• Share
  • Tweet
  • Share
Shailene Woodley, Mugshot

Courtesy of Morton County Sheriff

L'arrestation de Shailene Woodley a fait les gros titres un peu partout dans le pays, mais l'actrice militante veut s'assurer que l'accent soit mis sur ce qui importe le plus.

L'actrice de Divergente a écrit un essai pour le magazine Time afin de révéler "la vérité sur mon arrestation", expliquant l'importance des manifestations pacifistes et sensibilisant l'opinion publique sur des sujets qu'ils ignorent peut-être.

Le 10 octobre, l'actrice protestait contre la construction d'un pipeline dans le Dakota quand elle a été arrêtée. Mercredi, l'actrice a plaidé non-coupable des chefs d'accusation contre elles : effraction et participation à une émeute.

Après avoir expliqué qu'elle se montrait solidaire avec les Indiens le jour hommage aux peuples indigènes et qu'il était nécessaire de protéger nos ressources naturelles, Shailene a commencé à reprocher à l'Amérique d'exploiter les traditions indiennes sans respecter leur culture.

Shailene Woodley

Shailene Woodley

"On porte leur héritage, leurs totems sacrés comme décorations et objets de mode, sans honorer leur culture. Coiffes, plumes, flèches. Mocassins, sauge, perles. Vous savez de quoi je parle, Coachella. Je suis allée au marché aux puces ce week-end, et j'ai vu tellement de références aux traditions indiennes utilisées de façon à nourrir notre récit occidental", écrit-elle.

"On achète des tipis en plastique et on les monte dans notre salon pour que les enfants jouent avec. On grandit en rêvant de la culture, de l'art et de l'histoire des Indiens... sans savoir ce qu'ils vivent."

Et d'ajouter : "On brise les traités. On vole leurs terres. On construit des barrages qui inondent leurs réserves. Ils sont forcés de se déplacer, et on ne remarque rien. On n'agit pas." Elle ajoute que l'ironie, c'est que tout cela a été mis en avant lorsqu'elle a été arrêtée par les autorités.

Shailene Woodley

Gisela Schober/Getty Images

"Il a fallu que moi, une blanche non-indienne, soit arrêtée le 10 octobre dans le Dakota du Nord, le jour hommage aux peuples indigènes, pour attirer l'attention du public sur cette cause. Et à la première page des journaux dans le monde entier. Le jour de mon arrestation, 26 autres personnes ont également dû porter l'uniforme de prisonniers et ont été envoyées à la prison du comté de Morton. Vous avez entendu parler d'eux ?"

Quoi qu'il en soit, Shailene a apprécié le soutien du public. "Je remercie tous ceux qui m'ont soutenue quand j'ai été arrêtée. Votre amour, vos prières et vos hashtags me font chaud au cœur."

Elle conclut : "Je n'ai pas peur. Je ne suis pas effrayée. Je suis reconnaissante et époustouflée de pouvoir me tenir à côté de tous ces guerriers pacifistes. Les "manifestations" à Standing Rock ne sont que des cérémonies et des prières. J'y étais. Et on parle d'émeutes ? Regardez mon live sur Facebook et décidez ce qui a l'air le plus dangereux : la police avec des tenues de combat et des matraques ou des grands-mères et des enfants indiens qui brûlent de la sauge et chantent.

"Merci à toutes les tribus qui se sont rassemblées. À tous ces peuples qui forment un tout. À tous ces gens qui se disent : « Si on ne le fait pas, qui le fera ? Si on ne le fait pas maintenant, quand ? » Médiatiser l'arrestation d'une célébrité ne va pas sauver le monde. Mais se tenir les coudes, si. Soutenez le peuple sioux de la réserve Standing Rock pour les aider à avoir des rivières où nager, des ruisseaux où boire et des lacs où flotter. Allez-vous vous joindre à nous ?"