Amanda Bynes, Court

Steven Hirsch/ Splash News

Amanda Bynes a le tweet facile.

Suite à son arrestation à New York jeudi soir, l'actrice de Easy Girl s'est jetée sur Twitter samedi pour raconter sa version de ce qui se serait passé, affirmant qu'elle a été victime d'attouchements de la part d'un des policiers.

"Ne croyez pas ce qu'on écrit sur mon arrestation", a écrit Bynes samedi. "C'est que des mensonges. Un des flics m'a agressée sexuellement la nuit dernière, et c'est lui qui m'a arrêtée. Il a menti et a dit que j'ai jeté une pipe à eau par la fenêtre quand j'ai ouvert la fenêtre pour avoir de l'air frais. Trop marrant. Il m'a frappé au vagin. Agression sexuelle. C'est grave."

"Je l'ai dénoncé aux flics", a-t-elle continué. "Il m'a passé les menottes, j'ai résisté, contrairement à tout ce qui se dit. Puis on m'a envoyée à un hôpital psychiatrique. Insultant. J'ai insisté pour voir mon avocat, mais ils ont refusé. Les flics étaient flippants. Le flic m'a agressée sexuellement, ils n'ont pas trouvé d'herbe sur moi ou de pipe à eau en bas de mon immeuble. C'est pour ça que le juge m'a relâchée. Ne croyez pas ce qu'on dit."

La starlette de 26 ans a été arrêtée, après avoir jeté une pipe à eau par la fenêtre de son appartement de Midtown Manhattan quand la police est intervenue pour répondre à une plainte contre une personne tapageuse dans le bâtiment.

Puis elle a été inculpée de conduite imprudente, de falsification de preuves et de possession de marijuana et a été conduite à l'hôpital Roosevelt pour passer une évaluation psychiatrique.

Après avoir été conduite au poste de police ce soir-là, Bynes est apparue devant le juge vendredi (en portant une perruque blonde), elle a été assignée à comparaître et relâchée.

Sa date de comparution est prévue le 9 juillet. 

Un porte-parole de la police de New York a déclaré à E! News que les accusations de Bynes feront l'objet d'une enquête par la police des polices de New York.

  • Share
  • Tweet
  • Share