• Share
  • Tweet
  • Share
Lindsay Lohan

Deano / Splash News

Lindsay Lohan n'a pas contesté les charges qui pesaient contre elle, sans pour autant plaider coupable, suite à un accident de voiture en juin dernier.

Après une entrevue d'environ 50 minutes dans le cabinet du juge, les avocats des deux partis sont retournés dans la salle d'audience où Lohan n'a pas contesté les charges de fausses déclarations et de conduite imprudente. L'actrice aux frasques multiples a également admis avoir enfreint les conditions de sa mise à l'épreuve.

Lohan a donc été condamnée à 90 jours dans un centre de réhabilitation fermé, dont elle ne pourra sortir sous aucun prétexte, 30 jours de travaux d'intérêt général et 18 mois de psychothérapie. Elle a également écopé d'une amende.

Terry White, procureur de la ville de Santa Monica, a déclaré que l'offre était 90 jours en prison, mais que Lohan pouvait les passer dans un centre de réhabilitation fermé, ce qu'elle a accepté.

Par ailleurs, les travaux d'intérêt général peuvent être effectués à New York. Lindsay a reçu l'ordre de ne pas conduire si elle avait bu, d'avoir une assurance et un permis de conduire valides, de ne pas utiliser de produits stupéfiants, de ne pas s'approcher d'endroits où circulent des stupéfiants ou de personnes en utilisant. Elle doit également verser des dommages à la victime et une audience pourrait être mise en place pour en déterminer le montant.

Lohan doit être prise en charge par la police de Santa Monica dans les 7 prochains jours. Le juge Dabney a déclaré qu'elle n'était pas tenue d'assister aux audiences ayant trait à sa mise à l'épreuve à moins qu'elle ne la viole.

Le juge Dabney a fixé la prochaine audience au 2 mai. Lindsay devra alors apporter la preuve au tribunal qu'elle s'est inscrite à un programme de réhabilitation.

"Ça suffit", a déclaré Dabney à Lohan. "Vous avez enfreint votre mise à l'épreuve et nous n'allons pas discuter de vous remettre à l'épreuve."

Lohan a également accepté qu'un agent de probation ou un officier de police puisse fouiller sa personne ou ses affaires à tout moment sans mandat. Dabney a précisé qu'il ne s'agissait pas d'une condition habituellement liée à ce genre de délit, mais Lohan ne s'y est pas opposée.