Après une journée de développements douteux, les enquêteurs brésiliens tentent de mettre les choses au clair : ils disent que Ryan LochteGunnar BentzJack Conger et Jimmy Feigen n'ont pas été volés.

Lors d'une conférence de presse jeudi après-midi, le chef de la police civile de Rio, Fernando Veloso, a dit aux journalistes (par traduction anglaise de CNN) que pour l'instant, ils peuvent confirmer qu'il n'y a pas eu de vol tel qu'il a été rapporté par les athlètes. Il a dit que les hommes n'avaient pas été victimes d'actes criminels comme ils l'ont prétendu.

Il a bien fait remarquer que l'enquête n'était pas terminée et qu'ils devaient encore parler à différents témoins, mais il a ajouté qu'un des nageurs avait confirmé la nouvelle version de l'histoire, selon laquelle les athlètes n'auraient pas été volés. Selon la police, le nageur, qui n'a pas été nommé, a raconté une version qui correspond avec les preuves, les témoignages, les déclarations de témoins, la vidéo et les images de surveillance.

Pour Lochte, qui est déjà rentré, le FBI suit l'enquête, pour que Ryan puisse être entendu aux États-Unis, a ajouté Veloso. Même si l'enquête est encore en cours, les hommes pourraient devoir répondre de fausse communication d'un crime et de dégâts d'une propriété privée selon l'issue de l'enquête, même si le chef de la police a hésité à faire des suggestions prématurées.

  

Ryan Lochte, Jack Conger, Gunnar Bentz, James Feigen

AP Photo, Getty Images

À l'origine, selon Bentz, Conger, Feigen et Lochte, on les ramenait chez eux dimanche matin quand "leur taxi a été arrêté par des individus se faisant passer pour des officiers de police armés qui ont exigé l'argent des athlètes et autres possessions", comme le décrit une déclaration initiale venant du comité olympique américain. La police de Rio ne pouvait pas corroborer leur histoire. Mercredi, des officiels brésiliens n'avaient pas pu trouver de preuves soutenant les accusations des athlètes, notamment le chauffeur de taxi ou des témoins du crime présumé.

Le juge brésilien Keyla Blanc De Cnop a ordonné qu'on saisisse les passeports de Feigen et Lochte pour les empêcher de quitter le pays, mais Lochte était déjà arrivé aux États-Unis. Mercredi soir, on a fait descendre Conger et Bentz de leur vol de retour chez eux peu avant le décollage, et ils ont été mis en détention pour être interrogés par les autorités brésiliennes.

  

US Swimmers Rio Video, Ryan Lochte

Globo

Depuis que les faits ont été rapportés, de nouvelles incohérences et de nouveaux développements ont remis en question les dires des athlètes, à commencer par les différences entre l'interview filmée de Lochte avec Billy Bush lundi, le lendemain de l'incident présumé, et sa discussion avec Lauer mercredi soir. Lochte a dit à Bush que l'arme avait été pointée sur son front, alors qu'il a dit à Lauer qu'elle était pointée "dans sa direction".

Quant à l'emplacement du taxi, il avait dit à l'origine que le taxi avait été arrêté par des hommes avec de faux badges de policiers, alors qu'en parlant à Lauer, il a dit qu'ils s'étaient arrêtés à une station-service pour utiliser les toilettes quand le vol aurait eu lieu. Plus tard, des images de surveillance de leur visite à une station Shell à Barra da Tijuca ont fait surface. La vidéo montre les quatre hommes allant aux toilettes derrière le bâtiment, puis montant dans leur taxi. Les images sautent pour les montrer ressortant de leurs voitures et marchant les mains en l'air. Globo a sorti une vidéo de l'incident. E! News a vu les images, mais ne peut confirmer leur authenticité.

US Swimmers Rio Video, Ryan Lochte

Globo

Veloso a décrit une autre version de celle de Lochte, basée sur les témoignages recueillis et les images vidéo, disant que les athlètes avaient fait des dégâts aux toilettes, et quand les employés de la station-service les ont confrontés, ils ont tenté de monter dans leur taxi pour partir. Cependant, selon l'officiel, les gardes de sécurité ont demandé au chauffeur de taxi de ne pas partir et d'attendre l'arrivée de la police. Les athlètes ont refusé de rester là. Pendant ce temps, une tierce personne a proposé d'interpréter du portugais à l'anglais et a dit aux athlètes qu'ils devaient payer les dégâts, donc ils ont payé avec un billet de 20 $ et 100 réals et sont partis avant l'arrivée de la police.

Veloso a dit qu'il n'y avait eu aucune violence physique ou verbale qui aurait pu pousser les nageurs à penser qu'ils étaient les victimes d'un vol, mais il a dit qu'on leur avait demandé de s'asseoir par terre à côté des employés et qu'une arme à feu a été utilisée pour les maîtriser. Les employés de la station-service ont dit que Lochte était visiblement ivre et en colère et que les quatre hommes étaient de stature imposante.

Le chef de la police a aussi confirmé que deux femmes étaient avec eux dans le taxi et qu'elles ont fait des déclarations à la police.

  

  • Share
  • Tweet
  • Share