• Share
  • Tweet
  • Share
Robert Downey Jr., GQ Style

Pari Dukovic/GQ Style

On pourrait penser à juste titre que l'acteur le mieux payé à Hollywood sauterait de joie en apprenant sont statut. Mais Robert Downey Jr. s'intéresse plus à l'héritage filmographique qu'il laissera derrière lui et à continuer à connaître le succès en tant qu'acteur.

Dans le nouveau numéro de GQ Style, la star de 51 ans parle du fait de vieillir, de mûrir et du fait que la valeur financière n'a rien à voir avec la valeur créative.

"Tout d'abord, vous imaginez pendant l'âge d'or d'Hollywood... du temps de Pacino et De Niro, qu'ils se seraient permis d'avoir une conversation aussi pitoyable, qui les réduirait à un chiffre ?", a-t-il demandé au magazine. "J'ai connu des moments parmi les plus bas qu'on puisse vivre sous l'œil du public. Et puis, j'ai eu mes cinq minutes où j'ai connu le plus grand succès."

Malgré ses "pires moments", R.D.J. explique qu'il ne considère pas avoir eu d'échecs. "Je ne veux pas parler d'échec. Je parlerais de moments d'humilité", explique-t-il. "Comme les moments où vous tombez subitement malade et que vous êtes gêné, mais que vous devez continuer devant les gens. Ce n'est pas un échec, si vous admettez que vous avez eu une faiblesse, et que c'est acceptable."

Afin d'éviter des déconvenues à l'avenir, Robert étudie les rôles qu'il choisit avec beaucoup de minutie.

"Honnêtement, en tant que personne qui adore le cinéma je me dis : « Est-ce que j'aurais envie d'aller voir ce film, si ce type joue dedans ?", explique-t-il à GQ. "Je ne suis pas en train de dire que je ne veux faire que des films dits populaires. Mais la vie est courte, et je travaille dans une industrie du service. Même si fais d'autres choses, j'existe pour créer de petits moments de divertissement que les gens consomment. Et si ça offense certaines personnes, ça me va. En fin de compte, on est dans une industrie du service comme un supermarché. C'est aussi simple que ça."

Robert Downey Jr., GQ Style

Pari Dukovic/GQ Style

Robert poursuit : "Quand on regarde de l'extérieur, pendant des années, pendant des décennies, seul un idiot confond [le succès] quand on lui donne sa chance. Et en dehors de certaines faiblesses génétiques malencontreuses, je ne suis pas idiot."

Quand on lui demande des conseils pour les jeunes acteurs qui veulent suivre ses pas, Robert déclare : "Si vous parlez tout le temps des trucs sympas que vous allez faire, et que vous ne comprenez pas pourquoi ils ne sont pas encore arrivés, parce que vous savez que [il claque des doigts] … Ce sentiment vous permettra de franchir le premier obstacle et c'est à peu près tout. Vous devez apprendre à travailler sans relâche et à ne rien lâcher, peu importe le nombre de fois qu'on vous dit non."

L'acteur explique aussi l'importance d'apprécier ce que l'on a quand on l'a. Quand il repense à son rôle dans Kiss Kiss, bang bang, ça le rend nostalgique. "Quand je regarde ce film, je me dis : « Tu étais beau. Et maintenant… tu dois accepter de vieillir aussi gracieusement que possible.»"

Découvrez l'intégralité de l'interview de R.D.J. dans GQ Style ici.