Bill Murray, Variety

Martin Schoeller for Variety

Bill Murray fait le buzz pour son interprétation digne d'un Oscar dans la nouvelle comédie St. Vincent, mais ne vous attendez pas à ce qu'il fasse campagne pour décrocher la statuette.

"Je n'ai jamais fait ça", déclare-t-il au journaliste Ramin Setoohdeh dans le dernier numéro de Variety. "Je sais que c'est quelque chose que fait [le patron de la Weinstein Company, Harvey Weinstein] : il vous force à faire ce genre de choses. Je ne suis pas comme ça. Quand vous courez après les prix, c'est comme un virus. C'est une vraie maladie."

L'acteur de 64 ans admet qu'il a été "atteint" quand il s'était convaincu qu'il repartirait avec un Oscar en 2004 pour son rôle dans Lost in Translation.

Non seulement il est reparti les mains vides, mais il pense également que remporter un Oscar peut être nuisible à une carrière.

"Les gens se font des idées après l'Oscar", explique Murray. "Ils commencent à se dire : «Je ne peux pas faire un film qui ne soit pas digne d'un Oscar». Les gens semblent avoir du mal à faire de bons choix après ça."

Bill Murray

Craig Barritt/Getty Images for The Weinstein Company

L'ex-humoriste de Saturday Night Live n'a pas d'agent ou de manager. Il négocie ses propres contrats et déteste les emails. Il n'a qu'un vieux BlackBerry pour rester en contact avec ses fils parce qu'ils ne "répondent jamais au téléphone, mais répondent aux SMS", explique Murray.

Le réalisateur Cameron Crowe a découvert que Murray jouerait dans son prochain film, qui ne porte pas encore de titre mais se tournera à Hawaï avec Emma Stone, par le SMS de sa jeune co-vedette dans St. Vincent, Jaeden Lieberher, qui disait : "N'écoute pas les studios. Je viens à Hawaï. Aloha, Bill."

"C'est comme ça que j'ai découvert qu'il allait faire le film", a expliqué Crowe. "Il nous l'a annoncé par l'intermédiaire de sa co-vedette de 10 ans, que j'ai immédiatement surnommé «l'agent de Bill Murray»."

Bill Murray

rollingstone.com

La célébrité, insiste Murray, ne lui est jamais monté à la tête. "Ça m'est venu d'assez bonne heure", explique-t-il. "Les gens me disent : «Oh, vous vous comportez ainsi parce que vous êtes une personne renommée." Non, j'ai toujours agi comme un enfoiré. Je viens d'une grande famille." (C'est le cinquième d'une famille de neuf enfants !)

Mais il a aussi un côté doux. Dans St. Vincent, il joue un alcoolique qui se lie d'amitié avec le fils (Lieberher) de sa voisine (Melissa McCarthy). Murray admet qu'il a versé une larme quand il a vu le film pour la première fois le mois dernier au Festival du film de Toronto.

"C'est un film touchant", déclare-t-il. "Je me suis retenu de pleurer parce que je ne voulais pas qu'on me voit pleurer, une fois les lumières revenues."

  • Share
  • Tweet
  • Share