et un message a été lu en son nom :

"C'est un grand honneur de recevoir ce prix estimable pour une deuxième fois. J'aimerais remercier les membres de l'académie, mon équipe en Iran, mon producteur Alexandre Mallet-Guy... Amazon et les autres nominés dans la catégorie des films étrangers. Désolé de ne pas pouvoir être là ce soir. Mon absence est par respect envers les gens de mon pays et les six autres pays qui sont insultés par la loi inhumaine qui interdit les immigrants aux U.S.A. Diviser le monde entre « nous » et nos « ennemis » entraîne la peur et crée une fausse justification de l'agression et de la guerre. Ces guerres empêchent la démocratie et les droits humains dans des pays qui sont eux-mêmes victimes d'agression. Les cinéastes peuvent tourner leurs caméras pour capturer les qualités que les humains partagent et briser les stéréotypes sur les pays et les religions. Ils créent de l'empathie entre nous et les autres, une empathie dont on a besoin aujourd'hui plus que jamais."