La star top-modèle Christy Turlington est une fille nature. 

La pro des défilés a vécu toute sa vie d'adulte sous l'œil du public, que ce soit dans les pages glacées des plus grands magazines de mode ou sur les podiums des plus grands couturiers. Aujourd'hui, à 47 ans, cette passionnée de course à pied, défenseuse de la santé des femmes et mère de deux enfants a l'air toujours aussi jeune, mais ce n'est pas le fruit de la chirurgie esthétique. Bien au contraire, Christy explique qu'elle ne recourra "jamais" au Botox ou au bistouri. 

"Pendant des années, tout ça n'existait pas : le collagène, les cellules adipeuses, toutes ces choses que les gens font et que je n'imagine même pas", a-t-elle déclaré pour le numéro spécial 170e anniversaire de Town & Country. "D'abord, je n'ai pas le temps. Ensuite, je ne trouve pas que ce soit joli. J'aurais peut-être un autre avis si je trouvais que le résultat était joli, si ça ne faisait pas mal et si ça n'envoyait pas un mauvais message aux jeunes. Mais je n'ai jamais rencontré quelqu'un qui m'a fait dire : « Oh, c'est une bonne idée. » Pour moi, le résultat est terrifiant."

  

Christy Turlington, Town & Country, October Issue

Max Vadukul

Si beaucoup de visages célèbres à Hollywood optent pour des injections ou des opérations chirurgicales pour arrêter le temps, la belle brune n'a aucun problème quant au fait de vieillir. 

"Je n'avais pas peur de vieillir à 16 ans, et ce n'est toujours pas le cas à 47 ans. Ça fait partie de la vie, et c'est bien que mes proches voient que je suis détendue par rapport au fait de vieillir, que ça ne m'inquiète pas et que je n'en fais pas une névrose", a-t-elle expliqué.

Avec une fille de 12 ans et un fils de 10 ans, Christy souhaite que ses enfants la voient telle qu'elle est, alors qu'elle approche de la cinquantaine, et même au-delà. 

"Pour mes enfants, je suis une maman qui se rase rarement les jambes, qui ne colore pas ses cheveux", a-t-elle ajouté. "Être soi-même, être au mieux, n'a rien à voir avec son apparence physique."

Elle qui vient d'un monde à qui l'on reproche souvent de perpétuer des troubles alimentaires et des complexes physiques, Christy ne voit pas les magazines de mode comme la réalité, et elle pense que vous devriez faire de même. 

"Je ne pense pas qu'on ait des troubles alimentaires en regardant des magazines. Je pense que cela vient plutôt d'un sentiment d'impuissance et de contrôle, ou d'un problème familial", a expliqué Christy. "En tant que mannequin et mère d'une fille de 12 ans, je ne reprocherai jamais ça à un magazine ou à une marque de mode. Les gens devraient arrêter de penser qu'il s'agit de la réalité."

Christy Turlington, Town & Country, October Issue

Max Vadukul

En fait, Christy a fait de nombreux efforts pour s'éloigner de son ancienne vie au cœur de la mode, surtout de cette image véhiculée par la célèbre phrase de son ancienne collègue Linda Evangelista : "On ne se lève pas pour moins de 10 000 $ par jour."

"Ce n'est pas moi," a expliqué Christy au magazine à propos de sa vie 30 ans plus tard. "Je ne sais pas pourquoi, mais j'ai tout fait pour m'en éloigner. Ça ne fait plus du tout partie de mon quotidien."

Au lieu de ça, quand elle ne court pas un marathon pour soutenir la santé des femmes, qu'elle ne s'occupe pas d'une organisation caritative ou qu'elle n'est pas en train d'élever ses deux enfants, elle s'accorde du temps pour elle, loin de la course aux castings. 

"Je me limite à un jour de travail à la fois ; deux, c'est trop", a-t-elle confié au magazine. "Je me dis : « Tant mieux, je vais pouvoir me faire faire une manucure. Ça ne m'est pas arrivé depuis un an."

Le numéro d'octobre de Town & Country est disponible à partir du 13 septembre. 

  • Share
  • Tweet
  • Share