Roman Polanski

AP Photo/Abdeljalil Bounhar

Trente ans après les faits, Roman Polanski souhaiterait tourner la page et passer à autre chose.

Mardi dernier, le réalisateur de 75 ans a déposé une requête afin que les accusations d’abus sexuels sur mineur qui pèsent sur lui, et qui font qu’il évite les États-Unis comme la peste depuis les années 70, soient levées.

En 1978, Polanski avait plaidé coupable aux accusations de relations sexuelles illégales avec une mineure de 13 ans, mais, de peur que le juge ne manque à sa parole de lui éviter la prison, il avait fui les États-Unis avant que sa peine ne fût prononcée et, techniquement, fuit donc toujours la justice depuis.

S’appuyant sur des preuves révélées dans le récent documentaire Roman Polanski: Wanted and Desired, ses avocats avancent qu’il y a eu "faute professionnelle et échanges déplacés" entre le bureau du procureur de Los Angeles et la cour supérieure.

Le réalisateur d’origine polonaise de Chinatown et du Bébé de Rosemary a continué à faire des films en Europe (mais pas en Angleterre, où il n’a pas osé mettre le pied de peur d’être extradé aux États-Unis), et remporta un Oscar en 2002 pour Le Pianiste, qu’il ne put recevoir en personne.

Un porte-parole du bureau du procureur a déclaré que la requête de Polanski ne leur était toujours pas parvenue.

  • Share
  • Tweet
  • Share