• Share
  • Tweet
  • Share
Wilmer Valderrama

Johnnie Walker

Wilmer Valderramaest drôle, mais c'est aussi un activiste et un visionnaire.

L'acteur de 36 ans est né à Miami, en Floride, puis il est reparti au Venezuela avec sa famille quand il avait trois ans.

"J'ai le sentiment d'avoir trois côtés. Un tiers de mon cœur est colombien, un tiers est vénézuélien, et un tiers, qui est devenu mon esprit et mon âme, est américain, ici aux États-Unis."

C'est à cause de ce sentiment qu'il a rejoint la campagne Keeping Walking America de Johnnie Walker. "La campagne a une responsabilité intéressante pour nous de continuer à re-raconter notre histoire, et à rester fiers de notre héritage culturel", a dit Valderrama à E! News. "Nous devons continuer de marcher dans les pas de qui nous sommes."

Comme les gens qui vivent à Brownsville, au Texas, Valderrama est un mélange de deux pays voisins. "Je crois que je suis une fusion de la Colombie et du Venezuela. J'ai été élevé au Venezuela, mais j'ai aussi passé la moitié de ma vie en Colombie. Ceci m'a donné une certaine perspective, et j'ai pu venir en Amérique avec les deux perspectives, cela m'a aidé à travailler aussi dur que je l'ai fait depuis mon arrivée ici. Il y a des petites différences", explique-t-il. "Comme deux différents arepas du Venezuela et de Colombie. C'est chouette d'avoir les deux."

Wilmer Valderrama

Johnnie Walker

Après tant d'années de succès avec That 70's Show, la distribution est devenue une famille, et récemment, cette famille a fait une réunion.

"Quand Ashton (Kutcher) et Danny (Masterson) pensaient faire la série de Netflix, The Ranch, ils m'ont appelé et dit : «Bon, on réunit la bande.» La série est très drôle, mais j'étais déjà engagé sur plusieurs projets. Alors l'an dernier, ils m'ont appelé pour me demander si je voulais être un guest-star, et j'ai dit : «Et comment ! C'est parti»", a dit Valderrama. "La série a le même réalisateur, David Trainer, des 200 épisodes de That 70's Show. Alors être dirigé par lui, qui m'a dirigé depuis que j'ai 18 ans jusqu'à ce que j'en ai 26, et être sur un plateau avec Danny et Ashton, c'était très touchant, et incroyable."

Valderrama nous a expliqué que c'était comme s'ils étaient une bande de gamins travaillant ensemble.

"Ce sont des gens qui me connaissent mieux que personne, et pouvoir rire à nouveau ensemble sur le plateau, c'est génial. En gros, on est des clowns et on n'arrive pas à faire une prise correcte ensemble. Le réalisateur a dû nous crier dessus comme si on était des gosses. On n'arrivait pas à faire la scène sans rigoler. C'était chouette, et pour moi, ce n'est pas du travail, c'est des vacances."

Mais après That 70's Show, l'acteur a décidé de faire un break. Il avait vécu trop de sa vie devant les caméras et ressentait le besoin de mûrir en tant qu'individu. Quand on lui a demandé ce qu'il avait retiré de ce break d'Hollywood, il a dit : "J'ai mûri, je suis devenu l'homme que je pensais pouvoir devenir au niveau personnel, en tant qu'humain et en tant qu'homme. J'ai grandi, j'ai pu me rapprocher de ma famille, de mes racines. J'ai développé une autre passion, à savoir l'esprit d'entreprise, et j'ai construit un studio, un studio de cinéma et de télévision. Je produis de multiples films, séries télé et animées. J'ai deux grosses productions d'animation qui arrivent. L'une d'elles est l'histoire secrète du Prince charmant."

L'acteur et producteur, qui est inspiré par le légendaire Desi Arnaz, a parlé de son projet, dans lequel on retrouvera des visages familiers.

"J'ai fait équipe avec John Williams, le producteur de la franchise Shrek. Il est incroyable. Disney a mis longtemps à annoncer la première princesse latine, alors on a décidé de faire le premier prince latin, et j'ai décidé de le jouer. J'ai développé ce film formidable, et j'ai trouvé la meilleure distribution possible", a-t-il dit. "En gros, j'ai appelé tous mes amis. J'ai appelé Avril Lavigne, Demi Lovato, Ashley Tisdale, SIA, Patrick Stump, Steve Aoki, et tant d'autres. C'était génial de voir qu'ils voulaient le faire. C'est donc devenu un film monstre, et ça a ouvert la voie pour le genre de projets que je produisais pour ma société."