Leonardo DiCaprio

Han Myung-Gu/WireImage

Leonardo DiCaprio a sans aucun doute participé à de nombreux films sanglants. On pense notamment à Gangs of New York et aux Infiltrés, mais nul autre n'arrive à la cheville de Django Unchained de Quentin Tarantino.

Lors de l'avant-première de ce film en Corée du Sud, l'acteur de 38 ans a donné son avis sur le débat de la violence au cinéma qu'a provoqué la sortie de ce western brutal, et plus précisément sur le sujet de l'esclavage passé à la sauce western spaghetti.

DiCaprio a été nominé aux Golden Globes pour son interprétation de Calvin Candie, le propriétaire terrien impitoyable qui reçoit la visite de Django (Jamie Foxx), déterminé à libérer sa belle Broomhilda (Kerry Washington), et qui finit par faire un massacre. 

"Ma philosophie a toujours été la même : la douleur est temporaire, les films sont éternels", a déclaré DiCaprio aux journalistes lors d'une conférence de presse à Seoul.

"On fait tout notre possible, on donne tout ce qu'on a, et, avec un peu de chance, si tous les éléments sont bien combinés, on se retrouve avec une œuvre d'art à la fin", a-t-il ajouté. "Pour moi, le cinéma est la plus grande forme d'art moderne."

La controverse dont est victime Django Unchained — y compris la question de savoir si la violence du film pourrait inspirer des gens à commettre des crimes réels (l'avant-première du film avait été annulée au lendemain de la fusillade de l'école primaire Sandy Hook) — n'a sûrement pas nui à ses chances de succès aux récents Oscars.

En effet, Christoph Waltz a été sacré Meilleur acteur dans un second rôle pour son interprétation du Dr King Schultz, le chasseur de primes qui a libéré Django, tandis que Tarantino a reçu l'Oscar du Meilleur scénario original.

Django Unchained, qui a jusqu'ici amassé 233 millions de dollars au box-office international, sort en Corée du Sud le 21 mars.

  • Share
  • Tweet
  • Share