Sofia Vergara, Nick Loeb, Golden Globes 2014

Matt Sayles/Invision/AP

La bataille juridique de Sofia Vergara avec son ex-fiancé, Nick Loeb, vient de passer une étape.

Dans des documents obtenus par E! News, un procès de droit de vivre contre l'actrice de Modern Family a été intenté mardi de la part de deux embryons conçus par Vergara et Loeb en 2013. Les ovules fertilisés sont listés comme les plaignantes "Emma" et "Isabella" dans le procès et demandent que Loeb ait la tutelle des embryons féminins pour qu'ils vivent et finissent par hériter d'un fonds en fidéicommis à leurs noms.

Les documents déclarent que Vergara a "de fait abandonné et chroniquement négligé" les embryons en "refusant de consentir à leur développement ou leurs soins".

Dans un des derniers développements de l'affaire, un représentant juridique de Sofía a fait une déclaration à E! News mercredi : "La semaine prochaine, le juge chargé de l'affaire devait répondre à la requête de Mlle Vergara de sanctions contre M. Loeb qui a refusé de se plier à un ordre du tribunal, et à sa demande de non-lieu du procès intenté contre elle pour tenter de retrouver le contrôle des pré-embryons qu'il a créés avec Vergara."

"Ce matériau génétique a été créé suite à un accord écrit qui exigeait l'autorisation écrite des deux parties pour tenter de créer une grossesse. Apparemment, M. Loeb et son avocat, sachant qu'il était sur le point de perdre, ont décidé de sauver la face en passant à l'offensive. Il se dit que M. Loeb a intenté un procès de la part des embryons en Louisiane, pour obtenir le même résultat qu'il tentait d'obtenir par sa plainte en Californie", disait la déclaration.

En avril 2015, Loeb a déposé une plainte pour empêcher la destruction des embryons. Puis, en novembre de cette année, un juge de Californie a décidé que Loeb devait nommer deux de ses ex-petites amies qui ont mis fin à leurs propres grossesses il y a plus de deux décennies, afin de continuer l'affaire.

Loeb a parlé à Page Six de ce refus de divulguer l'information. "Je préférerais aller en prison que révéler des noms. Je pense qu'on doit protéger le droit à la vie privée des femmes."

Et dans la déclaration de l'avocat de Vergara, il a réfuté l'affirmation de la plainte selon laquelle il s'agit d'un état embryonnaire.

"Si ces dires sont vrais, cette dernière manœuvre n'est rien d'autre qu'une tentative de la part de Loeb de se maintenir dans l'œil du public en gardant son lien avec Mlle Vergara. Les médias affirment que M. Loeb a lancé un procès en affirmant que les pré-embryons, qui ne sont pas des embryons, mais plutôt des ovules fertilisés congelés, ont des noms donnés par lui et le droit de vivre", a-t-il continué.

La déclaration conclut : "Loeb pense apparemment obtenir la sympathie du public et des tribunaux avec cette dernière manœuvre, qui, à notre sens, échouera. Il est malheureux que Loeb ressente le besoin de rester lié à Vergara, qui est mariée, en abusant des ressources limitées du système juridique, en empêchant les juges de se concentrer sur de vrais problèmes juridiques. Si c'est une famille que veut Loeb, il devrait engager une mère porteuse et une donneuse d'ovocytes, et en créer une sans entraîner Vergara dans une bataille juridique inutile."

Vergara a hésité à parler de ses troubles juridiques publiquement, et dans une interview de 2015 avec Good Morning America, elle a mis fin à la conversation une fois pour toutes.

"J'ai travaillé dur pendant 20 ans pour en arriver là", a expliqué Sofía. "Je n'aime pas promouvoir ma vie privée. Je ne veux pas permettre à cette personne de tirer profit de ma carrière tout en essayant de se promouvoir."

De plus, l'avocat de la star de 44 ans a dit à E! News l'an dernier que Sofía n'avait "jamais suggéré qu'elle souhaitait que les embryons soient détruits", mais au lieu de ça, qu'elle était "d'accord pour laisser les embryons congelés indéfiniment puisqu'elle n'a aucun désir d'avoir des enfants avec son ex..."

Sofía est désormais heureuse d'être mariée avec Joe Manganiello, et elle a un fils de 24 ans avec son ex-mari, Joe González.

  • Share
  • Tweet
  • Share