• Share
  • Tweet
  • Share
Amanda Seyfried, Allure

Scott Trindle/Allure

Amanda Seyfried n'a pas peur de montrer qui elle est vraiment.

Alors qu'elle parlait de rénovations chez elle dans le numéro de novembre du magazine Allure, l'actrice de Fathers and Daughters a tranquillement avoué souffrir de troubles obsessionnels compulsifs. "J'ai acheté cette maison en 2013, et ensuite je l'ai faite refaire", explique Amanda, à propos de sa demeure de Stone Ridge, dans l'État de New York, à 160 km au nord de la Grosse Pomme. "Je viens de faire rénover une des granges pour les invités. J'ai fait installer une salle de bain et une petite kitchenette, mais pas de gazinière ; je veux que les gens mangent dans la maison. J'ai aussi toujours peur de la manière dont les gens utilisent une gazinière. C'est juste une histoire de contrôle."

Cette crainte, explique-t-elle, est liée à un TOC.

"Je prends du Lexapro, et ce pour le restant de mes jours", précise Amanda à propos de son antidépresseur. "J'en prends depuis l'âge de 19 ans, donc depuis 11 ans. Je prends la plus petite dose possible. Je ne vois pas l'intérêt d'arrêter. Que ce soit un placebo ou non, je ne veux pas prendre de risque. Ce serait se battre contre quoi ? La honte d'utiliser un médicament qui m'aide ? Les gens classent les maladies mentales dans une catégorie différente [des autres maladies], mais je ne pense pas que ça soit différent. Ça devrait être pris aussi sérieusement."

Amanda, qui a déjà avoué suivre une psychothérapie, fait ce qu'elle peut pour gérer sa maladie. "Une maladie mentale ne se voit pas : ce n'est pas une masse ; ce n'est pas un kyste. Mais elle est bien là. Pourquoi avoir besoin de le prouver ? Si on peut la traiter, autant le faire", explique-t-elle au magazine. "Mon TOC m'a causé beaucoup d'angoisse au point où j'ai cru avoir une tumeur au cerveau. J'ai passé une IRM, et le neurologue m'a référé à un psychiatre. À mesure que je vieillis, les pensées compulsives et les angoisses ont tendance à diminuer. Savoir que beaucoup de mes peurs ne sont pas basées sur la réalité aide beaucoup."

Amanda Seyfried, Allure

Scott Trindle/Allure

Amanda évoque aussi l'impact de la célébrité sur ses TOCs. "C'est incroyable les effets du manque d'assurance. Parfois, j'ai l'impression de très bien comprendre le monde, et puis tout d'un coup je me sens écrasée. Je me dis : « Qu'est-ce que je fais là ? Personne ne veut me voir. Pourquoi me prenez-vous en photo ? »", reconnaît l'actrice de Lovelace. "C'est débile, c'est irrationnel, et tout ne tourne pas autour de moi, mais je ne peux pas m'en empêcher parce que je n'ai pas confiance en moi."

Quand c'est le cas, l'actrice originaire d'Allentown en Pennsylvanie retourne dans sa maison dans le nord de l'État de New York pour se recentrer. "J'adore cet endroit. J'adore cette ville !", avoue Amanda. "Il y a un centre commercial tout petit mais mignon. Il y a un Dunkin' Donuts, un centre de réflexologie. Même l'épicerie est spéciale, typique d'une petite ville. C'est très pittoresque. Puis je vais voir les produits de la ferme. Tout est produit localement. Mais j'ai aussi un potager. Kale. Romaine. J'ai planté des myrtilles l'an dernier. Les tomates ne sont pas encore sorties."

Amanda et son fiancé Thomas Sadoski ont de grands projets pour leur maison. "On a plein d'idées pour la propriété. On va avoir une chèvre et un cochon ; ils vont grandir ensemble, donc ça devrait bien se passer", explique la belle blonde. En plus de son chien Finn, l'actrice a adopté deux chats. Elle a également un coq et quatre poules, et ces dernières posent parfois problème. "Il y a un truc trop bizarre : elles ont arrêté de pondre et ce depuis au moins six mois", explique-t-elle. "Elles ont un très beau poulailler, et elles étaient super fertiles, et puis tout à coup elles ont arrêté. Et puis, on a eu quatre nouvelles poules, et les autres ont recommencé à pondre. Je crois qu'elles se sentent menacées."

Si cela ne ressemble pas à la vie glamour d'une star de cinéma, ça ne gêne pas Amanda. "J'espère de pas vous avoir ennuyé", ajoute-t-elle. "Si c'est le cas, vous pouvez inventer ce que vous voulez."