• Share
  • Tweet
  • Share

Naya Rivera se confie dans son autobiographie, Sorry Not Sorry: Dreams, Mistakes and Growing Up, qui va bientôt sortir.

L'ex-actrice de Glee parle ouvertement de ses problèmes d'anorexie, son avortement et bien plus encore dans son premier livre. Rivera déclare qu'elle n'a jamais regretté la grande décision qu'elle a prise quand elle avait 18 ans : d'avoir recours à la chirurgie esthétique. Quand elle était au lycée, Rivera a décidé d'utiliser l'argent qu'elle avait touché en jouant dans La Vie de famille et The Royal Family pour se faire refaire les seins.

"J'ai parlé à tous mes professeurs, je leur ai dit que j'allais être absente", écrit-elle dans Sorry Not Sorry, dont plusieurs extraits ont été publiés par People. "« Je vais me faire faire de la chirurgie esthétique ! » m'écriais-je avec enthousiasme. Cette nouvelle poitrine, c'était pour me donner plus d'assurance, ce n'était pas sexuel. Je n'avais encore jamais retiré mon haut pour un mec. Je n'avais pas eu tellement l'occasion de le faire, et même si ça avait été le cas, mon soutien-gorge était rembourré de serviettes."

  

Vanity Fair Young Hollywood, Naya Rivera

Joe Scarnici/Getty Images for Vanity Fair

Une fois que son décolleté a pris de l'ampleur, sa vie à l'école a changé du tout au tout. "Dès que je suis revenue au lycée, [les mecs] se marchaient presque les uns sur les autres pour m'ouvrir la porte", se rappelle-t-elle. "Les gens ont beaucoup d'avis sur la chirurgie esthétique, mais cela fait 10 ans que je me suis fait refaire les seins et ils me rendent toujours aussi heureuse quand je me regarde dans la glace."

Malgré le prix exorbitant, Rivera n'a aucun regret. "Ce sont les meilleurs 8 000 $ que j'aie jamais dépensés", écrit-elle.

Sorry Not Sorry est rempli d'aveux de la star, qui parle aussi de ses troubles alimentaires lorsqu'elle était au lycée. "La deuxième année, j'ai commencé à sentir que ce qui avait commencé comme un jeu était en train d'aller trop loin. J'évitais la nourriture coûte que coûte", écrit-elle dans ses mémoires. "Si ma mère m'avait préparé un déjeuner, soit je le mettais à la poubelle, soit je trouvais une excuse pour le donner à quelqu'un d'autre."

C'est quand elle a commencé à écrire son autobiographie que River s'est vraiment rendu compte de la gravité de ce problème. "J'étais tellement jeune, ça me paraissait normal. Tout le monde faisait pareil", explique-t-elle. "Je n'avais aucun moyen de savoir si j'étais pire que les autres. Je jonglais avec mes sentiments et ça me rend triste de savoir que des filles traversent encore ça, 15 ans après ce que j'ai vécu."

L'autobiographie de Rivera sort le 13 septembre.