• Share
  • Tweet
  • Share
Scout Willis, Topless, Twitter

Twitter

Scout Willis s'explique après s'être promenée dans les rues de New York seins nus, la semaine dernière, pour protester contre les règles de nudité d'Instagram.

"Je n'ai pas choisi d'avoir une vie publique, mais ça me sert de plate-forme pour aborder les problèmes relatifs au corps humain", a écrit la fille de Bruce Willis et Demi Moore lundi dans un article sur le blog XOJane.com. "En début de semaine, j'ai décidé de faire quelque chose d'un peu fou. Instagram a récemment effacé mon compte à cause de ce qu'ils ont appelé «des exemples d'abus», faisant référence à une simple photo de moi avec un haut transparent et à un post d'une veste que j'ai faite montrant une photo de deux amies seins nus. Pour ces exemples d'abus, on m'a poliment informée que je n'étais plus la bienvenue dans la communauté Instagram."

Scout Willis, Topless, Twitter

Twitter

"Ma situation n'avait rien d'unique. Des femmes sont régulièrement évincées d'Instagram pour avoir posté des photos exposant une partie de leur aréole alors que les photos sans tétons — aussi dégradantes qu'elles soient — sont acceptées", continue la jeune femme de 22 ans. "Alors je me suis promenée dans les rues de New York seins nus et j'ai posté les photos sur Twitter, faisant remarquer que ce qui est légal, selon les lois new-yorkaises, n'est pas permis sur Instagram. Ce qui a commencé comme une prise de bec contre Instagram et ses règles préconçues est devenu une opportunité pour lancer le dialogue. Les sujets comme le tabou du téton au XXIe siècle, l'allaitement en public, les insultes contre les femmes sexy ou grosses, la sensibilisation face au cancer du sein, l'image positive du corps, l'inégalité des sexes et la censure se sont immiscés dans les discussions publiques. Mais malheureusement, face à ces photos de mes seins, la presse était plus assoiffée de sensationnalisme, surtout à cause de ma famille."

Scout Willis

Jen Lowery / Splash News

Willis fait alors référence à des groupes comme la campagne "Free the Nipple", qui essaie de promouvoir le droit à l'égalité des seins nus. "Il y a aussi des gens qui critiquent mon choix de promouvoir l'égalité des seins nus", écrit-elle. "Pour moi, les tétons semblent être au cœur du débat. Dans les années 30, les tétons des hommes étaient tout aussi provocants, tout aussi honteux que ceux des femmes aujourd'hui, et les hommes protestaient de la même façon... Alors pourquoi 80 ans plus tard, les femmes n'arrivent-elles pas à parvenir à la même libération de leur poitrine ?"

Au final, Willis déclare qu'elle voulait seulement lancer un discours culturel sur le sujet et conclut en disant : "En attendant, mes seins et moi-même retournons à une forme un peu plus calme de protestation sous mon débardeur transparent préféré."