Beyonce, Adele, Chance The Rapper, 2017 Grammy Awards

Getty Images

Non, #GrammysSoWhite (#GrammysSiBlancs), ça n'existe pas, selon Neil Portnow, le président de la Recording Academy, qui vote pour les gagnants des Grammy Awards.

Beaucoup sont allés sur les réseaux sociaux après les Grammy 2017 dimanche pour accuser le groupe de racisme, quand Adele a battu Beyoncé pour tous les plus grands prix, y compris l'Album de l'année. La sœur de cette dernière, Solange, a aussi émis son avis critique. Herbie Hancock est le dernier artiste noir à avoir gagné cet honneur, en 2008.

Quand on lui a demandé s'il pensait que les Grammy avaient un problème de racisme, Portnow a dit à Pitchfork dans des commentaires postés mardi : "Non, je ne crois pas qu'il y ait de problème de racisme du tout."

Quoi ? Une cérémonie de récompenses dirigée par de vieux hommes blancs est raciste ? Et on est surpris ? #GrammySiBlancs #BeyonceAétéVolée

J'arrête de regarder les Grammys. Rihanna a été snobée and Beyoncé a été volée. Le racisme doit cesser #GrammySiBlancs

"Souvenez-vous, c'est un prix voté par les pairs", a-t-il continué. "Quand on dit «les Grammys», ce n'est pas une institution, ce sont les 14 000 membres de l'Académie. Ils doivent se qualifier pour être membres, ce qui veut dire qu'ils doivent avoir enregistré et sorti de la musique, donc ce sont des experts et des professionnels du plus haut niveau dans le métier."

Les membres votants de l'Académie nationale des arts et des sciences (la Recording Academy) sont des artistes, auteurs et autres professionnels de la musique qui ont sorti plusieurs enregistrements à des vendeurs reconnus, ou qui ont été nominés pour un Grammy ces cinq dernières années.

"C'est toujours dur d'être objectif quand il s'agit de quelque chose de naturellement subjectif, à savoir l'art et la musique", a dit Portnow. "On fait au mieux. Nous avons 84 catégories où nous reconnaissons toutes sortes de musiques, en tous genres. En tant que musiciens, à mon humble avis, nous n'écoutons pas la musique en pensant au sexe, à la couleur de peau ou à l'ethnicité."

"Quand on vote pour un morceau de musique — en tout cas, c'est mon approche — on se bande les yeux et on écoute", a-t-il ajouté. "Il s'agit de savoir à quoi on réagit, et à notre esprit en tant que professionnel, de déterminer ce qui monte au plus haut niveau d'excellence chaque année. Et cela est très subjectif. C'est ce que nous demandons à nos membres, même en votant. On leur demande de ne pas prêter attention aux ventes, au marketing, à la popularité et aux hit-parades. Il faut écouter la musique."

Portnow a dit que les lauréats des Grammys étaient choisis par "un vote démocratique à la majorité".

"Donc quelqu'un pourrait recevoir un Grammy ou pas à cause d'un seul vote", a-t-il dit. "Ça pourrait être aussi serré que ça."

L'an dernier, l'Académie des arts et des sciences du cinéma a été attaquée quand il a été révélé que tous les acteurs nominés aux Oscars étaient blancs, pour la deuxième année d'affilée. Le groupe a ensuite nommé trois nouveaux gouverneurs, y compris un homme noir et une femme née en Corée du Sud, au conseil de 51 personnes de l'Académie.

Portnow a dit à Pitchfork que la Recording Academy "travaille toujours pour augmenter la diversité chez ses membres, que ce soit en ethnicité, sexe, genre ou âge".

"On n'a pas Chance the Rapper comme Révélation de l'année avec des membres qui ne sont pas de diverses origines et ouverts d'esprit et n'écoutent pas vraiment la musique, sans considérer les autres éléments au-delà de la beauté de la musique", a-t-il dit.

  • Share
  • Tweet
  • Share