• Share
  • Tweet
  • Share

Chris Brown a été libéré sous caution.

Suspecté d'avoir menacé Baylee Curran d'un revolver, Brown a été arrêté mardi après-midi pour agression supposée avec une arme à feu. Il a été relâché de prison ce même jour après avoir versé 250 000 $ de caution, selon le greffe de la prison du comté de Los Angeles. "Merci à tous pour votre soutien et vos vœux", a tweeté l'avocat de Brown, Mark Geragos. "Chris est sorti et il va bien. Les allégations contre lui sont clairement fausses #ÉquipeBreezy."

Une fois relâché, Brown a partagé une capture écran du tweet de Geragos sur Instagram. Il a aussi posté une vidéo de Ray J, qui était chez Brown au moment de l'incident supposé. "Yo, c'est Ray J. Écoutez. Je suis trop vénère aujourd'hui. Je ne suis pas content de la façon dont les choses ont été gérées et comment les gens croient une histoire inventée et font toute une montagne de rien du tout", a écrit le chanteur de R&B, 35 ans, en parlant de Brown, 27 ans. "T'es entouré de gens positifs et tu regardes dehors, c'est une vraie zone de combat pour la seule raison que quelqu'un, une inconnue, a dit un truc sans rapport avec quoi que ce soit. Et réagir aussi vite sans connaître les faits et savoir ce qui se passe, c'est pas cool. Je vais vous dire, c'est pas correct. Ça devrait pas se passer comme ça. Je soutiens mon pote Chris et je soutiens tout le mouvement. Je suis encore là avec toi, mon pote, faut que ça change. Il faut pas que ça recommence à chaque fois que quelqu'un raconte n'importe quoi pour se faire du fric. Ça se retourne toujours contre nous. C'est pas cool."

Brown a également effacé ses vidéos Instagram publiées mardi après-midi quand les hélicoptères encerclaient sa maison et que les équipes de télévision se rassemblaient au pied de sa propriété de Tarzana. Il est resté retranché chez lui pendant 14 heures en tenant tête à la police. Il a utilisé ce temps pour se plaindre de Curran et des policiers dans ces vidéos susnommées.

"J'ai dormi la moitié de la nuit. Je me réveille et ces put--ins d'hélicoptères, les hélicos sont partout. La police est à ma porte. Allez, con--ards ! Qu'est-ce que vous me voulez ? Je reste tranquille, à m'occuper de ma fille. Faites votre boulot ! Je me tape pas des bimbos moches, des bimbos de merde, je sais pas si c'est ça. C'est pas mon truc. J'en ai marre de toutes ces conn--ies", raconte-t-il dans un autre extrait. "Tous les trois mois, je vous gonfle ? Forcé. Tous les trois mois, vous trouvez un truc nouveau. C'est quoi, ça ? Ça va être quoi, la prochaine fois ? Je vais péter un éléphant ? Allez, c'est bon. Mais par contre, quand j'appelle les flics parce qu'il y a des tarés qui me harcèlent et qui mettent ma vie en danger, vous débarquez le lendemain. Il y a quelqu'un qui m'accuse d'un truc débile et là, tout le Raid débarque. Pu--in, je suis innocent. Je les emm--de tous."

Dans une autre vidéo Instagram incendiaire qui a été effacée depuis, l'interprète de "Grass Ain't Greener" s'emporte. "Je m'en fous. Je ne fais pas de politique. Je m'en fous si ça devient personnel. Vous pouvez me lécher le cul si vous voulez. Ce qui m'inquiète, c'est de voir mon nom traîné comme ça dans la boue, et ma personne et mon intégrité. Je suis un père de famille. Je suis l'un des meilleurs chanteurs qui existent, sans vouloir me vanter ou vouloir me plaindre mais on ne le reconnaît pas assez. Vous savez que je suis votre père. Maintenant, j'en ai marre de ces conn--ries. Je suis debout depuis 6, 7 heures du matin à m'en prendre plein la tronche pour un truc que j'ai pas fait. Ça vous ferait quoi ?"

"La célébrité me gonfle, je suis un vrai mec de la rue", a ajouté Brown. "Allez tous vous faire f--tre."

Curran, mannequin et ex-miss de 24 ans, a raconté sa version de l'histoire à E! News mardi. Vers 2h40, s'est-elle rappelée, "je suis allée un peu dans le jardin, et quand je suis revenue, il y avait un mec qui vendait des montres et des colliers". Alors qu'elle admirait l'un des bijoux en particulier, un collier en diamants avec une croix, l'un des amis de Brown a flippé. "Je ne l'ai pas touché, je ne l'ai pas pris ni attrapé, rien de tout ça. C'est là qu'un des amis de Brown, ou je ne sais pas qui il était, un mec avec des dreads, m'a confrontée en disant : « Sors, ne touche pas aux bijoux. » Il m'a insultée, et c'est là que Brown a pété un plomb, a sorti une arme et m'a dit : «Fous le camp.»"

"Il disait : «Fous le camp ! Je vous l'ai pas assez dit, à tous ?»", a expliqué Curran, ajoutant qu'il la "menaçait avec l'arme, comme pour dire que si je ne sortais pas, il allait me tirer dessus".

Curran, qui avait "passé du temps" avec Chris "plusieurs fois auparavant", a admis à E! News qu'elle avait "peur" pour sa vie sur l'instant. Brown n'a pas fait d'autres commentaires sur ces accusations.