Wolverine, Hugh Jackman

20th Century Fox

Difficile d'imaginer quelqu'un d'autre que Hugh Jackman pour incarner Wolverine dans la franchise X-Men.

C'est pourquoi l'acteur australien nous a soufflés aux Producers Guild Awards quand il a admis que le studio n'était pas fan de son jeu lors du tournage du premier opus de la saga, il y a presque 18 ans.

"À dire vrai, j'avais du mal", a expliqué Hugh Jackman. "C'était mon tout premier film en Amérique. J'étais un peu coincé. J'étais nerveux. Ma prestation était moyenne, sans plus. Personne ne disait rien, et je croyais être passé à travers les mailles, mais ce n'était pas le cas."

Tom Rothman, Hugh Jackman

Jordan Strauss/Invision for Producers Guild of America/AP Images

Tom Rothman, un ponte du studio, avait rencontré l'acteur au bout d'un mois de tournage.

"Il m'a dit qu'il croyait en moi, que dès l'instant où il avait vu ma démo, il avait senti que j'étais la bonne personne, mais en regardant les rushes, il avait l'impression que quelqu'un mettait un abat-jour sur une ampoule", a admis Hugh.

Ça fait mal.

Comme on le sait maintenant, l'acteur s'est rattrapé depuis. Après une franchise qui cartonne depuis deux décennies, Hugh reprend son rôle de Wolverine une dernière fois le 1er mars dans Logan.

Hugh était aux PGA ce week-end pour remettre le Milestone Award à Tom Rothman.

Chrissy Teigen, John Legend, 2017 Producers Guild Awards

Frederick M. Brown/Getty Images

Plus tard dans la soirée, James Corden a dit en plaisantant : "Peu d'entre vous le savent, mais ce soir a fait remonter à la surface le fait que c'était moi qui avait été choisi à l'origine pour être Wolverine dans la franchise X-Men."

John Legend a fait passer un message très politique en présentant La La Land. Il a expliqué que sa femme Chrissy Teigen et lui avaient hésité à assister aux PGA parce qu'"on sait ce qui se passe dans les rues, ce qui se passe à l'aéroport de Los Angeles et dans les aéroports du pays" du fait de l'interdiction des musulmans par Donald Trump.

Ils ont fait des dons à l'ACLU et à d'autres organisations "engagées à se battre pour la liberté dans ce pays".

Le chanteur/acteur a précisé : "Notre Amérique est grande et libre. Elle est ouverte aux rêveurs de toute race, de tout pays et de toute religion. Notre vision de l'Amérique est l'antithèse de celle du président Trump. Ce soir, je veux rejeter sa vision et affirmer que l'Amérique doit être meilleure que ça."

Suivez E! News pour plus d'infos sur les PGA et les SAG Awards.

  • Share
  • Tweet
  • Share